Voir la fiche complète du film : Edge of sanity (Gérard Kikoïne - 1989)

Edge of Sanity

Travaillant sur une solution anesthésique révolutionnaire, le Docteur Henry Jekyll absorbe par accident cette substance. Cet Edge of Sanity s'avère être un détournement intéressant du célèbre roman.
Publié le 23 Mars 2018 par GORE MANIACVoir la fiche de Edge of sanity
6
Tueur en série

Travaillant sur une solution anesthésique révolutionnaire, le Docteur Henry Jekyll absorbe par accident cette substance. Agissant sur lui comme une drogue, cette poudre va le transformer en un être marginal, plus fort et plus violent : Jack Hyde.

Paru en 1886, le court roman de Robert Louis Stevenson, L'Etrange Cas du Dr Jekyll et de Mr Hyde, a inspiré bon nombre de réalisateurs depuis le début du XX ème siècle. La plupart du temps, des approches manichéennes opposent totalement les deux facettes du héros. Pourtant, Stevenson n'exclut jamais une parenté trouble unissant le créateur et son démon intérieur dans un cadre psychanalytique que n'aurait pas renié Freud.

Edge of Sanity

C'est cette relation ambiguë qui marque le point de départ de cette relecture de 1989. Handicapé par un drame survenu durant sa jeunesse (un acte de voyeurisme coupable qui le hantera toute sa vie), le Docteur Jekyll ne semble subsister que pour ses travaux. Négligeant son adorable épouse, il enfouit en lui des désirs malsains qui constitueront l'unique obsession de Hyde.

Absorbé par le rôle phare de Norman Bates dans la saga Psychose, Anthony Perkins ne trouvera que trop rarement des rôles à la (dé)mesure de son talent. Affaibli par le sida, qui le tuera quelques années plus tard, Perkins est de loin l'attrait principal de cette version. Promenant sa silhouette famélique dans les rues les plus malfamées de Londres, il arpente les bordels où sa sinistre figure, tour à tour verdâtre oublafarde, inspecte ses futures partenaires de jeu. En trouvant une prostituée ressemblant à son fantasme d'adolescent, Hyde versera alors dans la luxure, la dépravation et le meurtre.

Cet Edge of Sanity diffère finalement de plusieurs manières des précédentes adaptations.

Edge of Sanity

Tout d'abord, en ne dissociant guère l'aspect physique du héros et de son double maléfique. Un maquillage, alternant entre un blanc diaphane et un vert cadavérique, constitue la seule divergence entre les deux protagonistes. Une occasion en or laissée entre les mains d'un Perkins effrayant à souhait dans le rôle de Hyde. Epaulé par de bons jeux de lumière, il promène un regard glacial sur ses futures victimes.

Ensuite, en présentant sans fard les vices de Hyde. Junkie adepte de jeux BDSM, il bénéficie là du passé sulfureux de son réalisateur, Gerard Kikoïne. Débutant sa carrière dans les années 70 dans le milieu porno, le cinéaste français se "racheta une conscience" dans les années 80 en alternant entre bons films érotiques (Lady Libertine), séries TV et deux films d'épouvante en fin de carrière. A l'aise dans les scènes érotiques et la photographie (on appréciera notamment son immersion dans le Londres des bas quartiers), il peine néanmoins dans la direction d'acteurs badauds, les fades et vulgaires dialogues n'arrangeant rien.

Enfin, en reliant le mythe de Jekyll et Hyde à celui de Jack l'Eventreur. Dès lors, on appréciera de renouer avec l'ambiance nocturne de Whitechapel, plutôt bien restituée. Même si cette affiliation semble quelque peu facile, l'occasion est pourtant belle d'associer ces deux fascinantes histoires (par ailleurs superbement illustrées par David Wickes pour la télévision, entre 1988 et 1990).

Edge of Sanity

Se démarquant de l'oeuvre de Stevenson et de la majorité des autres adaptations dans un final politiquement incorrect, cet Edge of Sanity s'avère être un détournement intéressant du célèbre roman. Fortement axée sur les déviances lubriques de Hyde, cette série B n'évite pas les excès et les séquences volontiers racoleuses. Cependant, l'interprétation complexe du regretté Anthony Perkins mérite à elle seule le coup d'oeil !

 

A propos de l'auteur : GORE MANIAC

J'essaie de partager ma passion pour un cinéma méconnu, mais qui mérite incontestablement qu'on s'y arrête !

Autres critiques

First Squad : Le moment de vérité
1942, l'Europe est plongée dans la tourmente de la Seconde Guerre mondiale. Les nazis gagnent du terrain sur le front russe. C'est dans ce contexte que la jeune Nadya, douée de dons de voyance, doit empêcher des guerriers déchus de rejoindre le monde des vivants… La Seconde Guerre mondiale a toujours été une manne providentielle pour toute sorte de médias. Littérature, cinéma, jeux...
Silent night
Cinq films auront été nécessaires à Douce nuit, sanglante nuit pour certifier que les fêtes de Noël ne sont pas toujours synonymes de goinfrades assumés, de papiers cadeaux chiffonnés et autres joyeusetés propres à notre société de consommation. On peut aussi offrir des productions empoisonnées qui n’ont cessé de se dégrader au fil des épisodes. En dehors d’un premier opus correct, il en...
Silent night
Cinq films auront été nécessaires à Douce nuit, sanglante nuit pour certifier que les fêtes de Noël ne sont pas toujours synonymes de goinfrades assumés, de papiers cadeaux chiffonnés et autres joyeusetés propres à notre société de consommation. On peut aussi offrir des productions empoisonnées qui n’ont cessé de se dégrader au fil des épisodes. En dehors d’un premier opus correct, il en...
Blood Snow
Blood Snow ... Quel titre d'une banalité affligeante alors que le Necrosis originel a tout de même une autre gueule. Vous me direz que ça ne change rien au contenu du film (et vous aurez raison) mais il n'empêche que cette manie de remplacer les titres anglophones par d'autres également en Anglais afin d'assurer l'exploitation en France est agaçante. Bref, après ce petit coup de gueule salvateur...
Penny Dreadful
S’il faut citer des mythes littéraires, alors l’Angleterre victorienne est l’un des viviers les plus prolifiques en la matière. Ses histoires et ses personnages marquent les générations au fer rouge avec leur lot d’adaptation au fil des décennies. Cinéma, romans inédits, séries ou bande dessinée, l’influence de cette époque ne cesse d’inspirer les auteurs et artistes à travers des fresques...

Sur Horreur.net