Voir la fiche complète du film : Detention (Joseph Kahn - 2011)

Detention

Une bonne petite surprise doté d'une histoire intelligente et cohérente, même si elle part dans tous les sens...
Publié le 20 Novembre 2013 par AqMEVoir la fiche de Detention
8
Voyage dans le Temps Extra-Terrestre

Il y a parfois des films qui sont injustement boudés dans les salles obscures, voire même privés de projection pour diverses raisons plus ou moins fallacieuses. Du coup, et c'est de plus en plus fréquent, en fouillant dans les sorties en direct to vidéo, on trouve des petits bijoux, des films indépendants bandants, ou même des pépites inventives et totalement loufoques. C'est le cas avec ce Detention, sorti fraîchement en DVD durant le mois d’'août 2012, alors qu'il a été produit et réalisé en 2011. Mettant en avant une tête d'affiche montante dans le cinéma pour adolescent, il y a tout de même de quoi être effrayé, mais dans la vie, il faut tout tenter. Purement délirant, inventif et doté d'un scénario hallucinant, Detention mérite toute votre attention. Alors pourquoi tant d’éloges ? Pourquoi une introduction si dithyrambique ? Allons faire un tour dans le lycée de Grizzly Park, le seul endroit où les ours empaillés sont magnétiques et servent à voyager dans le temps.


Toi ! Tu t'es foutu de la gueule de ma salopette, alors tu vas souffrir !

Le scénario du film est très compliqué à résumer, et pour cause ! Il part dans tous les sens, propose tous les thèmes chers aux films d'horreur et aux geeks et insère quelques petites intrigues dans l'histoire principale. Nous sommes donc dans le lycée de Grizzly Park, où les brutes épaisses du football américain côtoient les bombes atomiques cheerleaders et les ratés (les "freaks & geeks"). Jusque-là, rien de bien original, si ce n'est une mise en scène dynamique, fraîche et donnant un ton drôle et énergique. Alors que l'on suit la diatribe d'une pimbêche de l'école, elle va se faire violemment buter par un psychopathe masqué.

Petite ellipse pour suivre ensuite une jeune fille complètement paumée, qui s'estime être la ratée de l'école. Seulement, elle est voisine avec le gars le plus cool de l'école, qui est un ami à elle, et ensemble, ils vont essayer de savoir qui est le tueur. Pour cela, il va falloir remonter dans le temps à bord d'un ours empaillé, faire des heures de colle pour débusquer le meurtrier et voir des extraterrestres à la télévision. Tout cela est un joyeux bordel, mais c'est tellement explosif, drôle et bien foutu, que la sauce prend dès les premières images. Mais le pire dans tout ça, c'est que l'histoire se tient et que divers éléments, anecdotiques au départ, deviennent importants et montrent que tout ce que l'on a vu depuis le début à un rapport avec le passé. Du coup, on a la sensation d'avoir vu un film cool, mais aussi foutrement bien écrit et maîtrisé.

Il faut dire que la réalisation de Joseph Kahn est parfaite. Entre une mise en avant des jeux de caméra avec les textes s'affichant à l'écran, les quelques ralentis bien sentis ou encore la photographie, oscillant entre cartoon et film pour adolescents et une ambiance plutôt décontractée, le film s'assure une place de choix et un bon moment de délire. On appréciera d'autant plus cette autodérision du film d'horreur, car le film ne tombe pas dans les clichés qu'il démontre, contrairement à La Cabane dans les Bois. Bien au contraire, il s'en affranchit pour proposer quelques choses de nouveau dans le slasher, se moquant pas mal des autres productions, notamment avec une mise en abîme grossière, mais vraiment bien fichue.


Ces jeunes, toujours en train de trainer !

Le film respire la bonne humeur et le lâchage complet jusque dans son casting. Ainsi, à la production et dans l'un des rôles principaux, on retrouve la star montante, Josh Hutcherson (L'Assistant du Vampire, Hunger Games), qui va aller un peu à contre-courant de ce qu'il propose d’'habitude. Au lieu de jouer le méchant ou le pleurnichard de service, il va être le mec cool, celui que tout le monde envie et qui se tape la plus belle fille du bahut. On le sent vraiment à l'aise dans ce rôle et on ressent son éclate. C'est d'autant plus flagrant si l'on compare cette prestation avec ses autres films. Ainsi, on l’'apprécie et on prend notre pied avec le sien. À ses côtés, nous avons droit à la jolie et sympathique Shanley Caswell, déjà vu dans Blanche-Neige version horreur. Elle incarne la ratée de l'établissement, mais elle demeure très attachante, et profondément drôle et donne de l'espoir à tous les mauvais élèves des lycées. Le reste du casting est bien foutu, avec le footballeur crétin qui a du sang de mouche, ou la belle blonde écervelée. Tout ce petit monde s'éclate bien et le résultat est transmissif, puisque l'on ressent bien leur plaisir. On pourra mentionner la présence de Dane Cook (Charlie, les Filles lui disent Merci et Mr Brooks), jouant le principal Verge (les jeux de mots seront légion…), qui lui aussi se régale et tient bien son rôle.

Reprenant les plus gros éléments du film d'horreur, Detention possède quelques passages gores, mais ce sera surtout des situations ubuesques qui retiendront notre attention. Si l'on va voir du sang, des gorges tranchées, des corps coupés en deux ou encore une tête éclatée, cela est bien trop gros pour être crédible et le film ne va pas jouer sur cette carte-là. Mélangeant tout et n'importe quoi, le film va reprendre tout ce qui fait le cinéma de geek d'aujourd'hui pour en faire une seule histoire. Ainsi, on aura des extraterrestres qui auront transformé le pilier de l'équipe de foot en homme-mouche. On aura un ours empaillé qui fait office de machine à remonter le temps. On aura aussi un changement d'esprit entre une mère et sa fille. On aura un élève transparent, tellement invisible qu'il sera collé pendant 19 longues années, parce qu'il a été oublié et qu'il est très discret. Bref, des situations cocasses, mais avec une véritable mise en scène, et qui demeurent très drôle. Il suffit de voir la tentative de suicide de l'héroïne pour prendre conscience de l'ampleur de la bêtise volontaire du film. Mais force est de constater que l'on rigole plus d'une fois !


Si t'es pas canon, t'es la mascotte !

Au final, Detention est un excellent film. Possédant un scénario partant dans tous les sens, mais restant intelligent et cohérent, avec une mise en scène exemplaire, pleine de trouvailles et de bonnes idées, le film s'octroie une sympathie immédiate du public. Si l'on peut râler contre une fin conventionnelle, le film reste cool et donne une humeur joviale. Bref, vous l'aurez compris, c'est une des bonnes surprises de l'année 2012 !

Autres critiques

The Woman
Il est des films comme ça où, juste après la vision, le chroniqueur n'a rien à dire. Pas parce que le film est mauvais, ni même parce qu'il l'a laissé indifférent, mais parce qu'il est tellement dense qu'il y a une foule de choses à décortiquer et que la tâche semble insurmontable. C'est de cette manière que j'ai vécu The Woman , le nouveau "méfait" du...
Mr. Brooks
Homme d'affaires reconnu, mari et père de famille apprécié, Earl Brooks cache en fait un sombre passé. Un soir, il sort et tue un couple, renouant avec ses démons. Peu évoqués au cinéma par le passé (même si Norman Bates avait jeté les bases de cet être moderne monstrueux dans la sage culte des Psychose (1960), avant que Thomas Hewitt, alias Leatherface, lui offre un visage moins humain que celui...
Magic Magic
Il est parfois des films avec lesquels on ne sait pas trop à quoi s’attendre. Un cinéaste peu connu, une histoire qui ne paie pas de mine et pourtant, l’on souhaite découvrir ce genre de métrage en espérant y déceler une petite perle rare boudée par le grand public, à tout le moins passer une bonne soirée en compagnie d’une surprise agréable. Magic magic semblait rentrer dans ces considérations...
Halloween 2
En 2007, Rob Zombie nous avait proposé sa vision du grand classique de John Carpenter , Halloween: La nuit des masques . L'exercice n'avait rien de facile puisque le film de Big John est un classique pour une grande majorité des amateurs de films d'horreur. Pourtant, le "jeune" réalisateur qui n'avait alors que deux longs métrages à son actif s'en était sorti avec...
Helix
Malgré leur taille microscopique, les virus s’arrangent toujours pour menacer la planète entière. Thème récurrent dans les films catastrophe, ils alimentent avec constance les grands et petits écrans. Citons rapidement l’éphémère Burning zone ou le classique de Michael Crichton: La menace Andromède . Alors, quand Ronald D. Moore, amateur de science-fiction ( Star Trek, Battlestar galactica ), s’...