Voir la fiche complète du film : My Amityville Horror (Eric Walter - 2012)

My Amityville Horror

Un documentaire qui a le mérite d’éviter la carte du sensationnalisme pour recueillir un témoignage de première main. Malgré l’évocation d’éléments inédits et de nouvelles théories qui se profilent, le véritable écueil tient au comportement et à la personnalité de Daniel Lutz. Ce dernier mine le projet par son intolérance et son auto-apitoiement. Un film cathartique pour son protagoniste, mais trop subjectif pour être pleinement convaincant.
Publié le 30 Mai 2019 par Dante_1984Voir la fiche de My Amityville Horror
6

Tout semble avoir été dit sur le 112 Ocean Avenue. Du massacre des DeFeo à la fuite soudaine de la famille Lutz, Hollywood a surexploité le sujet jusqu’à en dénaturer les faits réels. Entre les objets possédés et autres manifestations paranormales, on nous a servi un peu tout et n’importe quoi. Bien que non dénué de reproches, le remake avait au moins le mérite de revenir aux origines de ce fait divers. Depuis, les années 2010 ont lancé une campagne de métrages bas de gamme qui, pour la plupart d’entre eux, restent inédits en France. Au vu des retours outre-Atlantique, ce n’est pas forcément un mal. Avec My Amityville Horror, on a droit à un nouveau documentaire.

Souvenirs de famille

Contrairement à la rétrospective Amityville: L’histoire vraie, la présente production implique l’un des principaux intéressés: Daniel Lutz. Bien qu’ils aient pâti des répercussions, les enfants ont toujours été tenus à l’écart des caméras et des médias. Si ses frère et sœur ont décidé de ne pas prendre part à ce projet, Daniel souhaite raconter sa version des faits. Il n’est pas ici question de faire dans le sensationnalisme avec une enquête nocturne sur la propriété du 112 Ocean Avenue, comme le ferait une équipe de chasseurs de fantômes ou des parapsychologues. La trame se révèle un témoignage qui relève davantage de la psychanalyse.

On tient même un entretien avec une psychologue en guise d’intermèdes, mais ces derniers demeurent assez stériles aussi bien pour le spectateur que pour Daniel Lutz. Par ailleurs, l’ensemble du documentaire est entièrement centré sur sa personne, quitte parfois à oblitérer la rigueur journalistique pour évoquer l’affaire. Dans un sens, cela peut paraître logique. Il n’empêche que le traitement manque du recul nécessaire pour faire preuve d’objectivités en pareilles circonstances. D’anciennes connaissances permettent de dynamiser les interviews et donner le change. On songe notamment à la présence de Lorraine Warren ou celle de Laura DiDio.

Une nouvelle visite chez les Warren

Le documentaire a le mérite d’évoquer des éléments «inédits». Ceux-ci ont été trop vite passés sous silence ou n’ont pas été suffisamment approfondis par les enquêteurs ou journalistes d’investigation. On pense surtout à l’inclination de George Lutz pour l’occultisme. Certains aspects restent assez troublants et cela ne tient pas qu’à sa figure autoritaire ou sa personnalité beaucoup plus ambivalente que l’image renvoyée par les médias. De même, les manifestations se produisent dans un contexte différent des faits relatés par le cinéma ou même le livre de Jay Anson. Par exemple, le fameux «cochondémoniaque », la porte de garage récalcitrante ou les supposés pouvoirs télékinétiques de George Lutz.

Quelques «experts» interviennent et semblent remettre en cause la thèse du paranormal avant d’y adhérer en évoquant des arguments discordants. À croire qu’il ne fallait pas déroger à la ligne directrice adoptée par le réalisateur ou plutôt du point de vue de Daniel Lutz. Derrière ses atours d’inadapté social, l’homme ne supporte pas qu’on le contredise. Colérique et impulsif, il se montre intransigeant et passablement obtus avec les personnes qui tentent de comprendre. Il suffit d’une simple question déplaisante ou d’une mise en défaut pour qu’il s’emporte. Sur la longueur, son comportement est agaçant, car l’écoute se fait seulement à sens unique. Il n’admet même pas l’agnosticisme du caméraman!

Vous n'aimez pas ce qu'il raconte ? Il va vous botter les fesses après vous avoir insulté...

Au final, My Amityville Horror brasse de bonnes idées pour essayer d’éclaircir un fait divers déformé par la fiction et la culture populaire. Certaines révélations sont assez étonnantes et ouvrent la piste à de nouvelles théories. Néanmoins, l’approche subjective se restreint à la seule vision de Daniel Lutz, personnage antipathique et inconstant. Entre sa possession présumée et son hypothétique tentative de meurtre sur son beau-père (une évocation qui n’a fait l’objet d’aucun approfondissement), l’homme ne supporte pas la contradiction. Pour autant, il en fait preuve. Il participe au documentaire pour témoigner avec un dogmatisme évident. Pourtant et selon ses propres dires, il n’essaye plus de convaincre ses interlocuteurs depuis longtemps. Bref, on parle de tout et son contraire, sans vraiment faire la lumière sur le 112 Ocean Avenue.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Mortal Kombat
Les années 1990 auront marqué l’émergence des adaptations cinématographiques de jeux vidéo. Les premiers résultats en la matière laissaient pour le moins… « circonspect », comme Super Mario Bros , Double Dragon ou Street Fighter . Éternel rival de ce dernier, Mortal Kombat a également profité de cet engouement avec un premier métrage distrayant et honnête, mais somme...
La Planète Des Vampires
1964. Mario Bava, qui s’était fait connaître en tant que chef-opérateur sur des productions américaines tournées alors dans les studios romains, vient depuis quelques années de passer à la mise en scène. Après avoir terminé les tournages de Caltiki, le monstre immortel et Les Vampires (tous deux réalisés par Riccardo Freda), Bava se voit confier sa première réalisation avec Le Masque du...
Fanatique
**Attention, cette critique contient de nombreux spoilers.** Sept étudiants séjournent un week-end sur une petite île afin d'y étudier la faune locale. Ils sont accueillis sur place par leurs hôtes, un couple de cinéphiles sympathique mais quelque peu insolite. Le slasher, sous-genre horrifique rendu célèbre dès la fin des années 70, avec le succès des franchises Halloween et Vendredi 13 ,...
Nine Dead
Une visuel illuminé par le blanc, une salle de bain, une toilette, une personne enchaînée et au milieu de la pièce, un revolver posé à coté d'un cadavre baignant dans son sang. Si la jaquette de Nine Dead vous rappelle quelque chose c'est normal, tellement la tentative de filiation avec le premier Saw semble évidente. Pourtant, le film de Chris Shadley ne joue pas du tout dans la même...
Penance
Depuis Saw et Hostel , le torture-porn s’est largement démocratisé avec quelques sympathiques surprises ( The collector , Grotesque …), mais également pas mal d’étrons imbuvables ( Scar 3D , Broken …). En parallèle de cette évolution chaotique, le faux documentaire semble avoir suivi la même courbe avec une baisse qualitative encore plus flagrante. Aussi, le mélange des genres peut parfois...