Voir la fiche complète du film : Mystic river (Clint Eastwood - 2003)

Mystic river

Un très grand film, porteur d'une incroyable charge émotionnelle. Un chef-d'oeuvre à voir absolument.
Publié le 3 Septembre 2013 par GeoffreyVoir la fiche de Mystic river
10

J'avoue. Je n'ai jamais été un grand fan de Clint Eastwood en tant qu'acteur. Je n'aime pas sa façon de jouer. Mais par contre, quel réalisateur ! Je l'ai découvert sur le tard avec Space cowboys, un film très sympathique mais pas inoubliable, et puis je suis tombé sur celui-ci : Mystic River. Et là, la claque ! Rien que d'évoquer ce film, j'en ai encore les poils qui se hérissent tant sa puissance m'a marqué. Je le classerais sans hésiter dans le top 5 de mes films préférés. Je vais tenter de vous expliquer pourquoi.

Jimmy Markum, Dave Boyle et Sean Devine ont grandi ensemble dans les rues de Boston. Rien ne semblait devoir altérer le cours de leur amitié jusqu'au jour où Dave se fit enlever par un inconnu sous les yeux de ses amis. Leur complicité juvénile ne résista pas à un tel événement et leurs chemins se séparèrent inéluctablement.
Jimmy sombra pendant quelque temps dans la délinquance, Sean s'engagea dans la police, Dave se replia sur lui-même, se contenta de petits boulots et vécut durant plusieurs années avec sa mère avant d'épouser Celeste.

Mais des années plus tard, une nouvelle tragédie rapproche soudain les trois hommes : Katie, la fille de Jimmy, est retrouvée morte assassinée au fond d'un fossé. Le père endeuillé ne rêve plus que d'une chose : se venger. Et Sean, affecté à l'enquête, voit ses soupçons se tourner sur la dernière personnage qu'il aurait voulu: Dave....

Les histoires d'amitié déchirées et tragiques ont toujours été une grande source d'émotions. Sleepers, l'effet papillon, voire même Pearl Harbor (j'l'aime bien moi ce pétaradant blockbuster...) ainsi que beaucoup d'autres, tous jouaient dans le registre de l'amitié face à la douleur et l'adversité. Mais aucun ne parvenait au niveau d'intensité de Mystic river. Même Sleepers, pourtant déjà très bon, n’est pas aussi poignant que le film qui nous occupe aujourd’hui. La faute, sans doute, aux acteurs. J'ai beau aimer Brad Pitt et Jason Patrick, ils sont battus à plate couture par Tim Robbins et Sean Penn. Par exemple, quand ce dernier apprend la mort de sa fille, on a quasiment aussi mal que ce père qui vient de subir ce qui doit sans doute être la pire chose au monde : perdre son enfant. La douleur est tellement perceptible que c'en est troublant. On le ressent dans ses tripes. Grandiose. Respect à Monsieur Penn.

Et que dire de Tim Robbins ? Dans un registre opposé, ce dernier laisse également éclater tout son talent. Il incarne ici un homme apparemment détaché de tout, qui a perdu tout sentiment à cause du viol subi dans sa jeunesse. Et pourtant, malgré son apparent détachement, Tim Robbins parvient aussi à faire transparaître la souffrance de cet homme littéralement bouffé par ses démons intérieurs.

Kevin Bacon, dans un registre qui lui est plus familier, complète ce qui est sans doute l'un des trios les plus parfaits de l'histoire du cinéma. On n'a jamais l'impression de voir "l'acteur jouant le personnage" mais tout simplement le personnage lui-même.

L'histoire est divisée en plusieurs sous-intrigues qui finissent par se rejoindre dans un final éclatant, extraordinaire de justesse et de maîtrise. On suit d'une part l'enquête de la police pour retrouver l'assassin, et d'autre part la quête de vengeance du père pour finir avec la tragique histoire de Tim Robbins. Le tout étant, bien évidemment, entremêlé.
L'enquête policière, non contente d'être déjà fort chargée en émotion, se permet en plus de proposer des rebondissements que n'auraient pas reniés les meilleurs polars. Ce qui fait, qu'en plus du reste, on se prend à chercher qui peut être le coupable de ce meurtre atroce. Et croyez-moi, l'explication n'est pas piquée des vers. Je n'avais rien vu venir, elle m'a littéralement coupé le souffle. Tout comme ce final magnifique, d'une puissance incroyable. Je m'en voudrais de vous le raconter et préfère vous le laisser découvrir, mais franchement, il devrait vous trotter dans la tête un bon moment.

Pourtant, la partie policière n'est pas prépondérante dans Mystic river, le vrai intérêt du film ce sont les relations entre des personnages blessés, meurtris par la vie, et donc, pour ne pas que les scènes de dialogues soient interminables, il fallait que ceux-ci sonnent juste. Rassurez-vous, ils sont extrêmement bien écrits et très touchants. C'est presque un modèle du genre. Je pense notamment à cet incroyable monologue final dans lequel la femme de Sean Penn élève son mari au rang d'un roi, ou encore à la conversation pleine de sous-entendus entre Sean Penn et Tim Robbins. De grands moments de cinéma.

Il y a tant de scènes dans ce film qui méritent de rester dans les annales que les décrire serait inutile. Clint Eastwood est définitivement un grand réalisateur, ainsi qu'un formidable conteur d'histoires réalistes comme il l'a encore prouvé avec Million Dollar Baby ou Gran Torino. Il maîtrise sa caméra à la perfection.

Est-il besoin d'en rajouter ? Je ne pense pas. Mystic River est l'un des meilleurs films de ces dix dernières années, tout simplement.


Geoffrey Claustriaux
A propos de l'auteur : Geoffrey
Portrait de Geoffrey

Comme d'autres (notamment Max et Dante_1984), je venais régulièrement sur Horreur.net en tant que lecteur, et après avoir envoyé quelques critiques à Laurent, le webmaster, j'ai pu intégrer le staff début 2006. Depuis, mes fonctions ont peu à peu pris de l'ampleur.

Autres critiques

TV Show
Attention, cette critique contient des spoilers. Pour les besoins d'une expérience scientifique très bien rémunérée, dix personnes de divers horizons acceptent d'être enfermés durant une semaine dans un bunker, filmés 24 heures sur 24. Très vite, ils se rendent compte qu'ils doivent respecter certaines règles, sous peine d'être "éliminés" ! Avec le succès fulgurant de Ring et autres Dark Water ,...
Fanatique
**Attention, cette critique contient de nombreux spoilers.** Sept étudiants séjournent un week-end sur une petite île afin d'y étudier la faune locale. Ils sont accueillis sur place par leurs hôtes, un couple de cinéphiles sympathique mais quelque peu insolite. Le slasher, sous-genre horrifique rendu célèbre dès la fin des années 70, avec le succès des franchises Halloween et Vendredi 13 ,...
Détour Mortel 2
Depuis toujours, les monstres ont fasciné l'imaginaire collectif et les monstres de foire ont longtemps agrémenté les fêtes foraines, attirant la curiosité malsaine de l'être humain, qui recouvrait dans ces moments là ses instincts voyeuristes les plus primitifs. Dès les années 30, le cinéma s'empara de cette thématique, le plus souvent dans le but de dénoncer la méchanceté et la...
Nick Cutter et les Portes du temps
Les dinosaures pour le cinéma (ou la télévision) sont une manne providentielle pour les paléontologues en herbe. A tort, l'on incombe généralement ce centre d'intérêt aux enfants ou jeunes adolescents qui s'étiole au fil des ans. La propension de dessins animés qui les mettent en scène semble confirmer ce malheureux préjugé ( Denver , Le petit dinosaure ou Dinosaures ...). Au regard d'un public...
Doom
La saga Doom est connue de tous les fans de jeux vidéo pour avoir popularisé tout un genre : le FPS (First Person Shooter). Certes, il y avait bien Wolfenstein , mais Doom était tellement novateur et supérieur à son aîné de seulement un an qu'on lui donna son nom pour caractériser les jeux de tirs à la première personne, soit "Doom-like". Des couloirs labyrinthiques, des beuglements...