Voir la fiche complète du film : The Toxic Avenger (Lloyd Kaufman, Michael Herz - 1984)

The Toxic Avenger

Un classique made in Troma, bien fun, bien trash et bien gore...
Publié le 1 Janvier 2008 par JulienVoir la fiche de The Toxic Avenger
8

Aux Etats-Unis, dans le New Jersey, Tromaville est la ville qui détient tous les records en matière de pollution par les déchets toxiques. Dans le club de remise en forme de la ville, travaille le jeune Melvin. Homme à tout faire du club, Melvin est également le souffre-douleur de tous. Lorsqu'une "farce" tourne mal, Melvin se retrouve dans un baril de déchets très toxiques. Dès lors, sa vie va changer : il a acquis une force hors du commun mais s'est transformé en véritable monstre. Devenu le "Toxic Avenger", Melvin va se lancer dans une campagne de "nettoyage" avec comme objectif de débarrasser la ville de toute sa vermine...

Ami de la poésie et du bon goût, bonsoir. The Toxic Avenger est sans conteste l'un des films les plus connus de la désormais célèbre firme de production Troma. Compagnie derrière des titres comme Class of Nukem' High, Buttcrack, Decampitated, Terror Firmer, Rabid Grannies, Killer Condom... la Troma est devenue depuis ses débuts dans les années 80 une véritable "usine à ovnis cinématographiques". Misant tout sur le trash, le gore, le sexe, le mauvais goût et l'anticonformisme, les productions Troma ont aujourd'hui de fervents adeptes.

Réalisé par les "papes" de la firme, Michael Herz et Lloyd Kaufman, The Toxic Avenger est LE film par excellence qui traduit presque à la perfection "l'esprit Troma". Si le scénario n'est pas exempt de défauts au même titre que la réalisation, le film se rattrape par des personnages et des séquences bien barrées de la cafetière. A ce titre, la scène au début du film, où Bozo, Slug et leurs copines se prennent pour des vigilantes en voiture est excellente : au volant de leur bolide, ils "jouent" à écraser des passants (du hit 'n run). Leur première victime est un gamin à vélo qu'ils renversent. Mais le petit respire encore : marche arrière et le voilà le crâne écrabouillé sous les roues. Les deux nanas sortent alors du véhicule pour prendre des photos (en fin de métrage, l'une d'entre elles se masturbe dans un sauna en matant les photos!). Une séquence tout simplement impensable dans une production "classique". Bref, du "politiquement pas correct" du tout...

La star du film reste ce bon vieux Melvin, le "Toxic Avenger" qui a décidé d'éliminer la pègre de Tromaville. Dès les premières minutes du film, le personnage de Melvin attire la sympathie du spectateur. Et lorsqu'il devient un super-héros, le spectateur n'attend plus qu'une chose : qu'il se venge de ses "tortionnaires". Son arrivée annoncée par un grand morceau de musique classique, Melvin n'y va pas de main morte : arrachage de nez, castration, éventration, écrabouillage de tronche... C'est gore et ça fait plaisir.

On s'amuse également beaucoup grâce à une galerie de personnages aux traits assez grossiers mais très fun : un maire obèse et corrompu jusqu'à la moelle, un chef de la police dont les gimmicks font tout droit référence à celles d'Hitler, des voyous qui ne reculent devant rien (n'hésitant pas à écraser des enfants et à molester sauvagement une pauvre vieille dame), des braqueurs de fast-food violents (l'un d'eux ose même tuer froidement au fusil à pompe le chien d'une jeune aveugle - et future "petite amie" de Melvin !)... Des personnages hauts en couleur qui contribuent pour beaucoup au cachet "délirant" et "anticonformiste" du film.

Au passage, on soulignera également les nombreux passages dévoilant au spectateur la vie privée de Melvin : après avoir empêché un braquage dans un fast-food, il recueille Sarah, une jeune aveugle (heureusement pour lui!). Alors, bien évidemment, il s'amourache de la demoiselle, l'installe dans ses quartiers et l'amène jusque dans son lit pour des ébats hilarants.

The Toxic Avenger est un petit bijou de la Troma qui a permit de renflouer les caisses de la société qui n'était pas, financièrement, dans une très bonne période. Et, avec un budget d'environ 500, 000 dollars, Kaufman et Herz ont accouché d'un super-héros devenu l'emblème de la société. Alors, succès oblige, le film a connu des suites (au nombre de quatre à ce jour et de moins bonne qualité hélas).

Autres critiques

The Bunny Game
Il est parfois des films qui succèdent à la rumeur et prévalent avant tout pour l'aura qui s'en dégage plutôt que sur une pseudo-vision artistique. Le cinéma en possède quelques-uns, mais pour rester dans les années 2000, nous pouvons citer A serbian film . À la hauteur de sa réputation, il en émanait un profond malaise. À la fois malsain, scabreux et exempt de toutes contraintes morales...
Terreur dans l'Arctique
Quand on s’attaque au survival animalier, on peut choisir de créer sa propre bestiole, de reprendre un animal existant ou une espèce disparue. Parfois, l’amalgame de ces éléments donne lieu à quelques aberrations tant biologiques que cinématographiques. Aussi, le fait de se cantonner à une ligne directrice plutôt claire relève déjà de l’exploit. Cela sans compter les multiples...
Big Legend
Qu’il s’agisse du sasquatch ou du bigfoot, la créature des bois fait les jours heureux des cryptozoologues et des séries B, souvent officiant dans le survival animalier. Depuis les années1970 et le surestimé The Legend of Boggy Creek , elle est l’objet d’une surexploitation cinématographique qui a donné peu d’incursions notables. Cela sans compter les tentatives peu...
Dark Tide
Au fil des décennies, le survival animalier est devenu le porte-étendard de la bêtise de producteurs aussi avides de billets verts que de débilités en tout genre. Au vu de certaines sociétés qui se sont accaparé le genre pour le pire et seulement le pire, les films traités avec un minimum de sérieux se comptent sur les doigts d’une main; a fortiori depuis les années2010. Des noms comme...
Quiet Ones
Dans les années 70, Joseph Coupland, professeur renommé à l'université d'Oxford, essaie de soigner la jeune Jane Harper, orpheline suicidaire qui prétend être possédée par une certaine Evey. De retour aux affaires depuis près de dix ans, la cultissime firme Hammer s'attaquait ici au found footage, sous-genre horrifique à la mode depuis le Projet Blair Witch . A Oxford, passionné par la...