Voir la fiche complète du film : Aliens vs. Predator : Requiem (Colin Strause, Greg Strause - 2007)

Aliens vs. Predator : Requiem

Les Frères Strause réussissent l'impensable : faire pire que Paul Anderson ! Ce Requiem est décevant et achève presque l'enterrement de la franchise AVP...
Publié le 1 Janvier 2008 par JulienVoir la fiche de Aliens vs. Predator : Requiem
3
Invisibilité Extra-Terrestre

Après la vision du film des Frères Strause, difficile de ne pas rehausser un peu le niveau déjà pas très élevé du film de Paul Anderson, spectacle divertissant (et encore…) mais qui n’exploitait pas particulièrement les possibilités que lui offraient les deux franchises de la 20th Century Fox, Alien et Predator. Et ce n’est pas avec ce Requiem que la donne va donc changer. En effet, même avec la meilleure volonté du monde, il est difficile de ne pas jeter un œil régulièrement sur sa montre tant le film est ennuyeux, prévisible et ma foutu…

Encore une fois, le parti pris est presque évident puisque l’histoire nous invite à suivre un Predator confronté à une horde d’Aliens engendrés par le monstre que nous avions pu entrevoir à la fin du film de Paul Anderson (un Predalien ou un Alienator, au choix). Les meilleurs scènes du film sont d’ailleurs très souvent squattées par le Predator qui se révèle être un sacré Mac Gyver puisqu’il bricole sans arrêt (des flingues, de l’électronique sur son casque, des machins pour se soigner…). Et pour meubler entre les bastons d’Aliens et de Predator, on nous flanque des acteurs fades et insipides (le casting est mauvais, point barre) qui débitent des dialogues dignes d’un épisode de Dallas. D’ailleurs, il est assez rigolo et pas si étonnant de constater que les photos promo sortit à l’époque mettaient en avant l’hybride predator-alien plutôt que les protagonistes humains…

Bon, il ne nous reste pas grand chose à nous mettre sous la dent avec tout ça ! Ah si, des SFX pas trop mauvais dans l’ensemble… Rien de très impressionnant cependant. Quelques headshots bien gore à signaler, quelques accouchements douloureux pour des femmes enceintes (au passage, signalons que la plupart des scènes dans l’hôpital sont aussi débiles qu’incongrues).

Le film n’est pas aussi divertissant que son prédecesseur et la franchise AlienS vs Predator ferait bien de repartir dans une autre direction si elle ne veut pas rejoindre les rayons des direct-to-video et les bacs à solde des grandes surfaces.

Autres critiques

La nuit des requins
Si les années 1980 sont assez prolifiques dans le domaine horrifique avec l’émergence de boogeymans emblématiques, le survival animalier profite avec modération du succès des Dents de la mer . Loin d’être notable, on peut citer les deux dernières suites au chef d’œuvre de Spielberg, ainsi que La mort au large . Produit italien de seconde zone qui s’avance comme une version...
La Mort au bout du fil
Je dois bien vous l'avouer: je n'attendais pas grand chose de ce film. A ma décharge, il faut reconnaître que les thrillers médiocres, sans envergure et plus efficaces qu'une boîte de somnifères sont aussi nombreux que les points noirs sur le front d'un adolescent. Donc, en mettant Mort au Bout du Fil dans le lecteur, je m'attendais à passer 1h30 devant une histoire mille fois...
Ghost Shark
Si l’on peut regretter la médiocrité permanente qui suinte du survival animalier, il faut reconnaître que les producteurs ne se découragent pas pour donner vie aux concepts les plus idiots. En 2013, Asylum entamait la saga Sharknado . Auparavant, on avait également eu droit à Sharktopus . Outre la volonté d’infliger quelques aberrations génétiques aux squales, on remarque une certaine...
Scream 4
Attention, cette critique contient un élément révélant la fin du film, situé entre les deux balises rouges. Plusieurs années se sont écoulées depuis les meurtres commis par Ghostface à Woodsboro. Sidney Prescott est enfin parvenue à tourner la page et retourne dans sa ville natale pour le lancement de son premier roman, Out of Darkness. C’est à ce moment précis que le tueur au masque renaît de...
Choose
Un torture porn dans la lignée de Saw et The collector , voilà comment nous est présenté Choose . Un thriller horrifique raté essayant vainement de mixer Saw et Seven , voilà comment moi je le présenterais. Car les scénaristes avaient manifestement le film de David Fincher en tête quand ils ont écrit le scénario de leur navet. Oui, navet. Et pourtant Dieu sait que j'avais envie de l'aimer ce...