Voir la fiche complète du film : Deep Water (Brian Yuzna - 2010)

Deep Water

Un survival animalier qui présente de trop timides bonnes idées pour réellement s’imposer. Brian Yuzna signe un métrage bancal qui privilégie les clichés de circonstances sans jamais exploiter à bon escient le matériau de base. Un scénario anecdotique pour un film qui l’est tout autant.
Publié le 10 Septembre 2017 par Dante_1984Voir la fiche de Deep Water
4
Sous-marin

Qu’il soit géant ou d’une taille tout à fait normale, le scorpion est un arachnide peu exploité dans le domaine du survival animalier. Hormis de timides (et très dispensables) incursions telles que Stinger, Deadly Stingers ou Scorpius Gigantus, la préférence va clairement du côté des araignées. Sur la base d’une histoire de l’écrivain thaïlandais S. P. Somtow, Deep Water possède quelques éléments intéressants, notamment ce qui a trait au folklore asiatique. Associé à la bestiole, l’occultisme peut éventuellement permettre de se démarquer face aux nanars assumés d’Asylum ou de SyFy. Qui plus est, Brian Yuzna est à la barre de cette production qui aura connu pas mal de heurts avant de se concrétiser.

Une sirène en perdition ?

Il faudra deux ou trois entames bien distinctes avant que le film ne démarre. Malgré leur côté succinct, ce début laborieux est un peu fourre-tout. Une légende antédiluvienne, des pouvoirs paranormaux, un found footage vite expédié et passablement inutile. Puis l’on introduit les véritables protagonistes comme le ferait tout mauvais survival animalier. Divergences de point de vue, caricatures ambulantes, antagonistes sans scrupules, un élément perturbateur de taille... Rien ne manque à l’appel, mais l’ensemble demeure constamment dans une certaine confusion. À trop vouloir susciter le mystère et la tension (intention tout à fait louable), le cinéaste en oublie de faire progresser son récit.

Dès lors, on se retrouve dans une évolution cyclique qui ressasse encore et toujours les mêmes événements. Hormis quelques séquences sur la terre ferme, la majeure partie de l’intrigue se déroule au large des côtes sur une plate-forme de pêche. L’endroit ne paie pas de mine, mais à l’instar de la créature, reconnaissons là un certain effort pour changer de décors fades et sans intérêt. De plus, les eaux turquoise indonésiennes offrent un côté exotique qui n’est pas pour déplaire. Malgré une exploitation correcte d’un espace restreint, le huis clos à moitié avoué se heurte à un manque d’idées flagrant pour introduire les attaques du scorpion.

Un problème de gorge encombrée ?

La plate-forme a beau proposer différents niveaux, ainsi que des environnements intérieurs et extérieurs, on en revient toujours à des assauts basiques. Ces attaques hautement prévisibles sont suggérées par des subterfuges grossiers qui tendent à mettre le spectateur en condition au lieu de l’étonner. Or, celles-ci surviennent de manière trop sporadique. Malgré la courte durée, l’on privilégie des échanges creux et des dialogues trop longs qui s’étendent au détriment de l’action, si répétitive soit cette dernière. Il en ressort un ennui presque constant qui débouche sur d’anecdotiques retournements de situation. Ceux-ci concernent surtout l’esprit lovecraftien qui émane de la créature et de sa légende. Guère surprenant quand on connaît la filmographie du cinéaste, cela dit.

Toujours est-il que le scorpion tarde également à se montrer. La plupart du temps, on a droit à l’émergence de sa queue et son dard pour empaler ses victimes. Si les effets numériques sont sommaires, force est de reconnaître que le design de l’arachnide (pris dans son entièreté) n’est pas si immonde que cela, bien au contraire. On notera un certain travail pour concilier les caractéristiques d’un scorpion classique à ses homologues préhistoriques. Les incrustations de la bête, elles, alternent entre le bon et le moins bon. Il en ressort une apparence massive relativement convaincante que l’on ne voit pourtant qu’en fin de parcours. L’une des rares qualités du film se fait ici trop discrète!

Baoht Z'uqqa-Mogg !

Au final, Deep Water aurait pu créer la surprise. En délaissant le côté nanar de certaines productions et en proposant quelques concepts sympathiques (le scorpion géant, la plate-forme de pêche...), le film de Brian Yuzna était en passe de flotter au-dessus des habituelles séries B fauchées par le budget et les idées. Cependant, la trame principale ne possède que peu d’intérêt, même en mélangeant les codes du survival animalier, l’occultisme asiatique et des références lovecraftiennes. La faute à un rythme redondant et passablement ennuyeux qui ne véhicule aucune tension. Une production médiocre dont les prétentions auraient pu déboucher sur un métrage modeste et néanmoins divertissant.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Deadman wonderland
L'univers carcéral a toujours alimenté les imaginaires fertiles. Versée dans le suspense, l'horreur, la science-fiction et bien d'autres domaines, la prison est un endroit clos qui débride les pires exactions humaines. Si les huis clos ne sont pas nouveaux dans le manga ( Doubt et ses nombreuses références à Saw et Les dix petits nègres ), la prison est un cadre peu exploité dans cette branche...
Batman et Red Hood : Sous le masque rouge
Un film Batman est toujours un événement, et puisque les long-métrages live sont plus difficiles et plus longs à mettre sur pied, DC Comics se tourne depuis quelques temps vers l'animation pour raconter les aventures du Chevalier Noir. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que la qualité est au rendez-vous. Superman/Batman: Ennemis publics , Batman Vs. Dracula , Superman/Batman:...
Blood Snow
Blood Snow ... Quel titre d'une banalité affligeante alors que le Necrosis originel a tout de même une autre gueule. Vous me direz que ça ne change rien au contenu du film (et vous aurez raison) mais il n'empêche que cette manie de remplacer les titres anglophones par d'autres également en Anglais afin d'assurer l'exploitation en France est agaçante. Bref, après ce petit coup de gueule salvateur...
Tulpa - Perdizioni mortali
Le cinéma de genre italien n’est plus que l’ombre de lui-même. Il suffit de jeter un œil sur les dernières productions pour s’en convaincre: des séries B, voire Z, au scénario aussi rachitique que leur budget. On peut également se pencher sur d’illustres réalisateurs comme Dario Argento pour comprendre l’ampleur des dégâts ( Giallo ou son ignoble version de Dracula ). D’aucuns diront qu’il s’agit...
Sharknado 2
Quand on touche au survival animalier, on découvre davantage d’étrons indigestes plutôt que de véritables pépites. Des producteurs peu scrupuleux tels que SyFy ou Asylum ont tôt fait de dénaturer le genre popularisé par les Dents de la mer pour en faire des «trucs» où l’absurde côtoie des abysses de stupidités insondables. Avec Sharknado , l’on se dit qu’on atteint le summum de la débilité...