Voir la fiche complète du film : Amityville 2: Le Possédé (Damiano Damiani - 1982)

Amityville 2 : Le possédé

Une suite qui s’écarte du modèle narratif de son prédécesseur par un traitement plus brutal et dynamique, ne laissant que peu de place au doute sur la présence d’un esprit maléfique au 112 Ocean Avenue. Malgré des premières manifestations propres aux films de hantise, le thème de la possession reste prépondérant et présente un point de vue différent de l’affaire Amityville.
Publié le 5 Avril 2019 par Dante_1984Voir la fiche de Amityville 2: Le Possédé
7
Cimetière

Le premier film de la saga Amityville se penchait sur la période d’habitation de la famille Lutz. Arnaque opportuniste ou cas avéré de maison hantée, l’intrigue se développait sur l’influence latente de l’assassinat de la famille DeFeo. Ce dernier point étant un argument de poids pour soutenir l’aura glauque des lieux. À peine évoqué en début de métrage, ce fait divers des plus sordide reste pourtant essentiel pour mieux appréhender la genèse des événements. Trois ans après le succès cinématographique du précédent opus, une suite est mise en chantier. Celle-ci fait office de préquelle pour découvrir une autre facette de l’histoire du 112 Ocean Avenue.

Le visage du démon ?

Contrairement à ce que l’on pourrait penser de prime abord, ce deuxième volet est un peu l’antithèse de son modèle. Certes, le cadre reste similaire et les aboutissants également, mais on ne peut parler d’une continuité, à tout le moins de cohérence entre les deux productions. La raison est très simple, le traitement du sujet est foncièrement différent. À commencer par la gestion des manifestations paranormales. Ici, elles surviennent avec plus de force et de brutalité. Les dessins sur les murs, les hallucinations (le bras emmuré), le désordre soudain dans la cuisine... Chaque élément est plus explicite, plus percutant dans sa présentation.

La première partie tend à nous faire penser à la présence d’un poltergeist. Par ailleurs, cette approche est similaire au Poltergeist de Tobe Hooper, également réalisé la même année. Les effets de mise en scène, comme la vue objective du point de vue de l’entité, s’essayent à une suggestion toute différente de son prédécesseur. Là où le film de Stuart Rosenberg suscitait le doute, au risque de se perdre dans ses multiples considérations, Amityville 2 prend un parti bien défini. En l’occurrence, on reste ancré dans les domaines de la religion et de la possession. On écarte toute approche rationnelle et pragmatique, tout comme les allusions de sorcellerie et de pratiques occultes évoquées par le passé.

La maison qui voit tout !

Par la suite, l’accent est mis sur la possession du fils aîné et des poursuites judiciaires qui découlent de ses crimes. De fait, on s’éloigne quelque peu du cadre domestique et de la sensation d’isolement éprouvée dans le premier volet. Ici, la vulnérabilité tient au salut de l’âme et non à l’impuissance d’une famille face à des phénomènes paranormaux. Pour cela, le récit s’appuie sur le fait que Ronald DeFeo entendait des voix lui commander de tuer les siens. Bien que la «folie» ne fut pas retenue à son procès, cette thèse fait l’objet d’un travail méticuleux qui se départit de tout réalisme au profit d’une vision très spectaculaire, voire grotesque, de la possession. Notamment en ce qui concerne la transformation physique du principal intéressé.

Autre point sur lequel se différencie le présent métrage: l’image de la famille. Les Lutz sont dépeints comme un foyer moderne et stable. Les Montelli, pendant fictif des DeFeo, sont l’archétype de la famille dysfonctionnelle. Père violent et incapable d’exprimer ses sentiments, mère bigote empreinte de superstitions, fils aîné assimilé au bouc émissaire du clan... L’aspect conservateur et suranné de cette image peu avenante reste néanmoins le moindre mal lorsqu’on évoque la relation incestueuse entre Johnny et Patricia. Par ailleurs, cet élément peut constituer indirectement un mobile légitime pour l’auteur des meurtres; qu’il s’agisse de préserver un secret de famille ou d’annihiler le cadre illusoire de son existence.

Portrait (incomplet) d'une famille dysfonctionnelle

Au final, Amityville 2 se révèle foncièrement différent de son aîné. Le rythme narratif se veut plus emporter et les manifestations tiennent davantage aux rejets des symboles religieux. Cela passe par la classique croix du Christ renversée ou voilée, mais surtout par l’acte sexuel incestueux avancé comme un blasphème ou une offense. De même, on peut s’attarder sur cette construction en deux parties qui présentent les faits et leurs conséquences à court terme. L’incursion demeure intéressante et a le mérite de proposer une expérience foncièrement différente, même si le thème reste similaire. On ne parlera donc pas d’une suite logique, mais plutôt d’une vision complémentaire assez pertinente, exception faite de quelques séquences par trop grandiloquentes et explicites pour traiter du sujet de la possession.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Les dents du bayou
Moins présents que leur homologue aquatique, le «terrifiant» requin, le crocodile et l’alligator ont également eu droit à nombre de survival animalier. Des productions italiennes aux dernières idées saugrenues issues du bis, le reptile n’a guère brillé sur le grand ou le petit écran. Il faut se tourner vers Primeval , Eaux troubles ou le premier Lake Placid pour regarder...
Splinter
Dans tout bon film d'horreur qui se respecte, il faut quelques éléments essentiels pour mettre en place une ambiance éprouvante et susciter un minimum d'effroi chez le spectateur. Bien souvent, les premières réalisations sont assez difficiles, à cause d'un budget limité et bien souvent d'un manque de matériaux flagrant. Splinter est la première réalisation de Toby Wilkins et c...
Urban cannibals - The Ghouls
Pour tourner un film, il faut quatre choses très précises : l'envie (l'envie de faire quelque chose de bien, de fort et de narrer une histoire prenante et originale), le talent (Certains réalisateurs se font remarquer dès le premier court-métrage comme Neill Blomkamp), des acteurs (difficile d'être crédible si l'on fait jouer ses potes ou sans un rôle principal charismatique) et enfin, de l'...
The Event
Les années 2000 auront marqué un changement notable dans l’approche des séries télévisées. Considéré à tort comme un média de seconde zone par l’industrie cinématographique, l’univers du petit écran a su évoluer pour tirer le meilleur parti de formats longs. S’il existe toujours des séries où les épisodes ne nécessitent pas une assiduité particulière, le schéma narratif d...
Scar 3D
Les producteurs et les gérants des salles de cinéma ont eu il y a quelques décennies la bonne idée de vouloir faire des films en 3D, dans l'espoir mensonger de faire vivre de nouvelles sensations aux spectateurs et dans l'espoir véritable de faire des rentrées d'argent conséquentes. Ce sketch a commencé dans les années 80 avec des films comme Vendredi 13 Meurtres en 3D ou encore Les Dents de la...