Voir la fiche complète du film : Paranoiaque ! (Freddie Francis - 1963)

Paranoïaque

Alors qu'elle assiste à une messe en l'honneur de ses parents et de son frère disparus, Eleanor Ashby pense reconnaître son défunt frère dans l'église. Paranoïaque fait partie de ces petites perles noires oubliées qu'il est de bon ton de reconsidérer à sa juste valeur, à mi-chemin entre les Diaboliques de Clouzot et les Innocents de Clayton.
Publié le 19 Décembre 2017 par GORE MANIACVoir la fiche de Paranoiaque !
8

Attention, cette critique contient quelques spoilers.

Alors qu'elle assiste à une messe en l'honneur de ses parents et de son frère disparus il y a près de dix ans, Eleanor Ashby pense reconnaître son défunt frère dans l'église. Sa tante et son frère, persuadés qu'elle perd la raison, ne la croient pas.

Faisant partie des meilleurs scénaristes de la Hammer, Jimmy Sangster s'oriente vers le thriller dès le début des années 60. Une aubaine pour la firme britannique, toujours ouverte à de nouveaux challenges. Après Hurler de Peur (1961), il puise son inspiration dans une nouvelle de Josephine Tey pour Paranoïaque. Chef opérateur virtuose récompensé par deux oscars, Freddie Francis n'en est qu'au début d'une belle carrière de réalisateur lorsqu'il est retenu pour ce film. Sa collaboration avec Sangster, qui s'étendra sur plusieurs thrillers, constituera l'un des points d'orgue de sa cinématographie.

Initialement prévu pour un tournage en couleurs, Paranoïaque a été magistralement sauvé de cette lubie par le tandem Sangster-Francis, bien décidé à conserver l'étiquette glauque et froide du film noir. Confiée à l'excellent Arthur Grant, qui oeuvra régulièrement pour la Hammer (les Vierges de Satan, l'Invasion des Morts-Vivants), la photographie constitue l'un des points forts du film. Très soignée, jouant sur des jeux de lumière mettant en avant la noirceur des protagonistes et sur les zones d'ombre d'un scénario bien agencé, elle joue un rôle capital en nous immergeant pleinement dans ce délicieux casse-tête.

1

Pour l'une de ses premières réalisations, Francis installe un climat délétère qui ne va cesser de se déliter, à l'image d'un Oliver Reed qui écrase l'ensemble du casting de sa présence animale et magnétique. Au départ simple bourgeois cynique et alcoolique, il sombre petit à petit dans une spectaculaire folie furieuse. Dans un rôle sur-mesure (le comédien était réputé pour ses nombreuses frasques), Reed signe sans aucun doute sa meilleure prestation pour les studios Hammer, égalant des Brando et autres Kinski dans un final de haute volée.

Bande-Annonce

Face à un aussi infernal talent, il semble difficile d'exister pour les autres comédiens, du très effacé Alexander Davion (Tony) à la jolie Janette Scott (Eleanor), même si Sheila Burrell cultive l'ambiguïté dans le rôle de la tante Harriet. Sa relation avec son neveu névrosé s'avère aussi troublante que celle entre Eleanor et Tony. Pensant retrouver son frère, qu'elle croyait mort huit ans plus tôt, elle finira par sombrer dans l'inceste après avoir flirté avec le suicide. Ces multiples tensions et liens sordides au sein de cette famille, rarement évoqués au cinéma, constituent l'un des points d'orgue d'un scénario macabre à souhait.

1

Après des doutes vite levés sur l'identité de Tony, on s'intéressera au sort subi par l'adolescent en question. Sombrant dans un climat quasi gothique qu'aurait apprécié Edgar Poe, Paranoïaque s'achève dans un incendie salvateur, souvent utilisé dans les productions Hammer pour en finir avec le monstre du film. Un monstre à visage humain, ici, pourtant tout aussi effrayant que les vampires et autres créatures démoniaques illustrant souvent les célèbres studios britanniques.

Distribué en Blu-Ray par l'éditeur Elephant Films depuis près d'un mois, avec une dizaine d'autres productions Hammer (dont l'excellent Meurtre par Procuration, également composé par le duo Francis-Sangster), Paranoïaque fait partie de ces petites perles noires oubliées qu'il est de bon ton de reconsidérer à sa juste valeur, à mi-chemin entre Les Diaboliques de Clouzot et Les Innocents de Clayton.

A propos de l'auteur : GORE MANIAC
Portrait de GORE MANIAC

J'essaie de partager ma passion pour un cinéma méconnu, mais qui mérite incontestablement qu'on s'y arrête !

Autres critiques

Tape 407
Alors que les faux documentaires pullulent dans les contrées cinématographiques (remercions, ou pas, le succès de Paranormal activity), ce sous-genre de la culture horrifique peut se décompenser en deux catégories : les films un rien inventifs, à l'ambiance travaillée et respectueuse du public ; d'un autre côté, les petits opportunistes sans la moindre once de talent pensant qu'il...
Les innocents
Dans le domaine du fantastique, certaines œuvres littéraires du XIXe siècle demeurent des classiques qui, non contents de poser les bases d’un genre, le transcendaient à travers des intrigues intemporelles. On songe à Edgar Poe, Mary Shelley, Oscar Wilde ou encore Bram Stoker. Dans la même veine, Henry James a écrit Le tour d’écrou , roman remarquable en tout point, tant dans sa prose...
Making Off
Attention, cette critique contient quelques spoilers. Cédric Dupuis rêve depuis des années de devenir réalisateur. Sur un coup de tête, il décide de se lancer dans la mise en scène du plus terrifiant film d'horreur de tous les temps, au grand dam de sa petite amie et de ses camarades, peu enthousiastes à l'idée de joueur les acteurs. C'est ainsi que débute un tournage de plus en plus chaotique...
Don't Breathe - La maison des ténèbres
En 2013, Fede Alvarez crée la surprise avec un remake réussi du film culte Evil Dead . Le cinéaste imposait une habile relecture de l’œuvre de Sam Raimi. Son nouveau projet était donc attendu au tournant pour confirmer l’essai. Contrairement au titre racoleur français à la banalité affligeante, Don't Breathe révèle une approche étonnante du huis clos horrifique tel qu’on le...
Summer Shark Attack
Hormis quelques exceptions notables telles que 47 Meters Down ou Instinct de survie , faire un film de requins actuellement relève du suicide artistique. Les étrons d’Asylum, SyFy et consorts ne se sont pas contentés de miner le survival animalier par le fond. Ils l’ont tourné en ridicule, rivalisant de stupidités et d’idioties en tout genre. Le constat est si déplorable que l...