Voir la fiche complète du film : Evangelion: 1.0 You Are (Not) Alone (Masayuki, Kazuya Tsurumaki, Hideaki Anno - 2007)

Evangelion: 1.0 You Are (Not) Alone

Une adaptation grand écran aux graphismes époustouflants mais qui pêche par un scénario trop identique à la série...
Publié le 19 Avril 2011 par GeoffreyVoir la fiche de Evangelion: 1.0 You Are (Not) Alone
8
Robot
Série japonaise culte, Neon Genesis Evangelion est quasiment un passage obligé pour tous les fans de Mécha ou d'animation nippone. Il faut dire que la réalisation excellente ainsi qu'un scénario en béton (malgré une fin plutôt bâclée) avaient mis tout le monde d'accord et généré un enthousiasme rarement vu, entraînant dans son sillage une horde de fans. Bref, Evangelion avait été un gros succès télévisuel. C'est dire si Evangelion au cinéma est déjà un événement en soi.


Shinji, le héros tête à claques par excellence...

Pour les 10 ans de la série, son créateur Hideaki Anno décida de mettre en chantier le Projet Rebuild of Evangelion. Ce dernier consiste en une quadrilogie de films d'animation, présentant une version retravaillée et améliorée de la série TV avec les techniques actuelles ainsi qu'une fin totalement inédite. Il faut dire que la fin de la série avait tellement été décriée que le réalisateur avait décidé de la modifier au travers du film The End of Evangelion. La saga Rebuild of Evangelion est donc un bon moyen pour rectifier le tir.

Toutefois, Evangelion: 1.0 You Are (Not) Alone vaut-il vraiment le détour ou bien n'est-ce qu'un gadget commercial de plus destiné à rapporter un max aux producteurs? Si ce deuxième point n'est sans doute pas à négliger, il faut bien reconnaître que cet Evangelion "New look" a de la gueule! Peut-être pas ultra-indispensable pour les fans à cause d'une histoire à 99% identique aux premiers épisodes de la série mais certainement à voir pour ses qualités graphiques.


Lilith est encore plus impressionnante que dans la série...

Une catastrophe d'une ampleur sans précédent s'est abattue sur notre planète, causant la mort de la moitié de la population et laissant le monde meurtri à tout jamais. Après cet évènement terrible que l'histoire retiendra sous le nom de "Second Impact", les survivants reprennent peu à peu leur vie quotidienne. C'est alors qu'un adolescent de 14 ans, Shinji Ikari, est convoqué à Tokyo 3 par son père.

Au même moment, une créature géante, un "Ange" apparaît sur la ville. Shinji est conduit au quartier général de la NERV, une organisation ultra secrète, afin d'y rencontrer son père, Gendô Ikari, qu'il n'a pas vu depuis 10 ans. Celui-ci lui révèle que la NERV a développé une arme humanoïde gigantesque dans le plus grand secret. Il ordonne à Shinji de prendre immédiatement les commandes de ce géant et d'aller affronter l'Ange. C'est ainsi que Shinji fait la connaissance de l'Eva-01...


La jolie Rei, toujours aussi mélancolique...

La première chose qui vient à l'esprit une fois le film terminé, c'est: "Wow, graphiquement c'était une tuerie!". L'animation générale est excellente et la refonte graphique de certains éléments (les anges notamment) rajoute un plus indéniable. On mettra juste un petit bémol sur l'utilisation de la 3D car dans certains plans elle s'intègre assez mal aux décors dessinés. Pour le reste, c'est un sans faute. On n'a jamais l'impression de voir un simple portage de Série TV sur grand écran, mais bel et bien un vrai film de cinéma. Joie!

On sera par contre un peu plus critique à l'égard du scénario. Reprenant à la virgule près l'histoire des six premiers épisodes, l'intrigue de ce film ne surprendra que les néophytes. Toutefois, ces derniers risquent d'être un peu perdus face à la rapidité avec laquelle les évènements se déroulent. Par exemple, on voit les combats contre les trois premiers anges. Ajoutez à cela la présentation des nombreux personnages et vous comprendrez aisément que les 100 minutes du film sont trop courtes pour tout raconter. Les situations importantes s'enchaînent sans laisser le moindre répit au spectateur et si les fans ne seront pas déstabilisés, ce ne sera sans doute pas le cas des néophytes.

Heureusement, tous les éléments indispensables à la bonne compréhension de l'histoire sont présents mais il ne faut pas être inattentif ou s'absenter une minute sous peine de perdre le fil.


A présent, Ramiel change de forme quand il attaque. Un régal pour les yeux...

Il n'y a pas grand chose d'autre à dire sur Evangelion: 1.0 You Are (Not) Alone. Graphiquement c'est superbe et son seul défaut est son scénario un poil faiblard. Une erreur qui sera réparée dans le deuxième film de la saga, Evangelion: 2.0 You Can (Not) Advance, lequel nous présentera un scénario totalement inédit et une voie inattendue avec de nouvelles EVA et des anges différents. Mais ceci est une autre histoire...
Geoffrey Claustriaux

A propos de l'auteur : Geoffrey
Portrait de Geoffrey

Comme d'autres (notamment Max et Dante_1984), je venais régulièrement sur Horreur.net en tant que lecteur, et après avoir envoyé quelques critiques à Laurent, le webmaster, j'ai pu intégrer le staff début 2006. Depuis, mes fonctions ont peu à peu pris de l'ampleur.

Autres critiques

Priest
Dans un avenir proche, un prêtre se met en tête de sauver sa nièce des canines acérées d'une horde de vampires. Après l'imparfait et mésestimé Légion , Scott Stewart poursuit dans le thème de la religion et de la spiritualité avec Priest . Comme son précédent film, Priest pâtit d'une piètre réputation envers son public. Si les suceurs de sang ont subi maints revers depuis quelque temps, il n'en...
The Thing
Quand l'annonce d'un remake/prequel du mythique chef d'oeuvre de Big John Carpenter a été proclamée, beaucoup ont crié au scandale. Je ne fais pas partie des gens qui s'amusent à défoncer un métrage avant de l'avoir vu et de me faire une propre opinion, mais pour le coup, je me suis dit que cela allait être très difficile de passer derrière le film de 1982, tant il reste...
Raspoutine: le Moine Fou
**Attention, cette critique contient quelques spoilers.** En Russie, à la fin du XIX ème siècle et au début du XX ème, l'existence tumultueuse et troublante du moine fou Raspoutine. En 1966, la Hammer décide de s'attaquer au biopic de l'un des personnages les plus mystérieux et fascinants de l'Histoire, à qui l'on octroyait moults pouvoirs dans la Russie des tzars. Bonne idée, le nom de...
La Horde
Dans la banlieue parisienne, suite au meurtre d'un des leurs, un quatuor de policiers décide de se rendre justice lui-même en investissant, de nuit, la tour d'un immeuble délabré dans lequel squatte un gang. Néanmoins, l'opération se passe mal et, au dehors, de terribles événements changent la donne. Journaliste dans plusieurs revues (Positif, Mad Movies...) et présentateur sur...
Conan
L'annonce d'un énième remake proposant de remettre « au goût du jour » (une vilaine expression) un chef d'oeuvre cinématographique, c'est un peu comme les mauvaises herbes qui poussent et repoussent dans votre jardin. On peut décider de les ignorer, les enlever, mais elles ne cessent de proliférer à notre insu quoique l'on fasse. Toutefois, il est des réalisateurs...