Voir la fiche complète du film : L'Etrange Vice de Madame Wardh (Sergio Martino - 1971)

L'Etrange Vice de Madame Wardh

Délaissée par son mari, une jeune femme recroise le chemin de son ancien petit ami. L'Etrange Vice de Madame Wardh reste un plaisant long-métrage, caractéristique de ce sous-genre cinématographique.
Publié le 22 Février 2010 par GORE MANIACVoir la fiche de L'Etrange Vice de Madame Wardh
6
Tueur en série

**Attention, cette critique contient quelques spoilers.**

Délaissée par son mari, homme d'affaires, une jeune femme recroise le chemin de son ancien petit ami. Pendant ce temps, la ville de Vienne est la proie d'un tueur en série.

Variation cinématographique autour d'un genre de romans très populaires en Italie, le giallo (qui se traduit par le mot "jaune"), se caractérise par des meurtres sanglants esthétisés par un jeu de caméra stylisé, et par une partition musicale souvent particulière (l'association entre les oeuvres d'Argento et la musique des Goblin).

En outre, l'image du tueur est souvent représentée par des gants et des armes blanches, ses victimes étant souvent de jolies jeunes femmes dénudées.

En 1963, Mario Bava est le premier à mettre en place les fondements de ce sous-genre cinématographique avec La Fille qui en Savait Trop. Sept ans plus tard, Dario Argento signera un autre chef d'oeuvre du genre, L'Oiseau au Plumage de Cristal.

Révélé par La Queue du Scorpion, Sergio Martino fait partie des bons artisans du cinéma de genre. Il signera quelques films d'aventures exotiques séduisants par la suite, mais nous en sommes encore ici à ses débuts.

L'Etrange Vice de Madame Wardh nous conte les troubles endurés par Julie Wardh, dont le retour à Vienne coïncide avec le redoublement de meurtres orchestrés par un maniaque au rasoir, terreur de la ville.
Entre un mari distant, un ancien amant pervers et le séduisant cousin de sa meilleure amie, Julie se sent en proie à d'étranges pensées. Edwige Fenech, actrice franco-italienne, est le visage féminin principal du film. A l'instar des Michèle Mercier (Les Trois Visages de la Peur) et Claudine Auger (La Baie Sanglante), elle se verra offrir ses meilleurs rôles dans des oeuvres transalpines, devenant l'une des têtes d'affiche de nombreuses comédies érotiques dans les années 70 (La Toubib du Régiment). Sa plastique est d'ailleurs mise en avant dès l'entame du métrage par un cinéaste qui souhaite visiblement poser un regard sensuel sur les victimes de son tueur, aspect dominant le premier tiers du métrage, qui présente aussi la personnalité trouble de son héroïne, masochiste.

Sa relation avec son ancien amant, Jean, est en effet basé sur un lien sado-masochiste tortueux orienté par la thématique du sang, qui servira ensuite de lien dans un dernier tiers de film assez riche en rebondissements.

Outre l'érotisme, Martino privilégie aussi un jeu de couleurs assez riche, offrant des scènes de crimes réussies. Le premier meurtre, pratiqué dans un silence pesant (qu'avait déjà maîtrisé avec génie Bava dans La Baie Sanglante), se rompt dans la fureur du décollage d'un avion, au moment même de la mise à mort d'une prostituée.
Une autre référence à l'univers de Bava est à signaler dans le film, avec la menace sonore d'un goutte à goutte dans la scène du manoir qui faisait office de fil conducteur au dernier skecth des Trois Visages de la Peur (La Goutte d'Eau, d'après Chekhov). Enfin, la scène de la douche rappelle irrémédiablement Psychose. Mais de l'hommage à la copie, il n'y a parfois qu'un pas que ce petit malin de Martino est bien capable de franchir !

Car Martino ne fais pas véritablement partie des orfèvres du cinéma de genre. Néanmoins, en bon artisan, il sait captiver son auditoire, accumulant les suspects potentiels, les meurtres, et les séquences angoissantes (le manoir, le jardin public, le garage), assisté par une partition musicale louable.
Les scènes évoquant les relations tumultueuses entre Julie et Jean, filmées au ralenti pour évoquer la notion de souvenir, apportent une belle touche de noirceur et de vice à l'édifice, les rapports de domination-soumission étant rarement aussi explicites à cette époque.

Toutefois, par moments, Martino n'évite pas des baisses de régime durant la seconde partie de son métrage, ainsi que quelques séances évoquant plus le ringard roman photo que le sordide giallo (surtout celles entre Julie et son nouvel amant, corrompues alors par une bande originale d'un coup très guimauve).

Malgré quelques ingéniosités (comme la scène de faux suicide), l'épilogue, avec ses rebondissements multiples et son twist final, pourra agacer quelque peu, Martino se perdant finalement dans une surenchère qui démontre bien que le giallo est un exercice de style aussi séduisant qu'exigeant.

Toutefois, L'Etrange Vice de Madame Wardh reste un plaisant long-métrage, caractéristique de ce sous-genre aujourd'hui remis doucement sur le devant de la scène cinématographique.

A propos de l'auteur : GORE MANIAC
Portrait de GORE MANIAC

J'essaie de partager ma passion pour un cinéma méconnu, mais qui mérite incontestablement qu'on s'y arrête !

Autres critiques

Douce nuit - sanglante nuit
À Noël, les allées des jardineries fleurent bon les sapins et les supermarchés vomissent des rayons de jouets par milliers. C'est l'occasion de nous ressortir une tripotée de films familiaux à la morale plus ou moins discutable, aux classiques de notre enfance et quelques mini-séries aux qualités variables. Dans cette opulence de sentiments mièvres, les fêtes de fin d'années ne sont...
Deadman wonderland
L'univers carcéral a toujours alimenté les imaginaires fertiles. Versée dans le suspense, l'horreur, la science-fiction et bien d'autres domaines, la prison est un endroit clos qui débride les pires exactions humaines. Si les huis clos ne sont pas nouveaux dans le manga ( Doubt et ses nombreuses références à Saw et Les dix petits nègres ), la prison est un cadre peu exploité dans cette branche...
Monsters
Alors qu’une zone de quarantaine est délimitée entre le Mexique et les Etats-Unis suite à l’apparition d’une vie extraterrestre, Samantha et Andrew sont contraints de traverser la zone infectée pour rejoindre leur pays. Gareth Edwards fait partie de ces nouveaux réalisateurs qui disposent d’une vision précise et très marquée de leur métier. Avec Monsters (son premier long-...
Echap
Depuis l'avènement des caméras numériques, je ne vous apprends rien, il est devenu beaucoup plus simple pour n'importe quel cinéaste amateur de mettre en images ses créations. Cela étant, s'il sont bourrés d'idées, ces réalisateurs en herbe n'ont souvent pas les moyens de leurs ambitions. C'est ainsi qu'une profusion de films au budget rachitique ont vu le jour ces...
Les Châtiments
Par le biais de leur société Dark Castle, Robert Zemeckis et Joel Silver nous offrent régulièrement des films d'horreur qui, sans être excellents, nous procurent tout de même de très bons moments. On retiendra notamment La maison de l'horreur ou La maison de cire. Assez prévisible dans l'ensemble, mais rondement mené par leur réalisateur respectif. Qui plus est, si les premières...