Les Amants du Pont-Neuf
Votre note : Aucun(e)
7
Moyenne : 7 (1 vote)
Les Amants du Pont-Neuf
Réalisateur : Leos Carax

Synopsis

Alex est cracheur de feu et dort sur le Pont-Neuf, fermé cet été-là pour travaux.
Il y habite avec Hans, un vieux clochard qui lui fournit les précieuses ampoules de somnifère indispensables à son sommeil. Alex est attiré comme un aimant par ce pont, solide paquebot échoué au cœur de la capitale.

Après avoir passé une nuit au centre d'hébergement de Nanterre, il retourne dans son repaire et trouve, installée à sa place, Michèle, une belle vagabonde endormie.
Alex est aussitôt captivé par cette jeune femme entourée de mystère qui erre dans les rues avec son chat et un carton à dessins. Rapidement, il apprend qu'une grave maladie des yeux la condamne à devenir aveugle.

Va naître progressivement un amour fou entre ces deux jeunes gens abîmés par la vie, avec comme décor le plus vieux pont de Paris, le Pont-Neuf.
Ensemble, ils vivent, rient, boivent, dansent au rythme des orchestres parisiens et sous les lumières des commémorations du bicentenaire de la Révolution Française...

Voir le filmAcheter ce film sur PriceministerAcheter ce film sur Amazon

Anecdotes

Drame / Romance

“Les Amants du Pont-Neuf” plonge dans le monde des sans-abri, que Leos Carax a côtoyé longuement pendant la préparation et le tournage. Mais le film dépasse largement la seule critique sociale pour se pencher avant tout sur les amours hallucinées et périlleuses d'un couple de clochards échoués sur le plus vieux pont de Paris.

Il aura fallu trois ans, un tournage complètement fou et un budget presque multiplié par 4 pour réaliser “Les Amants du Pont-Neuf”.
A l’arrivée, un succès mitigé… et un Leos Carax passé du statut d’enfant terrible du 7e Art à celui de cinéaste maudit.

Le Pont-Neuf et sa chère Samaritaine reconstitués grandeur nature en plein marais camarguais, non loin de Montpellier ? Personne n’a oublié l’événement, véridique quoique digne d’une toile de Magritte.
On était en 1988. Dans ce décor gigantesque, Leos Carax réalisait alors "Les Amants du Pont-Neuf", dont le tournage, pour le moins épique et chaotique, constitua à lui seul un véritable feuilleton.

Fin 1987, Leos Carax, enfant terrible et virtuose du cinéma français catapulté dans la cour des grands depuis "Mauvais Sang" (1986), annonce le lancement de son film: une histoire d’amour fou entre deux clochards, une peintre (Juliette Binoche, alors compagne du cinéaste) et un cracheur de feu (Denis Lavant).

Juillet 1988:
Lors d’un exercice de répétition, Denis Lavant se sectionne le tendon du pouce gauche en réparant une semelle de chaussure, ce qui entraîne l'arrêt du tournage durant un mois (seules des scènes statiques seront filmées). La préfecture de Paris refusant de repousser les dates de tournage sur le vrai pont, il est décidé d’agrandir le décor pour qu’une majorité des scènes soient tournées là-bas.
Mais le chantier s’avère pharaonique. Compagnies d’assurances, financiers, tout le monde plonge dans le rouge. Le tournage est interrompu à plusieurs reprises. Carax broie du noir avec sa muse, se met à fumer cinq paquets de cigarettes par jour. Pas moins de cinq producteurs se succèdent, dont Christian Fechner, qui relance le film en août 1990 et le sauve.
En tout, le tournage aura duré trois ans, et le budget total aura atteint 120 millions de francs, soit près de quatre fois ce qui était prévu.

"Les Amants du Pont-Neuf" sort finalement en octobre 1991.
La critique est divisée, et le nombre d’entrées (870 000 en France), relativement décevant comparé à la démesure du projet.
Le film est à la fois encensé par la presse dite « sérieuse » et descendu par la presse « grand public ».
Le journaliste Marc Esposito écrit un article dans lequel il reproche au réalisateur son sadisme à l'encontre de Juliette Binoche, qui avait partagé sa vie quelques années auparavant.

Cependant le film, indissociable de son tournage aventureux, suscite la passion et concourt au statut d’artiste maudit pour Carax.
C’est d’ailleurs l’image qu’on en garde aujourd’hui: celle d’une jeunesse éperdue de tout, d’art comme de gloire, une jeunesse follement contagieuse, même auprès des grands argentiers.

Musique :
Arvo Pärt (Cantus Firmus in memoriam Benjamin Britten)
Les Rita Mitsouko (chanson finale 'Les Amants')
Iggy Pop (Strong Girl)
David Bowie (Time Will Crawl)

Récompenses:
. 1992 : European Film Award de la meilleure actrice pour Juliette Binoche
. 1992 : European Film Award de la meilleure image pour Jean-Yves Escoffier
. 1992 : European Film Award du meilleur montage pour Nelly Quettier
. 1994 : Sant Jordi de la meilleure actrice étrangère pour Juliette Binoche

"Les Amants du Pont-Neuf", amour et démesure:
https://www.cnc.fr/cinema/actualites/les-amants-du-pontneuf-amour-et-dem...

Le tournage catastrophe:
https://imageandco.online/2020/12/25/les-amants-du-pont-neuf-le-tournage...

« Les Amants du Pont-Neuf », le dernier décor du cinéma français:
http://lemuseedufake.com/leblog/2015/04/les-amants-du-pont-neuf-le-derni...

Titres alternatifs : The Lovers on the Bridge
Scénario : Leos Carax
Pays : France
Durée : 125 mn
Sortie France : 16 Octobre 1991
Budget : 120 millions de francs
7
 

Comment voir le film ?

Critiques Spectateurs

Il n'y a pas de critiques spectateurs pour l'instant.
N'hésitez pas à ajouter la votre !

Recherches de film

Vous recherchez un film ? N'hésitez pas à l'indiquer sur le forum. Et n'hésitez pas à aider les autres internautes !