Steve Miner

Biographie

La carrière de Steve Miner est souvent située dans l'ombre d'autres grands noms du cinéma. Pourtant, on ne peut que lui reconnaître une certaine efficacité à créer des athmosphères réussies, en particulier dans le cinéma d'épouvante, genre auquel il revient régulièrement.

Alors très jeune, il est assistant producteur (mais aussi assistant monteur) au côté de Sean S.Cunningham, sur La dernière maison sur la gauche, le premier film extrémement dérangeant de Wes Craven en 1973. Dans les années 70, Steve Miner fait ses armes en tant que monteur. La chance de passer au poste de réalisateur va lui être donné par Sean S.Cunningham. Les deux hommes sont ainsi associés sur Vendredi 13, un slasher forestier qui, avec "Halloween" édicte les règles de base du genre. Puis, en 1981, c'est Miner qui réalise lui même Vendredi 13, Le tueur du vendredi ainsi que l'épisode en 3-D de la saga (1982). Après avoir montré un certain savoir faire à faire sursauter les spectateurs, et tout en restant proche du registre de la terreur, il se fait remarquer avec House, une parodie horrifique liée au traumatisme de la guerre du Viet-Nam. House obtient même le grand prix du festival fantastique d'Avoriaz. Nous sommes alors en 1986.

Après un bref passage par la comédie (Soul Man) où C.Thomas Howell interprête un étudiant qui prend des médicaments censé lui noircir la peau pour qu'il puisse obtenir une bourse allouée à la communauté noire, il revient au fantastique avec Warlock (1989), le premier de la série qui met en scène un démon voyageant à travers le temps. Etrangement, durant les années 90, ce petit maître de l'horreur se contente d'aligner des films guimauves. C'est d'ailleurs sur l'un d'eux (Forever Young) qu'il rencontre l'actrice Jamie Lee Curtis. Une rencontre qui aura pour conséquence de favoriser le retour de Steve au Fantastique.

Suite au succès des "Scream", l'idée est lancé de relancer une autre saga: Halloween, et ce pour fêter ses 20 ans.Outre le producteur Moustapha Akkad, Jamie Lee Curtis se dit vivement intéressé. Après le refus de John Carpenter de mettre en scène le film,  l'actrice fait appel à Miner. Celui-ci en mal de succès accepte de réaliser Halloween, 20 ans après qui cartonne au box-office. Sa carrière ainsi remise sur les rails, le réalisateur à l'idée de faire un film de sur un crocodile géant. Au scénario, David E.Kelley (la série "Ally Mc Beal") pour un résultat qui tombe plutôt à l'eau (ni effrayant, ni véritablement amusant): Lake Placid mettra ainsi plus d'un an à sortir en France."J'ai toujours aimé le mélange de genres. Pour Lake Placid, j'ai voulu créer des ambiances réellement terrifiantes et des situations de pure comédie. Quatre personnages que rien ne prédisposait à se rencontrer deviennent, malgré eux, les héros d'une drôle d'aventure !" déclare le réalisateur.

Comme quoi,entre la gloire et la mise à l'écart,il n'y a qu'un pas.Un paradoxe que ne démentira pas las sortie tant repoussée du western pour teenagers Texas Rangers avec la star de Dawson, James Van Der Beek.

note: Steve Miner tourne aussi pour la télévision, comme en témoigne entre autres les épisodes qu'il réalisa sur les séries Dawson et Wasteland (séries initiés par Kevin Williamson).