Cinéman (Yann Moix - 2009)

Cinéman
Cinéman
Réalisateur : Yann Moix
Votre note : Aucun(e)
4
Moyenne : 4 (1 vote)

Synopsis

Professeur de mathématiques à Montreuil-sous-Bois, Régis Deloux a une petite vie ordinaire. Chahuté par ses élèves, maladroit avec les femmes, il rêve de s'échapper de son quotidien. Soudain, il a le pouvoir de voyager dans les films pour y incarner le héros!

Il devient alors... Cinéman, le super-héros du 7ème Art! Dans la peau de personnages mythiques comme Zorro, Robin des Bois ou Tarzan, Cinéman va devoir sauver la femme de ses rêves, enlevée par Douglas Craps, son alter-ego maléfique...

Anecdotes

Comédie / Super-héros

Pour son premier jour d'exploitation, le film réunit 44.200 spectateurs pour une combinaison (conséquente) de 465 salles. A sa première semaine d'exploitation, le film se classe en 8ème place du box-office. Après 2 semaines, 274 475 spectateurs ont vu le film, qui se classe à la quatorzième place du box-office français. Les premiers résultats du film sont donc jugés très décevants. Le film disparaît du top 20 des entrées France en 3ème semaine, les critiques n'aidant pas son succès...

La réception critique du film est particulièrement sévère:
Le Monde décrit un « résultat catastrophique », « dépourvu de liant et de dramaturgie ». France Info déplore « l’absence de scénario ». Télé 7 jours « une suite de saynètes artificielles et gentiment indigestes ». Le Nouvel Observateur dénonce « un jeu de massacre », dans lequel « les gags sont ratés et la postsynchronisation déraille sévèrement ». L'Express, qui parle de « massacre consciencieux », relève le problème de postsynchronisation, le jeu outré de Franck Dubosc et l'absence de rythme. Xavier Leherpeur, de Studio Ciné Live dénonce une « honte absolue », à la postsynchronisation « dégueulasse », portée par un Franck Dubosc à la vulgarité « à faire passer Jean-Marie Bigard pour un candidat à l'Académie Française ». Le critique de Télérama accuse « l'ineptie générale et le filmage à la truelle qui va avec », ne se souvenant pas « avoir vu un film aux couleurs aussi laides, techniquement aussi faible ». Les Inrockuptibles parle d'un bâclage, et souligne « la débilité intrinsèque de son histoire, l’absence de rigueur absolue de son récit ». La Voix du Nord évoque un film qui « transpire l'humour gaulois, celui qui sent fort le rance ». Le Journal du dimanche parle d'un « massacre », « prétentieux et insupportable ». Que du tout bon...
Plus nuancé, Le Parisien évoque un film « parfois très drôle, parfois tout à fait raté », qui « suscite une certaine tendresse ».

Les seules critiques réellement enthousiastes viendront de l'hebdomadaire Marianne (« un formidable sacrilège que ce film, qui malaxe les grands titres de cinéma et rend hommage à l'illusion ») ainsi que du Figaro (« rien ne ressemble à cette comédie d'amour déjantée, divertissante et réjouissante »), deux journaux dans lesquels a écrit Yann Moix. Le film bénéficiera également d'une pleine page d'éloges dans Le Point, sous la plume de Bernard-Henri Lévy qui avait découvert l'auteur à ses débuts et avec qui il partage la même maison d'édition, Grasset. Le philosophe y évoque « le spectacle le plus impressionnant qui nous soit donné de voir ces jours-ci » et même « un film qui fera date », convoquant Auguste Comte et Hegel pour appuyer son analyse.
Les hebdomadaires Télérama et Le Nouvel Observateur s'interrogeront sur la valeur de ces éloges en les qualifiant de « renvoi d'ascenseur ». Yann Moix avait en effet été l'un des très rares journalistes à défendre le film de BHL "Le Jour et la Nuit" lors de sa sortie...

Scénario : Yann Moix , Olivier Dazat
Musique : Julien Baer
Pays : France
Durée : 90 mn

Critiques Spectateurs

J'adore embêter mes copains. C'est bien connu: Qui aime bien châtit bien! Alors j'aime bien embêter Laurent (Dieu pour les intimes, celui à l'origine de la création de ce site divin) et Geoffrey (éminent membre du staff, sans qui la vie sur ce site serait vaine et sans objet). Alors quoi faire pour...Lire la suite