Voir la fiche complète du film : Robocop 3 (Fred Dekker - 1993)

Robocop 3

Un 3ème aventure très décevante du justicier de métal...
Publié le 1 Janvier 2008 par GeoffreyVoir la fiche de Robocop 3
4
Robot Police

Dans un futur proche, la multinationale OCP décide de construire Delta City sur les ruines du vieux Detroit. Un groupe d'habitants irréductibles refuse de quitter les lieux. Pour les convaincre, OCP décide de reprogrammer Rococop, policier d'elite fabriqué à partir de l'officier Murphy. Mais le docteur Lazarus, chargée de l'entretien de Robocop, refuse d'effacer la mémoire de Murphy...


Robocop Vs Roboninja...

Seconde suite du chef d'oeuvre de Paul Verhoeven, cet épisode aurait sans doute mieux fait... de ne jamais voir le jour. Je crois que l'on peut vraiment parler de catastrophe pour décrire le ratage total que sont ces troisièmes aventures de notre justicier de métal. Il faut dire qu'avec un scénario pareil, je crois que même Verhoeven n'aurait pas pu sauver Robocop 3 du ridicule.

Totalement foireuse et bourrée d'incohérences, l'histoire n'accroche absolument pas et il faut être un fameux fan pour rester jusqu'au bout. Le pitch de départ est déjà totalement bancal (pourquoi l'OCP ne propose tout simplement pas aux gens de les reloger dans les nouveaux appartements plutot que de chercher à les exterminer ?) et la suite ne fait que s'enfoncer de plus en plus (Un seul robot ninja? perdu, en voilà deux autres qui débarquent comme par magie... Et les punks utilisés comme flics...et la petite de dix ans, experte en informatique...) avec évidemment, en bouquet final, Robocop qui débarque en volant pour sauver la situation.

Est-ce vraiment le Franck Miller que nous connaissons qui nous a pondu un truc pareil? Il faut croire qu'il devait être dans un mauvais jour. Pourtant, on sent qu'il voudrait nous refaire le coup de Robocop 2 avec son univers très sombre, violent et corrompu. Mais là c'est plutôt la faute du réalisateur qui a raté la transposition à l'écran (ou celle des producteurs qui ont trop voulu édulcorer le sujet).


"Alors là, j'te débranche le firewall et j'te fais un washbrain informatique"

En effet, Fred Dekker essaye de donner du rythme à son film, mais reste très académique dans sa réalisation et surtout passe complètement à coté de l'ambiance. Il ne reste plus grand chose de l'univers crasseux et très sombre du deuxième opus. Ici, tout est plus clair, plus propre. Mais comme il est dit ci-dessus, Franck Miller a écrit un scénario bancal, qui hésite contamment entre l'humour et la noirceur. Difficile dans ces conditions de créer une bonne atmosphère.

La plupart des scènes et des personnages sont beaucoup plus proches du cartoon et de la caricature que de l'univers noir de Robocop. Peut-être était-ce, dès le départ, la volonté de Fred Dekker (il a participé à l'écriture) mais dans ce cas, il s'est royalement planté et a bien pourri la franchise. Car là où Robocop premier du nom était jubilatoire dans ses excès, Robocop 3 est franchement ridicule. (Une nouvelle fois la scène où Robocop vole... un passage vraiment traumatisant.)

De plus, Robocop a vraiment perdu tout son charisme et apparait vraiment comme un gros boulet. Il est lent, pas drôle et, à la limite, presque inutile dans le film. Il se contente d'apparaître de temps en temps mais s'en prend plein la tronche à chaque fois. C'est vrai que c'est plaisant de voir son héros être parfois malmené (comme dans le numéro 2), mais là c'est trop. Il résiste à des explosions de voiture et à des rockets, mais est complètement bousillé parce qu'il a pris une grenade dans la poitrine ? Allez...
En ajoutant à cela que les scènes d'action sont mollassonnes, inutile de préciser que Robocop 3 est un bon gros nanar.


Une symbolique discrète...

Bon, il est vrai que je suis très négatif et que le film peut encore être relativement divertissant, mais en tant que grand fan du film de Verhoeven (et dans une moindre mesure de sa suite) j'ai été vraiment attristé de ce spectacle. Maintenant il est probable que pris à part de la série, et si on a n'a pas vu les deux premiers opus, ce Robocop 3 peut s'avérer sympathique. Mais pas pour moi, désolé...


Brûlons vite toutes les copies du film!

Geoffrey Claustriaux
A propos de l'auteur : Geoffrey
Portrait de Geoffrey

Comme d'autres (notamment Max et Dante_1984), je venais régulièrement sur Horreur.net en tant que lecteur, et après avoir envoyé quelques critiques à Laurent, le webmaster, j'ai pu intégrer le staff début 2006. Depuis, mes fonctions ont peu à peu pris de l'ampleur.

Autres critiques

REC 2
Les films tournés caméra à l'épaule ne sont pas une nouveauté. Depuis Cannibal Holocaust , tout cela était un peu tombé en berne, puis est intervenu le Projet Blair Witch , qui a relancé la machine avec un succès plus ou moins mérité. Depuis quelques temps maintenant, les films faussement documentaire, ou documenteur, sortent de plus en plus sur nos écrans et il faut croire que cela donne des...
Dernier Maître de l'air, Le
Il n'y a pas si longtemps, chaque nouveau film de M. Night Shyamalan déclenchait une vive attente chez les spectateurs et la plupart des critiques de cinéma. Ce temps semble désormais révolu puisque outre le désamour des critiques depuis Le Village , Shyamalan doit aussi faire face à la défection du public. Il faut dire que ledit Village , ainsi que le film suivant, La Jeune Fille de l'...
Dragonball : Evolution
Dire que cette adaptation live du manga culte d’ Akira Toriyama s’est faite désirer est un doux euphémisme. En effet, cela faisait presque une dizaine d'années que des rumeurs couraient sur un possible long métrage et que des légions de fans s’excitaient à la moindre image "fake" débarquant sur le net. L’annonce officielle par la FOX de la mise en chantier du projet a donc logiquement attisé l’...
Devil Story : Il était une fois le Diable
Depuis des mois, le DVD de Devil Story trônait sur ma pile de films à chroniquer sans que j'ose y toucher. La raison de cette réticence était simple : ce film me faisait peur. Etais-je de taille à m'attaquer à ce que nos confrères de Nanarland.com, par ailleurs édteurs du DVD, décrivent comme, je cite, le plus mauvais film du monde et de sa proche banlieue ? De plus, Devil Story me...
Confession d'un Cannibale
Inspiré de l’histoire vraie d’Armin Meiwes, Grimm love s’attache à décrire avec précision et objectivité ce fait divers incroyable et abominable qui a défrayé la chronique au-delà des frontières allemande en 2001. Petit rappel des faits : Armin, informaticien perturbé par la mort de sa mère, se réfugie sur le net. Là, il y découvre un forum de cannibalisme où il poste une...