La Horde

Portrait de bela66

Like

bela66 (Newbie - 2 critiques)

Ah la horde..le meilleur film de zombies français ..,en même temps c'est pas dur lol
Ce film est spécial pour moi car c'est un film dans lequel j'avais mis a l'époque quelque billes via un site participatif et j'aurais bien aimé participé a la scène finale ( pas facile entre mon travail et mon lieu de résidence: Perpignan ) ça n'empêche que j'adore ce film avec de bon petits effets gore et de belles séquence entre action et comédie

publié le 26/02/2018 - 20:08
Portrait de AqME

Des flics, des voyous, des zombies

AqME (America's Most Wanted - 604 critiques)
8
 
S’il y a bien un thème qui demeure bouché dans le cinéma d’horreur, c’est bien e film de zombies. Vu et revu sous toutes les coutures et depuis un bon moment déjà, le zombie a souffert aussi bien qu’il n’a profité de bons films. Si certaines bouses se sont glissées parmi nos Direct to video, comme Automaton Transfusion ou encore les Resident Evil, il y a certains films qui demeurent et demeureront des chefs d’œuvre, tels que Zombies, L’Armée des morts ou encore 28 jours plus tard. Bien souvent, il s’agit de films américains avec ce bon vieux George Romero, parfois britanniques et de temps en temps italiens, mais rarement français. C’est alors que sort La Horde, film de zombies français, visuellement réussi mais souffrant d’un scénario un poil poussif. Essayant de faire la différence entre le bien et le mal et la fine ligne qui sépare ces deux camps, le film de Dahan et Rocher va se porter sur des points que l’on a déjà vus mais avec une ambiance particulière et des personnages hauts en couleurs. Partisans d’un cinéma français ayant une grosse paire de couilles, les deux garçons vont se mettre à fond dans leur aventure et proposer un film de zombies badass, souvent vulgaire mais dont l’action ne dépérira jamais. Alors entrons dans cet HLM et voyons un peu la population locale.

Si le scénario peut sembler idiot, il essaye néanmoins de pointer du doigt un problème de différenciation et surtout il montre que flics ou voyous, la frontière est mince lorsqu’il s’agit de vengeance ou de « famille », dans le sens collègues. Alors on pourrait reprocher le côté simpliste et clichés, avec des noirs et des gitans en gangster, et de jolis blancs en flics revanchards, mais tout n’est pas si tranché. En effet, que ce soit dans les dialogues ou dans les attitudes, les deux parties se ressemblent et cela démontre que malgré nos guerres, nos combats, ou encore nos rivalités, nous sommes tous pareils. Alors évidemment, tout cela passe au second plan, mais ce moment est vraiment fort dans l’appartement du vieux et quand ce dernier explique aux autres pourquoi il reste dans ce quartier. Alors l’histoire de zombie n’est ici qu’un prétexte pour faire avancer nos personnages vers une alliance improbable et forcée, mais qu’y-a-t-il de mieux qu’une horde de morts-vivants affamés pour faire cause commune ? C’est donc en s’infiltrant dans un HLM pour buter une bande de gangster qui a tué un flic, qu’une bande de quatre policiers entrent en cachette et se font lamentablement prendre en otage. Sauf qu’au moment fatal, un zombie entre dans la pièce et s’attaque aux gangsters. Cela peut paraître très con et très binaire, mais faire du philosophique avec des zombies, il faut être sacrément fort sinon ça devient très vite chiant à mourir.

Voulant mettre un coup de pied au cul au cinéma français, les deux réalisateurs n’ont pas hésité un seul instant pour proposer quelque chose de violent, vulgaire et véritablement badass. S’abrogeant ainsi des vacuités françaises et des inepties dramaturgiques de ce cinéma latent, on va avoir droit à du sang, de la chair, de l’action et une grosse dose de dialogues aussi vulgaires que grammaticalement pauvres. Mais le pire dans tout ça, c’est que l’on s’en fout, car le film se veut décomplexé et profondément tourné vers une action non-stop. Et ça marche ! Si certains vieux cons vous diront que c’est nul, et à quelque part, ils n’ont pas forcément tort, on prend tout de même un pied terrible devant tant de bonnes volontés françaises. Evoluant dans un univers bien sale et délabré, on ne se sent déjà pas tellement en sécurité dans ce pauvre immeuble, mais avec une horde de zombies, le tout devient carrément terrifiant pour un peu que l’on y rentre dedans. Alors l’ambiance environnante n’est pas ce qu’il y a de plus travaillé dans ce métrage, mais on ressent tout de même cette promiscuité et cette insalubrité qui règnent dans certains bâtiments. On ressent aussi un certain étouffement, notamment dans les déplacements, puisque tout cela est étroit et mal entretenu. Enfin, certaines séquences dédramatisent tout ça, mettant en avant un humour potache, mais qui rentre bien dans le film.

Quand on fait un premier film, et que notre seul bagage est un court-métrage, il est parfois difficile de trouver des acteurs voulant prendre le risque de tourner pour vous. Surtout si le film est un film français de zombies avec d sang et des tripes dedans. Et pourtant, dans celui-ci, le casting est assez bon, proposant certains clichés mais aussi quelques personnages assez savoureux. Parmi les personnages emblématiques, on retrouve Claude Perron, incarnant la seule femme du film et il s’agit là du personnage le plus fort. Jouant à merveille un personnage torturé et qui vrille définitivement dans une espèce de folie, elle en devient insupportable et possède le titre du protagoniste que l’on aime détester. A ses côté, on a Jean-Pierre Martins, le chanteur de Silmarils, qui joue le flic au grand cœur et qui demeure le personnage le plus emblématique. Profondément sérieux et dévoué, il incarne le juste du film et il le fait très bien. Crédible et prêt à tout pour sauver ceux qu’il aime, il incarne le personnage le plus aimé du métrage. Eriq Bouaney, déjà vu dans des films comme 600 kilos d’or pur, incarne avec justesse le chef des gangsters et s’il parait pénible au départ, il demeure crédible et l’évolution de son personnage est la plus grande. On notera aussi les prestations de Jo Prestia en gitan ultra violent et Yves Pignot en vieux de la vieille au franc-parler très drôle et surtout détenteur de la clé de l’histoire sur le pourquoi certaines personnes préfèrent rester dans les HLM qui craignent.

Au niveau du gore, voulant s’affranchir d’un cinéma français en dormance, les deux réalisateurs vont se faire plaisir et proposer quelque chose qui n’est pas outrancier mais qui est pas mal tout de même. Si tripes, boyaux et autres organes semblent absents du film, il n’en est pas de même pour certains passages bien dégueulasses comme le mec qui se fait exploser la tête à coup de chevrotine ou encore le sympathique fracassage de figure contre un pilier en béton, scène efficace, bien fichue et assez dérangeante. Le seul gros point noir concernant les effets gores, c’est le sang. En effet, si les effets sur la bouche, les blessures ou les vêtements sont assez classique, entendez par là du sirop de framboise à foison, il n’en est pas de même avec le sang qui gicle notamment lors des scènes de grand massacre, car on aura droit à des images de synthèse et un faux sang vraiment terrible. Il est vrai que son utilisation reste restreinte eu que l’on ne verra cela qu’à deux reprises, mais c’est assez dommage, surtout pour moi qui aime les effets old school. Certaines scènes sont de même assez jouissives, comme le coup de la mitraillette dans le couloir ou encore le sacrifice du héros sur le toit d’une bagnole, déchiquetant des mains à grands coups de machette. La fin reste assez décevante, même si elle correspond à l’évolution presque logique d’un des personnages.

Au final, La Horde est un film sympathique qui change des métrages actuels français. Profondément bête et méchant, il assume un cinéma badass et qui envoie du bois dans le massacre de zombies. Vulgaire et parfois idiot, le film peut avoir ses détracteurs, mais il en résulte un défouloir jubilatoire, parfois drôle et parfois sale qui s’assume complètement. Les acteurs sont convaincants, la réalisation est propre et surtout les effets gores sont assez réussis. Un divertissement chaud bouillant bien loin de la comédie grasse.

publié le 31/08/2012 - 00:06
Portrait de Vivahorror

Mon avis

Vivahorror (America's Most Wanted - 326 critiques)
8
 
Après être tombée sur quelques navets Made in France (désolée les mecs) ce film fut une assez bonne surprise. Il se laisse bien écouter, les effets sont réussis et il faut dire qu'il n'a rien d'un navet. Au moins, il y a une femme qui a des couilles là dedans (pas littéralement).
publié le 28/03/2012 - 06:27
Portrait de Spartanzombie

Film assez bien réussi !

Spartanzombie (Graine de psychopathe - 78 critiques)
10
 
Le seul reproche que je me suis dit en sortant de la salle de cinéma : Aucunes scènes vraiment très gore. Un super film, made in France qui plus est, avec une histoire vraiment recherchée et intéressante qui donne un cadre vraiment réaliste à l’histoire (ouai bon okay mis à part les zombies du 93 "wesh t'as vu bien ou bien"). Je le conseille à tout les amateurs qui souhaitent regarder un bon film de morts vivants !
publié le 25/12/2011 - 23:03
Portrait de Goodmad

Bonne surprise

Goodmad (Serial Killer - 874 critiques)
8
 
Très bonne surprise qu'est La Horde, je n'ai pas trop compris les mauvaises critiques mais bon les gouts et les couleurs... Après un début assez insoutenable on vire dans le film de zombie pure et dure, bien brutal et rentre dedans bien comme il faut. La scène du parking est assez impressionnante, il vaut le détour quand même. Les acteurs sont assez bon, les scènes d'action-gore sont réussi mais le gros problème du film est la déco qui est trop répétitif et on voit un peu trop que ça a été tourné dans un hangar...

Benjamin Rocher et Yannick Dahan sont des grands fans des polars 70s et 80s ca se sent bien, ca se voit dans le choix des acteurs, il y a aucune belle gueules, que des gueules cassés, ce qui est un excellent choix! J'attendais vraiment ce film pour voir ce que Yannick Dahan pouvait donner, parce que j'aime bien ce mec (il a défendu Hard) mais je le trouve un peu trop grande gueule et je ne suis pas toujours d'accord avec lui tout de même (Rec un film monstrueux? mouais, The Horseman un mauvais film?!! heu...) finalement il n'as pas que de la gueule, mais je le ferai plus faire un polar. A voir au possible

publié le 16/11/2011 - 21:02
Portrait de Lebreihz

Pourquoi tant de grossiertées

Lebreihz (I am Legend - 2301 critiques)
6
 
Ce que j'aime bien dans ce film, c'est son cadre, une tour HLM de la région Parisienne autant sordide que craignos, squatée par des gangster chevronné. Par contre ce qui est pénible c'est les aternoiements des un et des autres concernant les alliances avec les flics et les dialogues d'une extreme grossiereté qui en découlent.
publié le 27/08/2011 - 18:30

ANH !!

Leduffpascal@cp (Copycat Killer - 30 critiques)
4
 
La grande réussite de ce film est sa promotion. L'affiche donne une bonne image du film, qui fait beaucoup parler de lui et ne fait pas partie de ces films de genre fantastique qui passent inaperçus. La bande-annonce donne envie, enfin, d'après Yannick Dahan lui-même, probablement le plus grand fan du film et accessoirement co-réalisateur de ce film de zombies à la française, on n'est jamais si bien servis que par soi-même. Un peu plus de modestie ou de consistence n'aurait pas nui. L'échec de ce film est son contenu. Pourtant, l'idée du film quand on la résume donne envie. Hélas, la scène d'exposition au cimetière est risible, les comédiens sont souvent peu convaincants, peu aidés par des dialogues ineptes et des péripéties absurdes avec personnages qui se trouvent séparés et qui se retrouvent sans cohérence. Le manque de victimes potentielles dans l'immeuble assiégé et le nombre rapidement réduit de personnages en lutte devient très vite frustrant, la conséquence étant un bla-bla souvent ridicule. Les maquillages sont plutôt réussis, quelques scènes sont d'une grande efficacité mais les zombies ne sont que rarement bien utilisés et finalement peu présents et dans ce cas, les personnages se doivent d'être intéressants, ce qui est loin d'être le cas ici. Yves Pignot est certes amusant en ancien de la guerre d'Indochine mais finit par lasser ( pas de sa faute, ah ces dialogues, vraiment le gros souci... ) et Claude Perron est une femme flic intransigeante et déterminée, aussi bien face à une femme-zombie que face à un dealer de drogue trop confiant, mais tout cela est trop anecdotique pour séduire le fan de films d'horreur que je suis ( y compris de certains parfois idiots ). Passons sous silence la présence du cascadeur Alain Figlarz en concierge bedonnant, toujours aussi... bref... et la déception de voir Aurélien Recoing ou Eriq Ebouaney à des années-lumières de leurs meilleures performances. Pas un film complètement raté mais de la part de fans du genre, le résultat laisse à désirer. Avec un peu de chance, ce film connaîtra suffisamment de succès pour que d'autres films d'horreur se tournent en France. Avec un peu plus de travail dans l'écriture, la direction d'acteurs et la mise en scène, on pourra voir un bon film gore à la française. Ce n'est pas celui-là, malgré une – petite – avancée dans la possibilité d'un îlot pour faire exister ce type de productions dans notre chère hexagone, à ce titre j' aurais pu l'encourager avec trois étoiles mais LA HORDE ne les mérite pas. Dommage, on y était presque...
publié le 06/04/2011 - 14:16

Mon avis

Davis (Graine de psychopathe - 95 critiques)
6
 
L'âge d'or du cinéma de genre français (A l'intérieur, Frontière(s), Martyrs) malheureusement terminer, on a encore droit a quelques bonnes surprises à se mettre sous la dent ! Après le très bon Vertige et l'horrible Mutans, place à La horde ! Premier long de ces réals et j'y croyais pas vraiment mais j'ai été agréablement surpris par ce pur film mélangeant plus ou moins bien différent genre, à la fois policier, thriller, action et horreur.

Pas de longueurs inutiles, le film commence très vite ! Enormément d'action ! Même si, pour pas changer, les scènes d'attaques de zombies sont filmés un peu n'importe comment avec une caméra qui part dans tous les sens... et j'ai fermé les yeux sur les différents points négatifs du film qui n'ont, au final, pas grande importance telle que les effets spéciaux, l'invasion de Paris par les zombies en l'espace de quelques minutes... et les dialogues vulgaires qui m'ont un peu gonflés...

J'ai beaucoup aimé la touche d'humour ce qui est quasiment inexistant dans le genre à la française ! Le passage ou ils se dispute de savoir s'ils vont couper la jambe d'un des gangters qui a été mordu à la jambe m'a fait explosé de rire !

Les acteurs m'ont convaincus a 100 % ! Certains ont bien la gueule de l'emploi comme ont dit ! Les deux blacks en particulier m'ont vraiment impressionné ! Sans parler du vieux exciter complètement allumé ! (rires)

Voilà ! Un bon film d'action gore sur les bords sans prise de tête. Pour un moment de détente, c'est parfait !

publié le 31/03/2011 - 11:27
Portrait de Willow

Mon avis

Willow (America's Most Wanted - 591 critiques)
6
 
La horde a eut la malchance pour ma part d'étre visionné aprés Mutants. Les films appartenant au même genre, la comparaison a vite fait lieu d'étre. Le principal défaut de la horde, ce sont c'est comédiens. Dans Mutants aucun ne surjoué, hormis le chef du gang, mais ici, que sa soit le frere du black, le flic arabe, ou encore Aurore, unique perso féminin, tous surjoue, d'ailleurs quand il ouvrent la bouche pour crier, leurs lévres se contractent tellement qu'on croiraient qu'il sont au W.C. Ensuite les lieux: Mutants avait de beaux décors enneigé, La Horde ne posséde qu'un HLM, plus classique donc. Sinon niveau action ou bien look des morts les deux films s'égallent. La horde reste au final un bon film de morts-vivants mais il aurait bénéficier d'un meilleur casting, et aurait diminué ses longeurs aurait pu se réveler meilleur que son cousin.
publié le 12/02/2011 - 20:13
Portrait de ED13

Mon avis

ED13 (Graine de psychopathe - 129 critiques)
6
 
Ce film français nous a été vendu comme un hommage aux œuvres de Roméro. Je ne rentrerais pas dans la polémique s’interrogeant sur la mince frontière entre hommage et plagiat. Franchement, qu’il s’agisse d’un hommage, d’un plagiat, d’une inspiration, d’un remake ou d’un reboot, on s’en fou un peu… Ce qui me fait plaisir ici, c’est que la France produise un film de Zombie digne de ce nom.

La mise en situation est assez sommaire mais les zombies arrivent assez vite et permettent de rentrer dans le vif du sujet d’un survival d’un groupe d’humains, unissant des flics et les malfrats pour lesquels ils étaient initialement venus faire un carnage. Et le carnage aura bien lieu, pas dans le sens où ils le pensaient, mais le sens ou nous l’attendions. Les situations qui s’enchainent ensuite sont classiques et convenues mais d’une efficacité satisfaisante et rarissime dans le cinéma français. Le fait que ce métrage soit français est d’ailleurs un réel avantage pour sa noirceur, son réalisme et son coté film d’auteur dans le genre « l’aspect artistique a été privilégié à l’aspect commercial ». Il est aussi le résultat d’un cinéma généralement stéréotypé qui, lorsqu’il sait se décomplexer, peut se permettre une folie immodérée. L’ambiance du carnage proposée ici n’est pas sans rappeler celle de Nid de Guêpe avec qui ce métrage multiplie les similitudes, malgré un genre différent. Malheureusement le film ne passe pas à coté de certains clichés persistants dans le cinéma hexagonal avec quelques leçons de morale bien pensantes, et pourtant pas toujours bien pensés.

Techniquement, la mise est scène est correcte et les effets spéciaux réussis. Le gore sérieux est maitrisé et la scène de Jean Pierre Martins sur la voiture avec une horde de Zombies à ses pieds est visuellement saisissante. En revanche, l’interprétation globale relève du minimum syndical avec, notamment, une Claude Perron beaucoup moins inspirée que lorsqu’elle accompagne Dupontel. Enfin, même si ce n’est pas ce qu’on demande à ce type de film, le scénario est d’une indécente simplicité et déçoit tout au long de son déroulement. Enfin, le manque d’explication sur les zombies et les interrogations laissées par la scène finale laisseront un amer gout d’inachevé pour certains, tandis que d’autres plus avertis savent que l’absence de réponses est préférable à leurs médiocrités. En bref, n’est pas Roméro qui veut mais ce type d’initiative dans notre cinéma est très encourageante.

publié le 03/01/2011 - 18:27

Pages

 Inscrivez-vous ou connectez-vous pour ajouter votre avis !

Sur Horreur.net