Voir la fiche complète du film : A Cadaver Christmas (Joe Zerull - 2011)

A Cadaver Christmas

Un film modeste qui fait la part belle à l’humour noir sous couvert d’une approche Grindhouse. Un effort louable qui aurait gagné à une progression et des dialogues moins répétitifs pour se distinguer. Un moment fun et décomplexé qui s’adresse avant tout aux amateurs du genre.
Publié le 24 Décembre 2017 par Dante_1984Voir la fiche de A Cadaver Christmas
7
Noël Zombie

Un temps délaissé dans les affres du bis, les films Grindhouse ont connu un regain d’intérêt ces dernières années, notamment avec le diptyque de Quentin Tarantino et de Robert Rodriguez. Depuis, quelques incursions ont vu le jour. La plus percutante et célèbre d’entre elles étant Machete. Toutefois, certaines productions sont complètement passées inaperçues. En cause, un budget restreint et une distribution qui est demeurée sur le territoire de l’Amérique du Nord. Et pourtant, derrière un pitch initial qui fait honneur aux films d’exploitation dont il s’inspire, A Cadaver Christmas s’avère une sympathique initiative dans un domaine qui ne se prend pas au sérieux.

Ca a déjà saigné !

D’emblée, le grain de l’image met tout de suite dans l’ambiance. Faux raccord, montage inconstant et mauvaise qualité de la pellicule ont ici deux visées. La première est de correspondre à la symbolique d’une production Grindhouse avec un style poisseux et fignolé à la va-vite. La seconde est de masquer le budget anémique dont dispose l’équipe. Bien qu’il ne s’agisse pas du seul artifice auquel on a droit - et les idées ne manquent pas pour dissimuler la modestie de l’entreprise -, ce choix a le mérite de faire illusion. Mieux que ça, on pourrait presque croire à un pur produit des seventies. En tout état de cause, le rendu fait son office et donne le ton, celui du troisième degré où l’on assume pleinement la bêtise du propos. À savoir, une invasion de zombies sur un campus.

Enfin, dans un bâtiment universitaire. Hormis l’entame et quelques rares plans extérieurs, l’ensemble se déroule à la manière d’un huis clos où il convient d’arpenter les lieux. Salles de classe, laboratoire, remise, sous-sol et couloirs en pagailles donnent droit à une exploration relativement variée, bien que linéaire. Tout l’intérêt du métrage étant d’user jusqu’à la corde des poncifs déjà éculés. Et pour ce faire, l’intrigue ne passe pas par quatre chemins. Elle ressasse tous les clichés et les caricatures inhérentes aux films Grindhouse et de morts-vivants. L’ensemble n’est pas ultra-référentiel ou désopilant comme Shaun of the Dead, mais le résultat est plus probant et constant qu’escompté.

Don't open, dead inside for Christmas...

Malgré le côté décalé et passionné de la bobine, il est vrai que l’on se heurte parfois à certains écueils. Les principales maladresses résident dans les soubresauts du rythme et la répétitivité de certaines séquences. Pour la première raison, le problème se situe surtout dans un ventre mou où une succession d’échanges creux est censée faire la lumière sur la cause de cette invasion putride inopinée. À coup de flashbacks et de réparties pas forcément cinglantes, on comprend aisément que la justification n’est rien d’autre qu’un prétexte téléphoné. La seconde remarque fait écho à la précédente. D’atermoiements en affrontements, le schéma narratif est plus cyclique qu’évolutif dans sa progression. De fait, de nombreuses redites minent quelque peu un plaisir coupable.

Quant à l’humour noir, on le goûte ou pas. L’appréciation est similaire à l’intérêt que l’on porte aux films Grindhouse. On ne cherche aucune délicatesse, mais plutôt l’incongruité des situations où les incohérences se départissent avec autant d’énergie que les protagonistes. Intervenants qui ressassent aussi des clichés. Qu’importe, puisque l’esprit du métrage tend à tirer toutes les ficelles de ce genre de productions. Pour le reste, le récit n’est guère avare quand il s’agit de répandre des litres d’hémoglobines. Bien qu’ils se cantonnent généralement à demeurer dans l’ombre des couloirs exigus, les zombies, eux, disposent de maquillages corrects.

On recherche un projectionniste et un plombier dans la salle

Au final, A Cadaver Christmas n’est pas déplaisant. Derrière son aspect complètement fauché, le film de Joe Zerull se révèle généreux tout en assumant parfaitement son délire. À savoir, se complaire dans la mouvance Grindhouse en guise de palliatif à ses faibles moyens. Certes, il n’est pas exempt de défauts, notamment au niveau de la progression et de certains échanges dispensables. Mais dans l’ensemble, ce métrage, aussi discret que modeste, se sort plutôt bien des pièges de la production. L’inventivité qui encadre la mise en scène contraste avec une intrigue sans prise de tête qui privilégie un sens de l’humour décalé. Une entreprise folle qui se solde par un film dans l’ensemble convaincant, bien qu’il persiste quelques maladresses.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Blood Snow
Blood Snow ... Quel titre d'une banalité affligeante alors que le Necrosis originel a tout de même une autre gueule. Vous me direz que ça ne change rien au contenu du film (et vous aurez raison) mais il n'empêche que cette manie de remplacer les titres anglophones par d'autres également en Anglais afin d'assurer l'exploitation en France est agaçante. Bref, après ce petit coup de gueule salvateur...
TV Show
Attention, cette critique contient des spoilers. Pour les besoins d'une expérience scientifique très bien rémunérée, dix personnes de divers horizons acceptent d'être enfermés durant une semaine dans un bunker, filmés 24 heures sur 24. Très vite, ils se rendent compte qu'ils doivent respecter certaines règles, sous peine d'être "éliminés" ! Avec le succès fulgurant de Ring et autres Dark Water ,...
The River
À nouveau associé à une série télévisée, le nom de Steven Spielberg en tant que producteur a du mal à faire rêver. En 2011, la déconvenue de Terra Nova aurait pu refroidir ses ardeurs sur le petit écran. Mais l'illustre cinéaste ne se démonte pas face à l'échec. C'est ainsi qu'il récidive avec The river . Un projet ambitieux qui mêle aventures et horreur. À la base du concept ?...
Les dents du bayou
Moins présents que leur homologue aquatique, le «terrifiant» requin, le crocodile et l’alligator ont également eu droit à nombre de survival animalier. Des productions italiennes aux dernières idées saugrenues issues du bis, le reptile n’a guère brillé sur le grand ou le petit écran. Il faut se tourner vers Primeval , Eaux troubles ou le premier Lake Placid pour regarder...
V pour Vendetta
« On nous dit de nous souvenir de l'idée et non de l'homme parce qu'un homme peut échouer. Il peut être arrêté. Il peut être exécuté et tombé dans l'oubli. Alors qu'après 400 ans, une idée peut encore changer le monde. Je connais d'expérience le pouvoir des idées. J'ai vu des hommes tuer en leur nom et mourir en les défendant, mais on ne peut embrasser une idée, on ne peut la toucher ou la serrer...