Voir la fiche complète du film : Belphégor: Le Fantôme du Louvre (Jean-Paul Salomé - 2001)

Belphégor : Le fantôme du Louvre

Un film fantastique français qui, malgré la présence de Marceau et de Diefenthal, ne provoque rien d'autre que l'ennui. Dommage...
Publié le 1 Janvier 2008 par JulienVoir la fiche de Belphégor: Le Fantôme du Louvre
4
Momie Fantôme

Paris, de nos jours. Une momie aux pouvoirs maléfiques donne naissance à un fantôme nommé Belphégor, dieu des Ammonites. Celui-ci, à la nuit tombée, hante le musée du Louvre, dont la Pyramide de Peï est devenue le symbole universel. Tour à tour effrayant ou humain, ce fantôme a toutes les audaces et semble invincible. Un gardien est retrouvé mort aux pieds de sa statue. Martin (Frédéric Diefenthal), un électricien, va s’intéresser à l’affaire et faire la connaissance de la troublante Lisa (Sophie Marceau). Mais il est bientôt harcelé par des lettres signées de la main du fantôme...

En 1927, Henri Desfontaines mettait en scène pour la première fois Belphégor dans le film au titre éponyme. A l’origine, il y a l’œuvre d'Arthur Bernède (1871 – 1937), un auteur populaire, qui fut tour à tour chanteur d'opéra, librettiste, journaliste, dramaturge, romancier et scénariste. Un feuilleton français vit le jour en mars 1965, signé Claude Barma. Enfin, en 2001, Jean-Paul Salomé (Les Braqueuses, Restons Groupés) s’attaque à une nouvelle adaptation pour le cinéma. Une idée intéressante mais au rendu assez mitigé.

 

 

Le film propose de belles images et des décors (Le Louvre principalement, mais aussi la ville de Paris) remarquables. Mais la réalisation, beaucoup trop « hasardeuse » et à la limite du téléfilm, ne met pas assez en valeur ces décors. De même, le réalisateur hésite de manière incongrue entre le fantastique pur, la comédie (signalons au passage les prestations honnêtes de Michel Serrault, de Jean-François Balmer et de Frédéric Diefenthal) et l’action. A trop vouloir mêler les genres, le réalisateur provoque inévitablement la lassitude du spectateur qui ne sait pas trop sur quel pied danser. Toujours dans le même esprit, le scénario est beaucoup trop prévisible. Le spectateur en arrive presque à devancer les acteurs, ce qui est assez regrettable. Aucun véritable suspense, aucune émotion, aucune magie, aucun lyrisme, de nombreux temps morts et des effets numériques peu convaincants : tous ces éléments combinés tirent inévitablement le film vers le bas.

 

 

Reste notre Sophie Marceau nationale, qui s’offre les rares bons moments d’un film qui aurait pu être de bien meilleure facture s’il avait bénéficié d’un scénario intéressant et d’un réalisateur plus compétent.

Autres critiques

Mega Shark Vs. Octopus
**Attention, cette critique contient quelques spoilers.** Durant une plongée sous-marine, une scientifique est interpellée par la fuite d'un groupe de baleines. En fait, la fonte de la calotte glacière a ramené à la vie deux monstres marins que l'on croyait éteints depuis des millions d'années : une pieuvre géante et un mégalodon. Spécialisée dans les nanars à budget réduit, la maison de...
Trinity Blood
Après avoir subi l'Armageddon, les humains sont contraints de cohabiter avec leurs plus féroces ennemis : les vampires. C'est dans ce contexte incertain que le père Nightroad est chargé de résoudre des enquêtes qui viseraient à rompre cette fragile entente. L'histoire de Trinity blood est à l'origine un roman adapté en manga, puis vint cette série animée. Les vampires et la religion ne font pas...
Mystic river
J'avoue. Je n'ai jamais été un grand fan de Clint Eastwood en tant qu'acteur. Je n'aime pas sa façon de jouer. Mais par contre, quel réalisateur ! Je l'ai découvert sur le tard avec Space cowboys , un film très sympathique mais pas inoubliable, et puis je suis tombé sur celui-ci : Mystic River . Et là, la claque ! Rien que d'évoquer ce film, j'en ai encore les poils qui se hérissent tant sa...
Once Upon a Time at Christmas
Hormis quelques sympathiques transpositions et détournements, comme Krampus , il est difficile de trouver des productions horrifiques de qualité lorsqu’on évoque Noël. À la manière d’un calendrier de l’avent dégénéré (et peu savoureux), il est possible de patienter jusqu’au réveillon avec pléthores de métrages de seconde zone. D’ailleurs, Once Upon a Time at...
Sucker Punch
Une jeune femme est internée dans un hôpital psychiatrique par son beau-père afin que ce dernier rafle l'héritage familial. Sans aucun moyen de s'enfuir, elle se créé une échappatoire par le biais de son imaginaire et explore autant d'univers différents que merveilleux. En l'espace de seulement trois longs-métrages, Zack Snyder s'est imposé comme un réalisateur incontournable...
Belphégor: Le Fantôme du Louvre
Réalisateur:
Durée:
97 min
3.60526
Moyenne : 3.6 (38 votes)

Thématiques