Voir la fiche complète du film : Space Time : L'Ultime Odyssée (William Eubank - 2011)

Space Time : L'Ultime Odyssée

Un trip halluciné et hallucinatoire qui plaira autant qu'il rebutera...
Publié le 4 Mars 2013 par GeoffreyVoir la fiche de Space Time : L'Ultime Odyssée
8

Connaissez-vous le groupe de punk-rock américain Blink 182 ? Si vous avez moins de 35 ans, je parierais que oui. Dans le cas contraire, sachez simplement que ce groupe a eu beaucoup de succès au début des années 2000 avec des titres tels que What's My Age Again?, Adam's Song, All the Small Things ou encore The First Date.
Si je vous en parle, c'est parce que son guitariste Tom DeLonge est à la base du film qui nous occupe aujourd'hui, Space Time : L'Ultime Odyssée (ou Love en version originale, un titre que personnellement je préfère), que l'éditeur Emylia a eu l'excellente idée de diffuser dans nos contrées francophones trop souvent négligées par les distributeurs.
Comment le guitariste d'un groupe de punk-rock peut-il être à la base d'un film de SF ? C'est ce que je vais vous expliquer avant d'entrer dans le vif du sujet.

En fait, Tom DeLonge est aussi le fondateur d'Angels & Airwaves, également connu sous le nom AVA, un groupe de rock alternatif californien fondé suite à la première dissolution de Blink 182, et il se trouve que ce groupe a sorti en 2010 un album intitulé Love, suivi en 2011 de Love : Part 2 (vous voyez où je veux en venir).
Comme vous l'aurez compris, lesdits albums ont servi de base au développement du film Space Time, dont il est en quelque sorte un prolongement logique.


Une mystérieuse mais splendide entrée en matière...

Nous sommes en 2039 et Lee Miller est astronaute qui vient d'être envoyé en orbite autour de la terre, à bord de la station spatiale internationale. Suite à une panne générale, il est coupé de tout contact avec la planète bleue et ne peut donc plus rentrer chez lui...


Dans l'espace, personne ne vous entend pleurer...

Improbable rencontre de 2001 : Odyssée de l'espace, de Seul au monde et du Fountain d'Aronofsky, le film de William Eubank se présente comme une plongée dans la psychologie à la dérive d'un astronaute coincé en orbite. Un sujet passionnant dont résulte un trip halluciné et hallucinatoire qui plaira autant qu'il rebutera mais que, putain, il faut voir pour en mesurer l'audace.
Alors qu'on aurait pu craindre que le film ne soit qu'un support visuel aux musiques d'Angels & Airwaves, au final, il n'en est rien.
Je ne m'aventurerai pas dans le jeu des comparaisons avec le fameux 2001 : Odyssée de l'espace, mais certaines similitudes sont indéniables, aussi bien plastiquement qu'au niveau des thématiques.

Forcément, la musique est omniprésente et participe pleinement à l'expérience. Le terme d'«expérience» n'est d'ailleurs pas mensonger puisque, pour peu que l'on parvienne à se laisser embarquer dans ce vol au-dessus de la stratosphère, Space Time fait mouche, jouant la carte de séquences visuellement splendides qui ne sont pas sans rappeller, parfois, le cinéma de Zack Snyder et ses innombrables ralentis.


Une séquence splendide, régulièrement reprise dans la promotion du film...

Et pourtant, rien ne laissait présager d'une telle réussite : c'est la première grande apparition de l'acteur Gunner Wright qui hérite ici du rôle difficile de l'astronaute Lee, il s'agit également du tout premier long métrage du réalisateur William Eubank et le budget était plutôt faible pour un space opéra vu qu'il avoisinait les 500.000 dollars.
La preuve est donc une nouvelle fois faite que la qualité d'un film ne dépend pas du fric investi dedans.

Je m'attendais à beaucoup de choses au moment d'insérer le DVD dans le lecteur, mais certainement pas à ce que j'ai vu. En effet, Space Time est une véritable oeuvre sensorielle faisant la part belle aux images et aux sons. J'ai vraiment aimé, alors qu'en général ce type de film métaphorique me laisse plutôt froid. Je me suis toutefois laissé entraîner dans le voyage proposé par William Eubank, mais pour le même prix, j'aurais pu détester et mettre 3 ou 4 tant il ne s'y passe rien en termes d'action, ou si peu. Space Time est métaphorique, sensoriel, philosophique, et c'est certain qu'il ne plaira pas à tout le monde.


Quand on vous dit que c'est métaphorique...

Encore une fois merci à l'éditeur Emylia d'avoir sorti ce film loin des standards "grand public", mais qui devrait ravir les amateurs d'un cinéma différent.

A propos de l'auteur : Geoffrey
Portrait de Geoffrey

Comme d'autres (notamment Max et Dante_1984), je venais régulièrement sur Horreur.net en tant que lecteur, et après avoir envoyé quelques critiques à Laurent, le webmaster, j'ai pu intégrer le staff début 2006. Depuis, mes fonctions ont peu à peu pris de l'ampleur.

Autres critiques

Battleship
Notre planète est assaillie par une horde de vaisseaux spatiaux qui s'échoue au large de l'archipel d'Hawaï. Une flotte américaine en manoeuvre dans la zone va devoir repousser l'invasion. C'est donc avec trois bouts de ficelle en guise de scénario que Hasbro reprend le célèbre jeu de société pour en faire un blockbuster complètement décérébré. Tout comme leur licence phare...
Greenskeeper - Parcours Sanglant, The
Quels sont les lieux les plus sympathiques pour commettre des atrocités et instaurer une ambiance propice à la noirceur et au glauque? Surement pas un club privé de golf où toute la beauferie américaine se serait donnée rendez-vous. Et pour pourtant, c'est le pari fou qu'on essayait de faire trois réalisateurs en proposant The Greenskeeper ou, en français dans le texte, Parcours Sanglant .Alors...
Europa Report
Europa Report est un peu sorti de nulle part. Très discret lors de sa confection, puis lors de sa sortie (limitée) en salles américaines, il débarque chez nous directement en DVD sous la bannière de Metropolitan, un éditeur qui ne compte que peu de navets dans son catalogue. Alors, quand en plus la jaquette annonce fièrement " un des films les plus excitants et réalistes sur la conquête spatiale...
Skull
Si l'on ôtait les effets gores très réussis et le look ultra-classe du tueur, à mi-chemin entre Hitman et Skeletor , Laid to Rest premier du nom n'était finalement qu'un slasher très banal, en outre desservi par une réalisation parfois bancale. Il semblerait que Robert Hall en ait eu pleinement conscience puisqu'à l'occasion de cette suite, il a décidé de revoir sa copie et de...
Blood Snow
Blood Snow ... Quel titre d'une banalité affligeante alors que le Necrosis originel a tout de même une autre gueule. Vous me direz que ça ne change rien au contenu du film (et vous aurez raison) mais il n'empêche que cette manie de remplacer les titres anglophones par d'autres également en Anglais afin d'assurer l'exploitation en France est agaçante. Bref, après ce petit coup de gueule salvateur...