Voir la fiche complète du film : Evangelion: 1.0 You Are (Not) Alone (Masayuki, Kazuya Tsurumaki, Hideaki Anno - 2007)

Evangelion: 1.0 You Are (Not) Alone

Une adaptation grand écran aux graphismes époustouflants mais qui pêche par un scénario trop identique à la série...
Publié le 19 Avril 2011 par GeoffreyVoir la fiche de Evangelion: 1.0 You Are (Not) Alone
8
Robot
Série japonaise culte, Neon Genesis Evangelion est quasiment un passage obligé pour tous les fans de Mécha ou d'animation nippone. Il faut dire que la réalisation excellente ainsi qu'un scénario en béton (malgré une fin plutôt bâclée) avaient mis tout le monde d'accord et généré un enthousiasme rarement vu, entraînant dans son sillage une horde de fans. Bref, Evangelion avait été un gros succès télévisuel. C'est dire si Evangelion au cinéma est déjà un événement en soi.


Shinji, le héros tête à claques par excellence...

Pour les 10 ans de la série, son créateur Hideaki Anno décida de mettre en chantier le Projet Rebuild of Evangelion. Ce dernier consiste en une quadrilogie de films d'animation, présentant une version retravaillée et améliorée de la série TV avec les techniques actuelles ainsi qu'une fin totalement inédite. Il faut dire que la fin de la série avait tellement été décriée que le réalisateur avait décidé de la modifier au travers du film The End of Evangelion. La saga Rebuild of Evangelion est donc un bon moyen pour rectifier le tir.

Toutefois, Evangelion: 1.0 You Are (Not) Alone vaut-il vraiment le détour ou bien n'est-ce qu'un gadget commercial de plus destiné à rapporter un max aux producteurs? Si ce deuxième point n'est sans doute pas à négliger, il faut bien reconnaître que cet Evangelion "New look" a de la gueule! Peut-être pas ultra-indispensable pour les fans à cause d'une histoire à 99% identique aux premiers épisodes de la série mais certainement à voir pour ses qualités graphiques.


Lilith est encore plus impressionnante que dans la série...

Une catastrophe d'une ampleur sans précédent s'est abattue sur notre planète, causant la mort de la moitié de la population et laissant le monde meurtri à tout jamais. Après cet évènement terrible que l'histoire retiendra sous le nom de "Second Impact", les survivants reprennent peu à peu leur vie quotidienne. C'est alors qu'un adolescent de 14 ans, Shinji Ikari, est convoqué à Tokyo 3 par son père.

Au même moment, une créature géante, un "Ange" apparaît sur la ville. Shinji est conduit au quartier général de la NERV, une organisation ultra secrète, afin d'y rencontrer son père, Gendô Ikari, qu'il n'a pas vu depuis 10 ans. Celui-ci lui révèle que la NERV a développé une arme humanoïde gigantesque dans le plus grand secret. Il ordonne à Shinji de prendre immédiatement les commandes de ce géant et d'aller affronter l'Ange. C'est ainsi que Shinji fait la connaissance de l'Eva-01...


La jolie Rei, toujours aussi mélancolique...

La première chose qui vient à l'esprit une fois le film terminé, c'est: "Wow, graphiquement c'était une tuerie!". L'animation générale est excellente et la refonte graphique de certains éléments (les anges notamment) rajoute un plus indéniable. On mettra juste un petit bémol sur l'utilisation de la 3D car dans certains plans elle s'intègre assez mal aux décors dessinés. Pour le reste, c'est un sans faute. On n'a jamais l'impression de voir un simple portage de Série TV sur grand écran, mais bel et bien un vrai film de cinéma. Joie!

On sera par contre un peu plus critique à l'égard du scénario. Reprenant à la virgule près l'histoire des six premiers épisodes, l'intrigue de ce film ne surprendra que les néophytes. Toutefois, ces derniers risquent d'être un peu perdus face à la rapidité avec laquelle les évènements se déroulent. Par exemple, on voit les combats contre les trois premiers anges. Ajoutez à cela la présentation des nombreux personnages et vous comprendrez aisément que les 100 minutes du film sont trop courtes pour tout raconter. Les situations importantes s'enchaînent sans laisser le moindre répit au spectateur et si les fans ne seront pas déstabilisés, ce ne sera sans doute pas le cas des néophytes.

Heureusement, tous les éléments indispensables à la bonne compréhension de l'histoire sont présents mais il ne faut pas être inattentif ou s'absenter une minute sous peine de perdre le fil.


A présent, Ramiel change de forme quand il attaque. Un régal pour les yeux...

Il n'y a pas grand chose d'autre à dire sur Evangelion: 1.0 You Are (Not) Alone. Graphiquement c'est superbe et son seul défaut est son scénario un poil faiblard. Une erreur qui sera réparée dans le deuxième film de la saga, Evangelion: 2.0 You Can (Not) Advance, lequel nous présentera un scénario totalement inédit et une voie inattendue avec de nouvelles EVA et des anges différents. Mais ceci est une autre histoire...
Geoffrey Claustriaux

A propos de l'auteur : Geoffrey
Portrait de Geoffrey

Comme d'autres (notamment Max et Dante_1984), je venais régulièrement sur Horreur.net en tant que lecteur, et après avoir envoyé quelques critiques à Laurent, le webmaster, j'ai pu intégrer le staff début 2006. Depuis, mes fonctions ont peu à peu pris de l'ampleur.

Autres critiques

Peur Bleue
Peur Bleue , alias Silver Bullet pour le titre en v.o., nous entraîne dans un petit bled du nom de Tarker’s Mills comme Stephen King les aime tant avec ses habitants sympas, ses jeunes ados et pré-ados qui n’hésitent pas à prendre leur courage à deux mains pour faire face au danger et ces parents incrédules et/ou alcoolo (on salue la prestation désabusé de Gary Busey !). Bref, du Stephen King pur...
La Nuit des morts vivants 3D
Les remakes sont une manne providentielle pour les producteurs. Le scénario est déjà écrit et le succès de l'oeuvre originale les rassure quant à un potentiel investissement. Pourtant, il est un cas un peu particulier : La nuit des morts-vivants . Je ne vous ferai pas l'affront de présenter l'½uvre culte de Romero, ni même de décrire son influence pour le cinéma de genre. Mais...
Bait 3D
Il est difficile de se renouveler quand on parle de requins au cinéma sans en faire un film d'horreur moisi. Les productions Asylum sont là pour en attester avec leurs pléthores de films aux squales pixélisés ou ayant subi des mutations dégueulasses. Néanmoins, tous ces films de requins que l'on trouve médiocres ne le seraient peut-être pas si Les Dents de la Mer n'avait pas existé...
Lèvres de Sang
Lors d'une soirée mondaine à Paris, Frederic tombe par hasard sur une photographie de ruines, qu'il croit connaître. Obsédé par cette image, il est alors assailli de souvenirs remontant à son enfance, et d'une somptueuse femme pâle en particulier. Depuis son premier film, Le Viol du Vampire , en 1968, Jean Rollin reste fidèle à une même ligne de conduite, qu'il ne quittera presque...
Vertige
En France, depuis quelques années, le cinéma de genre, et tout particulièrement le domaine du film d’horreur, est en plein renouveau. Parfois pour le meilleur ( A l’intérieur ), et souvent pour le pire ( Frontières ). Cette année débarque donc dans les salles obscures Vertige , du jeune réalisateur Abel Ferry. Présenté comme une sorte de variation autour du film d’horreur classique (un tueur...