Voir la fiche complète du film : Dead Mine (Steven Sheil - 2012)

Dead Mine

Un pâle hybride d'Outpost et The descent. À la fois simple, long et ennuyeux, Dead mine multiplie les maladresses pour ne donner qu'un DTV largement dispensable en dépit d'effets spéciaux corrects et d'un cadre doté d'un potentiel certain. Bien peu, pour rattraper la médiocrité générale.
Publié le 17 Juin 2013 par Dante_1984Voir la fiche de Dead Mine
4

Après avoir suscité un certain engouement avec Mum and dad, son premier long-métrage, Steven Sheil s'expatrie en Indonésie pour son nouveau projet : Dead mine. Il aura fallu cinq années de patience pour voir ce deuxième film arriver directement dans nos salons. De prime abord, l'on serait enclin à saluer l'initiative de Wild Side pour nous dégoter des productions presque confidentielles qui ne dépasserait pas les frontières de l'hexagone sans leur contribution. En cela, découvrir Dead mine est une bonne chose. D'un autre côté, l'on s'interroge sur la qualité générale étant donné que le cinéaste est attendu au tournant pour transformer l'essai.


Faudrait que j'en parle à ma femme...

L'intrigue nous entraîne dans la forêt indonésienne, où un groupe de mercenaires escorte un riche fils à papa, sa copine, un ingénieur et une historienne. Tout se passe pour le mieux, lorsqu'ils se font attaquer par une bande de pirates. Ils sont contraints de se réfugier dans une grotte qui les mène à des souterrains qui abritaient un régiment de l'armée japonaise pendant la Seconde Guerre mondiale. Ceci vous rappelle-t-il quelque chose ? D'emblée, on pense à Outpost, ses mercenaires baroudeurs et surtout ses soldats nazis zombies.

Ici, point de morts-vivants, mais l'influence est évidente. Les souterrains en guise de bunker, un passé trouble en rapport avec la Deuxième Guerre mondiale, des expériences à la limite du paranormal (dans le cas présent, l'on songe à l'alchimie et la quête de l'immortalité), tels sont les ingrédients de Dead mine. Malgré le changement de cadre, les enjeux demeurent similaires à son homologue d'Europe de l'Est. Qui plus est, les couloirs côtoient des souterrains qui rappelleront la plongée claustrophobique de The descent. Les séquences sont courtes, pas forcément adéquates et l'on ne ressent guère le sentiment d'oppression que l'on aurait dû avoir.


La bourse ou la vie ?

La faute incombe à une mauvaise gestion de l'espace où les endroits les plus étriqués disposent de plans larges. A contrario, les lieux un peu plus imposants ne laissent aucune impression d'égarement ou de grandeurs (le pont en début de métrage) avec les ténèbres permanentes. Bien que la mise en scène ne soit pas catastrophique, elle n'est pas non plus un modèle d'ambiance. Outre les cadrages maladroits, le cinéaste peine à trouver une réelle continuité dans la progression de son récit.

En effet, les 45 premières minutes n'apportent rien. Aucune tension, aucune description du contexte ou un éventuel conflit entre les personnages. C'est bien simple, on nous inflige des séquences plates, convenues et sans frisson où se pavane notre bande de randonneurs du dimanche et se permettent quelques remarques inutiles, voire carrément débiles. Une première partie longue qui se révèle un excellent somnifère. Vous ne verrez pas l'ombre d'une créature et les corridors déserts se succèdent sans la moindre suggestion pour affirmer le contraire. En somme, la majorité du film s'avère ennuyeuse et redondante à plus d'un titre.


Don't open. Dead inside ?

Malgré cela, pourrions-nous encore attendre une seconde moitié plus prenante ? Malheureusement, non. Le scénario était déjà simpliste et se permettait d'emprunter divers éléments à d'autres productions similaires, mais l'on sombre carrément dans le grotesque avec des retournements de situations alambiqués, pas du tout crédibles et avare en précisions. Le film devient alors un bête survival entrecoupé de passages toujours aussi mous et finis sur une note incongrue. Le dénouement défile à la vitesse grand V et laisse le spectateur en plan sur une dernière image insipide, à la limite de l'imposture. On a l'impression d'entendre : « Débrouillez-vous avec ça, on en a marre ! »

En dépit d'un design pas vraiment engageant, il demeure tout de même des effets spéciaux honnêtes qui laissent planer un semblant d'atmosphère (anecdotique, cela dit). Pour les protagonistes, rien de notable également. Des mercenaires bêtes comme chou, un riche patron arrogant et sa midinette de service, un ingénieur en quête de rédemption et une historienne à la curiosité malsaine. On ne parvient pas à s'attacher aux personnages et encore moins à s'impliquer dans ce qui les attend. Néanmoins, il est bon de souligner que les acteurs sont des interprètes correctes et sont loin des cabotinages de circonstances, mais rien d'exceptionnel non plus.


...Pas sûr qu'elle accepte !

Bref, Dead mine est un film médiocre. Entre un scénario à la fois simpliste et mal maîtrisé, une première partie soporifique et un cadre intéressant, mais sous-exploité, on est contraint de constater que nous sommes en présence d'un pâle hybride d'Outpost et The descent. La comparaison s'avère flatteuse, le résultat l'est beaucoup moins. Pas forcément pénible à regarder, mais une production fade, sans relief qui ne recèle rien de transcendant. Il en ressort un film qui ne fera pas date. Vite vu, vite oublié.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

La nuit de tous les mystères
Bien connu pour sa prolifique carrière émaillée de séries B horrifiques aux qualités inégales, William Castle signe avec La nuit de tous les mystères un fleuron du film d’épouvante. Encore peu démocratisée à la fin des années1950, la thématique de la maison hantée pose ici les bases et les ficelles dont s’inspireront en partie d’autres cinéastes. Le statut de précurseur revient...
Bronson
Nicolas Winding Refn, jeune metteur en scène danois, a, depuis la sortie en salles de Bronson, acquis un véritable statut de cinéaste. Après avoir réalisé un des films noirs les plus sombres et nihilistes de ces dernières années (la trilogie Pusher ), Refn a décidé de poursuivre dans la veine radicale et subversive, mettant en scène Bronson , l’histoire du « prisonnier anglais le plus violent de...
Vendredi 13
En 1980, le réalisateur et producteur américain Sean S. Cunningham lançait Vendredi 13 , premier opus d’une saga horrifique qui, à ce jour, compte déjà douze épisodes. Le postulat est toujours le même : des adolescents se font tour à tour massacrer à Crystal Lake, en pleine campagne, par un tueur fou connu sous le nom de Jason, qui cache les traits de son visage derrière un masque de hockey. Il...
The Witch
Si la sorcellerie a nourri nombre de fantasmes à travers les siècles, le cinéma a tôt fait de s’en approprier les grandes lignes. Sous l’angle de l’horreur, du drame, de la comédie ou du fantastique, le thème s’est décliné sous toutes les coutures, quitte parfois à sombrer dans la médiocrité. Pour autant, contes et légendes possèdent une aura particulière propre à...
House of the Devil, The
Les années 80, c'était l'âge d'or des films d'horreur. C'était l'époque où les salles obscures pouvaient accueillir des films d'épouvante des quatre coins du monde et où le spectateur était respectueux du matériel et des gens. Enfin, c'était la belle époque. C'était aussi une époque où l'imagination était foisonnante et où les scénaristes et réalisateurs se démenaient pour trouver de bonnes idées...