Voir la fiche complète du film : La Falaise Mystérieuse (Lewis Allen - 1944)

La Falaise mystérieuse

Entre le fantastique, la comédie romantique et, de façon plus circonspecte, le film noir, La Falaise mystérieuse se distingue par son originalité. Le film de Lewis Allen se joue de ficelles psychologiques particulièrement subtiles et novatrices, sans pour autant faire l’impasse sur la qualité de la scénarisation et de la mise en scène. L’ensemble profite d’un discours engagé et d’un traitement à contre-courant des productions de l’époque. Il en ressort une lecture riche et multiple qui contente différents publics pour ce qui reste une référence en matière d’histoires de hantise.
Publié le 13 Décembre 2020 par Dante_1984Voir la fiche de La Falaise Mystérieuse
9

Le cinéma américain des années 1940 est particulièrement apprécié pour ses comédies musicales, ainsi que l’avènement du film noir. En pleine tourmente de la Seconde Guerre mondiale, la première moitié de la décennie marque aussi un tournant dans les productions fantastiques, notamment celles ayant trait aux histoires de fantômes. Ce type d’intrigue, comme le genre, fait surtout l’objet d’incursions légères où le caractère humoristique les assimile davantage à des comédies. À bien des égards, La Falaise mystérieuse constitue un précédent. Première (et meilleure) réalisation de Lewis Allen, l’approche « sérieuse » est également inédite pour les studios Paramount.

 

Profitant d’un budget confortable, le metteur en scène a toute largesse pour développer sa vision artistique. Ce qui est assez rare pour le souligner. Force est de reconnaître qu’il s’essaye à de véritables expérimentations cinématographiques. En cela, le traitement se veut très sensitif. Preuve en est avec l’évocation d’un parfum de mimosa qui suggère la présence spectrale au sein des lieux. Mais les entités de l’au-delà sont également suggérées par d’autres processus, tout aussi ingénieux, notamment le comportement du chien en début de métrage ou encore l’importance de la température des pièces. Ce dernier point est aussi un indicateur précieux sur les émotions des protagonistes.

Loin de frasques spectaculaires promptes à caricaturer les phénomènes paranormaux, le traitement privilégie une approche psychologique, à la fois novatrice et moderne pour l’époque. D’ailleurs, les apparitions sont rares et passent, là encore, par des sons diffus, des sanglots, des rires. La sensation d’une présence invisible est réelle et est particulièrement bien amenée au gré des séquences. Il ne s’agit pas uniquement de focaliser les épisodes de hantise en pleine nuit, mais d’auréoler l’intrigue d’une aura mystérieuse lors des phases diurnes. En l’occurrence, on ne recherche pas forcément une oppression permanente. Le procédé met surtout l’accent sur le caractère énigmatique de l’affaire.

 

Le cadre se révèle donc étonnamment avenant. L’éclairage, la saisonnalité printanière ou l’espace vaste des pièces. On ne se situe pas encore dans une image lugubre et gothique, comme on pourra le constater avec des classiques tels que La Maison du diable ou La Nuit de tous les mystères. On retrouve d’ailleurs cette tonalité légère évoquée plus haut. Bien qu’elle soit secondaire, elle s’insinue dans l’intrigue de manière régulière par quelques traits d’humour et des échanges bien sentis. L’ensemble peut paraître déconcertant d’alterner avec un aspect plus « grave ». Toutefois, les différentes facettes du récit sont bien équilibrées.

Cela vaut également lorsque les protagonistes enquêtent sur le passé de la demeure. Sur ce point, on se rapproche des films à énigmes, semblables à One Body Too Many. On pourrait même appuyer la comparaison jusqu’à instaurer le doute quant à la véracité de la hantise. Cependant, le propos écarte assez rapidement toute rationalité pour se concentrer sur l’origine de ces errances fantomatiques. L’occasion est donnée de traiter de sujets sensibles, voire tabou pour l’époque, comme l’homosexualité. L’avant-gardisme dont fait preuve l’histoire rejoint alors celui de la mise en scène pour faire de La Falaise mystérieuse une œuvre audacieuse et ambitieuse.

 

À raison, le film de Lewis Allen est bien souvent comparé à Rebecca d’Alfred Hitchcock. On songe au cadre de la maison, proche d’une falaise. Dès lors, le domaine de Windward est le pendant de Manderley. Cependant, ce n’est pas la seule occurrence entre ces deux productions de qualité. L’obsession amoureuse qui hante les protagonistes dissimule également des femmes à la personnalité écrasante. Le passé est donc beaucoup plus apparent que le présent lui-même. Les intervenants vivent autant dans l’ombre que dans le souvenir du ou des défunts. Cette connivence entre les cinéastes et leur œuvre respective (toutes deux basées sur des romans) ne s’arrête pas en si bon chemin, car Hitchcock renverra la politesse à son confrère en y faisant de nouveau allusion pour Sueurs froides.

Au final, La Falaise mystérieuse réinvente le film de fantômes de la plus belle des manières. S’il affiche un premier degré qui tranche avec le comique des productions de l’époque, le métrage de Lewis Allen n’en est pas pour autant sinistre. Le réalisateur parvient à susciter l’angoisse d’une maison hantée par la simple suggestion et une photographie de qualité. Toute la singularité du film tient à s’amuser du contraste entre des lieux accueillants et un élément perturbateur jugé inquiétant et incompréhensible. L’approche du fantastique est tel qu’on pourrait presque le qualifier de contes féériques contemporains, comme le fera, trois ans plus tard, Joseph L. Mankiewicz pour L’Aventure de madame Muir. À la fois habile, maîtrisé et malicieux dans son traitement, un incunable du septième art.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

La Main du Diable
La Main du Diable fait parti des rares films à avoir été tournés par la France sous l'occupation. Il fut produit par Continental Films, la société de production mise en place par les allemands - Goebbels en tête, qui disparut à la fin de la guerre. Une question se pose alors : La Main du Diable est-il un film de collabos et un film de propagande ? Au premier abord, tout semble indiquer que...
Saint
Au Pays-bas, tout comme dans ma Belgique natale, Saint-Nicolas est une institution au moins aussi populaire que le Père Noël, si pas plus. Basée sur une personne ayant réellement existé, Nicolas de Myre, la légende veut qu'il aurait ressuscité trois enfants tués par un boucher. Ce faisant, il est devenu le protecteur des enfants, des veuves et des gens faibles. Bref, un personnage...
The Garden of Sinners
La culture nippone étant profondément influencée par son folklore, certaines œuvres issues de l’archipel sont imprégnées d’une connotation paranormale. Pour un anime japonais, comme pour un manga, il est plus rare de se cantonner à un style précis. En l’occurrence, le thriller se teinte d’une ambiance fantastique, voire horrifique. À l’inverse, les récits de science-...
La Mutante des Mers
La Mutante des Mers se présente comme le remake d'un film de monstre de 1956 : The She-Creature d' Edward L. Cahn . N'ayant pas vu cet antique témoin d'un cinéma populaire à base de Craignos Monsters en latex, c'est donc vierge de tout apriori que j'ai entamé le visionnage du film de Sebastian Gutierrez . Et puisque j'en suis aux confidences, sachez que j'ai...
The Dead Don't Die
Face à la profusion de productions en matière de morts-vivants, il semble difficile de présenter le sujet sans paraître répétitif. Cela vaut également pour la comédie horrifique dont les fondamentaux se sont essentiellement forgés au cours des années 2000. Toute considération parodique écartée, ce type de métrages peut se montrer généreux et ultra-référentiel, comme Shaun of the Dead ou Bienvenue...