Voir la fiche complète du film : Edge of sanity (Gérard Kikoïne - 1989)

Edge of Sanity

Travaillant sur une solution anesthésique révolutionnaire, le Docteur Henry Jekyll absorbe par accident cette substance. Cet Edge of Sanity s'avère être un détournement intéressant du célèbre roman.
Publié le 23 Mars 2018 par GORE MANIACVoir la fiche de Edge of sanity
6
Tueur en série

Travaillant sur une solution anesthésique révolutionnaire, le Docteur Henry Jekyll absorbe par accident cette substance. Agissant sur lui comme une drogue, cette poudre va le transformer en un être marginal, plus fort et plus violent : Jack Hyde.

Paru en 1886, le court roman de Robert Louis Stevenson, L'Etrange Cas du Dr Jekyll et de Mr Hyde, a inspiré bon nombre de réalisateurs depuis le début du XX ème siècle. La plupart du temps, des approches manichéennes opposent totalement les deux facettes du héros. Pourtant, Stevenson n'exclut jamais une parenté trouble unissant le créateur et son démon intérieur dans un cadre psychanalytique que n'aurait pas renié Freud.

Edge of Sanity

C'est cette relation ambiguë qui marque le point de départ de cette relecture de 1989. Handicapé par un drame survenu durant sa jeunesse (un acte de voyeurisme coupable qui le hantera toute sa vie), le Docteur Jekyll ne semble subsister que pour ses travaux. Négligeant son adorable épouse, il enfouit en lui des désirs malsains qui constitueront l'unique obsession de Hyde.

Absorbé par le rôle phare de Norman Bates dans la saga Psychose, Anthony Perkins ne trouvera que trop rarement des rôles à la (dé)mesure de son talent. Affaibli par le sida, qui le tuera quelques années plus tard, Perkins est de loin l'attrait principal de cette version. Promenant sa silhouette famélique dans les rues les plus malfamées de Londres, il arpente les bordels où sa sinistre figure, tour à tour verdâtre oublafarde, inspecte ses futures partenaires de jeu. En trouvant une prostituée ressemblant à son fantasme d'adolescent, Hyde versera alors dans la luxure, la dépravation et le meurtre.

Cet Edge of Sanity diffère finalement de plusieurs manières des précédentes adaptations.

Edge of Sanity

Tout d'abord, en ne dissociant guère l'aspect physique du héros et de son double maléfique. Un maquillage, alternant entre un blanc diaphane et un vert cadavérique, constitue la seule divergence entre les deux protagonistes. Une occasion en or laissée entre les mains d'un Perkins effrayant à souhait dans le rôle de Hyde. Epaulé par de bons jeux de lumière, il promène un regard glacial sur ses futures victimes.

Ensuite, en présentant sans fard les vices de Hyde. Junkie adepte de jeux BDSM, il bénéficie là du passé sulfureux de son réalisateur, Gerard Kikoïne. Débutant sa carrière dans les années 70 dans le milieu porno, le cinéaste français se "racheta une conscience" dans les années 80 en alternant entre bons films érotiques (Lady Libertine), séries TV et deux films d'épouvante en fin de carrière. A l'aise dans les scènes érotiques et la photographie (on appréciera notamment son immersion dans le Londres des bas quartiers), il peine néanmoins dans la direction d'acteurs badauds, les fades et vulgaires dialogues n'arrangeant rien.

Enfin, en reliant le mythe de Jekyll et Hyde à celui de Jack l'Eventreur. Dès lors, on appréciera de renouer avec l'ambiance nocturne de Whitechapel, plutôt bien restituée. Même si cette affiliation semble quelque peu facile, l'occasion est pourtant belle d'associer ces deux fascinantes histoires (par ailleurs superbement illustrées par David Wickes pour la télévision, entre 1988 et 1990).

Edge of Sanity

Se démarquant de l'oeuvre de Stevenson et de la majorité des autres adaptations dans un final politiquement incorrect, cet Edge of Sanity s'avère être un détournement intéressant du célèbre roman. Fortement axée sur les déviances lubriques de Hyde, cette série B n'évite pas les excès et les séquences volontiers racoleuses. Cependant, l'interprétation complexe du regretté Anthony Perkins mérite à elle seule le coup d'oeil !

 

A propos de l'auteur : GORE MANIAC

J'essaie de partager ma passion pour un cinéma méconnu, mais qui mérite incontestablement qu'on s'y arrête !

Autres critiques

Territoire des Ombres - Première Partie : Le Secret des Valdemar, Le
Alors qu'une experte en immobiliers évalue une immense demeure familiale, elle disparaît sans laisser de trace. Un détective privé est engagé pour la retrouver. S'il n'est nul besoin de présenter l'oeuvre mythique de Lovecraft dans le domaine littéraire, il est à déplorer que la plupart de ses adaptations cinématographiques soient beaucoup moins incontournables. Exception faite d'une poignée de...
Sinister
Auteur d'un best-seller il y a dix ans de cela, Ellison Oswalt est depuis en quête d'un nouveau succès marquant. Endetté, il emménage avec sa femme et ses deux enfants dans une maison dans laquelle d'odieux meurtres ont été commis. A mesure qu'il commence ses investigations pour son nouveau roman à sensation, Ellison découvre dans le grenier de la demeure un vieux Super 8 et des...
Le Fils du Mask
Réaliser une suite au Mask de Chuck Russell ? Diantre, que voilà un pari culotté ! Il faut dire que le film original n'appelait pas franchement à une séquelle et que les risques de tomber dans le ridicule ou le grotesque étaient nombreux. Si Chuck Russell était parvenu à évoluer sur le fil du rasoir, toujours sur la corde raide entre cartoon et réalité, pour livrer au final un très bon...
Battleship
Notre planète est assaillie par une horde de vaisseaux spatiaux qui s'échoue au large de l'archipel d'Hawaï. Une flotte américaine en manoeuvre dans la zone va devoir repousser l'invasion. C'est donc avec trois bouts de ficelle en guise de scénario que Hasbro reprend le célèbre jeu de société pour en faire un blockbuster complètement décérébré. Tout comme leur licence phare...
Last of the Living
Quand on s’attaque à un thème aussi exploité que les morts-vivants ou la comédie de zombies en l’occurrence, il faut avoir un minimum d’idées et un scénario potable pour se lancer dans l’aventure. Faire un film sans imagination et surtout sans apporter un petit quelque chose au genre, c’est un peu comme suivre le troupeau de moutons qui saute de la falaise. Autrement...

Sur Horreur.net