Voir la fiche complète du film : La Nuit des requins (Tonino Ricci - 1987)

La nuit des requins

La nuit des requins s’empêtre dans ses contradictions et en oublie de focaliser son attention sur le requin. Il en ressort une série B qui lorgne davantage du côté du film d’action fauché et ennuyeux où l’histoire accumule les incohérences. Les fondamentaux du survival animalier ne sont guère maîtrisés, encore moins assumés.
Publié le 20 Septembre 2018 par Dante_1984Voir la fiche de La Nuit des requins
3
Requin

Si les années 1980 sont assez prolifiques dans le domaine horrifique avec l’émergence de boogeymans emblématiques, le survival animalier profite avec modération du succès des Dents de la mer. Loin d’être notable, on peut citer les deux dernières suites au chef d’œuvre de Spielberg, ainsi que La mort au large. Produit italien de seconde zone qui s’avance comme une version édulcorée de son modèle américain. De prime abord, La nuit des requins surfe sur cette vague de films. Le passif de Tonino Ricci en matière de séries B semble également aller en ce sens. Et ce n’est pourtant qu’à une approche mal assumée et maladroite à laquelle il faut nous confronter.

La nuit des requins ne se passe pas au lit

Le cadre des Caraïbes au large des côtes mexicaines concourt à instaurer l’ambiance où l’entame voit s’affronter l’homme et l’animal dans un mélange d’hémoglobine et de bulles. L’ensemble reste assez surfait et basique, mais la démonstration laisse à penser à une potentielle générosité dans sa progression. Le genre n’étant pas gangrené par le modèle propre aux actuelles productions, l’histoire tente également de s’affranchir de certains poncifs avec un scénario de chantage sur fond de milieu mafieux. Des ingrédients hétéroclites inhérents aux séries B qui, pour l’époque, pouvaient faire illusion et offrir un divertissement relativement riche en péripéties, à défaut de rebondissements crédibles.

Malheureusement, c’est sur cette intrigue secondaire que se concentre la trame et non sur l’affrontement avec le requin. Car s’il n’a pas encore été évoqué clairement, il se fait furieusement discret. L’on assiste plutôt à une confrontation à distance entre les victimes du chantage et le frère du maître chanteur. Une situation improbable, pour ne pas dire cocasse, qui ne s’embarrasse guère de cohérence pour expliquer la traque et les moyens sollicités pour mettre la main sur une cervelle d’oiseau. En la personne de Treat Williams, le frère n’est pas en reste en s’obstinant à un affrontement inutile et vain. Sa solution? Prendre les armes et planquer la preuve fragile dans le ventre de son ennemi juré: le requin.

Un coup de soleil, ça fait mal

L’obsession qui tourne autour du requin peut faire référence au rapport homme/animal que l’on retrouve dans le roman d’Herman Melville, Moby Dick. Cette allusion anecdotique ne change pas grand-chose à l’appréciation générale. Le squale s’invite à intervalles irréguliers dans les bévues du protagoniste, tandis que l’exploration de l’île entre deux fusillades souffre de nombreux écueils. À commencer par un rythme anarchique où la succession d’événements fait s’enchaîner les séquences avec précipitation ou langueur. On n’échappe pas à deux ou trois passages «glamour», ainsi qu’aux comportements erratiques et stupides des différents intervenants.

Dans ces circonstances, les attaques du requin, ainsi que les victimes, se comptent sur les doigts d’une main. L’alternance entre une reproduction en plastique (ou en carton) et un véritable squale s’arroge les mêmes tics de cadrage pour l’ensemble du métrage. Plans rapprochés sur l’œil du biennommé Cyclope, caméra subjective, séquence sous-marine indigente... Non seulement la mise en scène est aussi fauchée que les idées faméliques du récit, mais le tout dégage un profond sentiment d’ennui. Les échanges sont creux et la progression redondante au possible pour essayer de démêler l’imbroglio scénaristique dans lequel se sont empêtrés les personnages. En ce sens, le dénouement est un modèle de bêtise pour tenter de conclure la vendetta de l’antagoniste sur fond de menaces sous-jacentes. Absurde et illogique.

Un ballet marin bien mollasson

Au final, La nuit des requins se distingue surtout par un titre paradoxal. Hormis de trop furtifs plans nocturnes, la pénombre n’est guère de circonstances, tout comme la présence sporadique du requin. On notera qu’il n’y a aucune autre trace animale aux alentours. Au même titre que le cheminement incohérent et ennuyeux de l’intrigue, les fonds marins restent cruellement déserts. L’accent est plutôt mis sur cette histoire de chantage, au lieu de s’en servir comme prétexte pour amener le squale au centre de toutes les préoccupations. Une manière comme il en existe tant d’autres de perdre de vue son sujet principal au profit d’un traitement hasardeux, mal dégrossi et globalement ringard.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Scar 3D
Les producteurs et les gérants des salles de cinéma ont eu il y a quelques décennies la bonne idée de vouloir faire des films en 3D, dans l'espoir mensonger de faire vivre de nouvelles sensations aux spectateurs et dans l'espoir véritable de faire des rentrées d'argent conséquentes. Ce sketch a commencé dans les années 80 avec des films comme Vendredi 13 Meurtres en 3D ou encore Les Dents de la...
Intelligence
Depuis les années 2000 et avec la série 24 , on assiste à la glorification des autorités, particulièrement des services secrets des Etats-Unis. L’une des nombreuses conséquences du 11 septembre? Toujours est-il qu’il en ressort une volonté évidente à raviver la flamme patriotique et à redorer le blason de certaines institutions telles que la CIA. Si 24 parvenait à échafauder des intrigues...
La créature des bermudes
Quand on s’appelle SyFy, on dispose d’une certaine notoriété dans la production de seconde zone. Digne concurrent et parfois collaborateur d’Asylum dans la démarche du «toujours plus nul, toujours plus absurde», la firme multiple la quantité au détriment de la qualité. Certes, l’on ne s’attend jamais à une surprise ou à un sursaut d’orgueil (environ moins de 5% de leur filmographie), mais ce...
Démons du maïs 5 : la Secte des Damnés, Les
Y a vraiment pas à dire: le maïs, c'est une belle saloperie. Encore pire que la pire des mauvaises herbes. T'as beau le couper, l'arracher ou le crâmer, il revient toujours... Vous êtes prêts pour une cinquième incursion dans ces champs dégénérés où les plantes sont nourries au sang et où les enfants portent des prénoms bibliques? Si oui, suivez-moi, c'est par ici que ça se passe. Des effets...
Hôtel Transylvanie
Pour les 118 ans de sa fille, le comte Dracula réunit ses amis à son château pour une grande fête. Tout semble se dérouler comme prévu jusqu'à l'irruption d'un globe-trotter un peu perdu. La venue de cet importun risque de compliquer la situation... Après des productions assez plaisantes (Les rois de la glisse, Tempête de boulettes géantes...), mais loin de faire l'unanimité, les...