John Carpenter

John Carpenter

Biographie

John Carpenter est né le 16 janvier 1948 à Carthage, dans l'Etat de New- York. Pas toujours apprécié à sa juste valeur, surtout aux Etats-Unis, il le reconnaît lui-même avec beaucoup d'ironie : "En France, je suis un auteur, en Allemagne, je suis un cinéaste. En Grande Bretagne, je suis un réalisateur de film d'horreur. Aux Etats-Unis, je suis un raté".

Il s'intéresse très tôt au fantastique et à la science-fiction. Dans sa jeunesse, il fonde même un fanzine dédié à son genre de prédilection, curieux pour quelqu'un qui s'affirme athée et sceptique et qui ne croit pas au surnaturel. Son autre genre cinématographique pour lequel il a un penchant est le western, dont il ne fera pas de films directement lié car passé de mode mais il parsémera ses oeuvres de référence au western.
A l'âge de 20 ans, il s'inscrit au département cinéma de l'Universitty of South California, coréalisant deux ans plus tard The resurrection of Bronco Billy qui obtient l'oscar du Meilleur court métrage. Ses études s'achéveront sur un moyen métrage qui connaîtra les faveurs du grand écran: il s'agit de Dark Star en 1974. En 1976, il saisit la chance de réaliser un film situé entre le Rio Bravo d'Howard Hawks et La nuit des Morts-Vivants. Ainsi est né Assaut où John Carpenter alors débutant, fait preuve d'un certain savoir-faire en utilisant le travelling comme vecteur de tensions. Le film reçoit un bon accueil au Festival de Londres en 1978. C'est là que Carpenter se voit proposer son prochain film qui n'est autre qu Halloween: La nuit des masques. D'une simple histoire banale d'un sérial-killer, le réalisateur en a fait un summum du film d'horreur. Le succès est au rendez-vous (soixante-quinze millions de dollars de bénéfices au box-office américain). Halloween: La nuit des masques est par la suite primé au Festival de Paris. Le film de psycko-killer fait alors son apparition. Devenu une valeur sûre du film d'angoisse, John Carpenter persiste sur la même voie: Fog en 1980 et surtout The thing en 1982. Etrangement, The thing, premier film de studio du "Maître", fût un échec critique et public. De quoi détourner John pour un court laps de temps des films d'horreurs. Il s'essaie alors au film de S.F ( New York 1997, Starman) et au film d'aventures (Les aventures de Jack Burton dans les griffes du mandarin).

Dorénavant, les genres différents alternent sous l'oeil de la caméra du Maître du cinéma fantastique contemporain (le film d'horreur Prince des Ténèbres, une critique de la société américaine dans Invasion Los Angeles, une nouvelle version des Aventures d'un homme invisible, Les....). L'antre de la folie (1994) marque l'aboutissement des recherches esthétiques et thématiques de Carpenter, maître absolu sur son film. C'est pourtant à un remake qu'il s'attaque par la suite, avec Le village des Damnés, qui voit Christopher Reeve (alias Superman) tenir son dernier rôle avant son accident qui l'a paralysé. Mais le faible succès de ses récents films pousse Carpenter à accepter ce qu'en temps normal, il aurait certainement refusé, à savoir réaliser une suite à New York 1997: Los Angeles 2013 [il refusera d'ailleurs l'offre de tourner lui-même Halloween, 20 ans après]. Bide total pour Los Angeles 2013, incompris de la critique et du public. John Carpenter que l'on dit alors fini, saura cependant rebondir avec son nouveau bebé, Vampires, une relecture moderne du mythe du suceur de sang. Son dernier film, Ghosts of Mars, un mélange de SF/horreur est l'un des événements ciné de 2001. Mais là encore, le film est un échec au box office.

Une des particularités des films de Carpenter est que la musique est presque toujours composée par lui. Et pour ceux qui l'auront entendu, le thème d'Halloween reste un souvenir impérissable. Il ne cède sa place qu' à trois reprises: pour "The Thing" (à Ennio Morricone), pour "Starman" et pour "Les aventures d'un homme invisible".

Filmographie