Voir la fiche complète du film : Scott Pilgrim (Edgar Wright - 2010)

Scott Pilgrim

Une adaptation très réussie du comics qui devrait plaire aux "geeks" et peut-être à un public un peu plus éloigné de cette culture pop-rock-jeux-vidéos. Moins drôle que les précédents films d'Edgar Wright mais l'ensemble est fun, rythmé et techniquement bien torché.
Publié le 15 Février 2011 par JulienVoir la fiche de Scott Pilgrim
8

Scott Pilgrim est un jeune garçon de 22 ans qui vit dans la ville de Toronto au Canada avec son ami gay Wallace. Scott sort avec une lycéenne, Knives Chau et joue de la basse au sein du groupe Sex Bob-Omb composé de ses amis, la batteuse Kim et le "talent" Stephen. Tout semble aller bien dans le meilleur des mondes jusqu'à ce que Scott rencontre la troublante Ramona Flowers. Il tombe amoureux d'elle et n'imagine pas une seconde que pour réussir à sortir avec elle, il va devoir affronter les 7 ex-petits copains maléfiques de Ramona...

Scott Pilgrim est à la base une série de comics créée (scénarios et dessins) par Bryan Lee O'Malley qui comporte six volumes en noir et blanc. Le premier volume est paru en août 2004 chez l'éditeur américain indépendant Oni Press. En France, on peut retrouver les aventures de Scott Pilgrim éditées par Milady. Le film lui, est l'oeuvre du réalisateur anglais Edgar Wright. Pour les deux du fond qui ne sont jamais sortis de leur caverne, c'est le réalisateur des excellents Shaun of the Dead et Hot Fuzz, deux petites perles d'humour à l'anglaise (on apprécie ou pas ce registre, c'est une autre affaire). Le retrouver aux commandes d'une adaptation de comics avait donc de quoi faire saliver. Et le résultat ne déçoit pas.

Scott Pilgrim vs. The World est un condensé d'une bonne partie de toute la culture "geek" et l'on retrouve avec plaisir de nombreuses références à la musique rock et aux jeux-vidéos (Zelda, Mario...) à la fois visuelles (les chorégraphies des – excellents – combats, les onomatopées dynamiques à l'écran...) et scénaristiques (la quête de Scott, les exs de Ramona, véritables "boss" de jeux-vidéos, la fin du film...). Si l'on apprécie cette culture et que l'on est un peu geek dans l'âme (comme l'auteur de ces lignes qui risque par conséquent de manquer d'objectivité de temps en temps dans cet article), le film d'Edgar Wright ne peut vous laisser indifférent.

Surtout que le film affiche bien plus de qualités que de défauts. Le casting est une réussite et le jeune Michael Cera (un canadien qu'on a pu voir aussi dans les très bons Superbad et Juno) compose un Scott Pilgrim tout en naïveté et nonchalance. Mary Elisabeth Winstead interprète la fameuse Ramona Flowers avec une certaine désinvolture parfois un peu troublante, rendant sa relation avec Scott parfois peu convaincante (mais rien de bien méchant). Les maléfiques Exs de Ramona prennent vie sous les traits de Satya Bhabba (Matthew Patel et ses "fireballs"), Chris Evans (la torche des 4 Fantastiques est l'insupportable Lucas Lee), la ravissante Mae Whitman est Roxy (l'ex gay de Ramona), Brandon Routh, le Superman de Brian Synger est Todd Ingram (qui livre un terrible duel à la basse contre Scott)... Le machiavélique Gideon Graves est interprété avec brio par Jason Schwartzman.

Un très bon casting mais également une bande-son de qualité avec des morceaux rock qui sonnent brut de décoffrage (mention spéciale aux titres de Sex Bob-Omb comme "Garage Truck" ou "Treshold"). Une musique qui culmine dans le métrage avec un duel anthologique de groupes qui voit les Sex Bob-Omb affronter le groupe des jumeaux (et Exs de Ramona) Katayagani. Une séquence très réussie à l'image du reste du métrage.

L'ensemble est respectueux du travail original de Bryan Lee O'Malley (qui fait une très courte apparition) et l'adaptation est vraiment réussie. Le film est bien rythmé, sans temps mort et la mise en scène d'Edgar Wright inventive et dynamique. Difficile de trouver des défauts à un film qui propose un tel cocktail de fun et de "geekitude". Alors oui, si depuis le début de l'article vous vous demandez ce qu'est un "geek", vous risquez de ne pas forcément accrocher à l'univers de Scott Pilgrim et encore moins déceler les références à la culture "geek" mais il serait dommage de passer à côté du film d'Edgar Wright qui est certes moins drôle que Shaun of the Dead ou Hot Fuzz mais qui est vraiment soigné sur tous les plans.

Autres critiques

Hostel: chapitre 2
Le risque avec les suites de film d'horreur, c'est toujours de tomber dans la surenchère. Le plus bel exemple reste évidemment la saga des Saw et son numéro 2 qui tranchait radicalement avec le premier opus, faisant ainsi prendre un tournant décisif à la franchise. Pour le meilleur ou pour le pire? Difficile à dire... Quoiqu'il en soit, pour la suite d' Hostel , Eli Roth a eu le...
Fanatique
**Attention, cette critique contient de nombreux spoilers.** Sept étudiants séjournent un week-end sur une petite île afin d'y étudier la faune locale. Ils sont accueillis sur place par leurs hôtes, un couple de cinéphiles sympathique mais quelque peu insolite. Le slasher, sous-genre horrifique rendu célèbre dès la fin des années 70, avec le succès des franchises Halloween et Vendredi 13 ,...
Man Thing
Dans une petite ville cernée par les marais, un nouveau shérif se penche sur une série de meurtres où les victimes sont atrocement mutilées. Menacé par le patron d'une industrie pétrolière, il va s'aventurer dans les recoins les plus sombres des marais pour découvrir la vérité sur les meurtres... En général, lorsque l'on parle de Marvel , l'on pense immédiatement super-héros...
The wicker man - Le dieu d'osier
Il est difficile de définir ce qui fait une œuvre culte. Est-ce le temps ? Son atmosphère par trop particulière ? Le contexte dans lequel elle est née ? À moins qu’il ne s’agisse d’une association de ces talents pour fournir une histoire subtile et engagée ? Toujours est-il que The Wicker Man demeure aujourd’hui un film à part dont la (re)découverte justifie bien des...
Dark Hour, The
**Attention, cette critiques contient quelques spoilers.** Une poignée de survivants d'une guerre bactériologique considérable se terre dans des sous-terrains envahis par divers dangers. Le cinéma de genre ibérique se porte bien. Après quelques tentatives érotico-fantastiques assez fantaisistes durant les années 60-70 (cf les filmographies de Jesus Franco et de Jacinto Molina), le cinéma espagnol...