Voir la fiche complète du film : Aliens vs. Predator : Requiem (Colin Strause, Greg Strause - 2007)

Aliens vs. Predator : Requiem

Les Frères Strause réussissent l'impensable : faire pire que Paul Anderson ! Ce Requiem est décevant et achève presque l'enterrement de la franchise AVP...
Publié le 1 Janvier 2008 par JulienVoir la fiche de Aliens vs. Predator : Requiem
3
Invisibilité Extra-Terrestre

Après la vision du film des Frères Strause, difficile de ne pas rehausser un peu le niveau déjà pas très élevé du film de Paul Anderson, spectacle divertissant (et encore…) mais qui n’exploitait pas particulièrement les possibilités que lui offraient les deux franchises de la 20th Century Fox, Alien et Predator. Et ce n’est pas avec ce Requiem que la donne va donc changer. En effet, même avec la meilleure volonté du monde, il est difficile de ne pas jeter un œil régulièrement sur sa montre tant le film est ennuyeux, prévisible et ma foutu…

Encore une fois, le parti pris est presque évident puisque l’histoire nous invite à suivre un Predator confronté à une horde d’Aliens engendrés par le monstre que nous avions pu entrevoir à la fin du film de Paul Anderson (un Predalien ou un Alienator, au choix). Les meilleurs scènes du film sont d’ailleurs très souvent squattées par le Predator qui se révèle être un sacré Mac Gyver puisqu’il bricole sans arrêt (des flingues, de l’électronique sur son casque, des machins pour se soigner…). Et pour meubler entre les bastons d’Aliens et de Predator, on nous flanque des acteurs fades et insipides (le casting est mauvais, point barre) qui débitent des dialogues dignes d’un épisode de Dallas. D’ailleurs, il est assez rigolo et pas si étonnant de constater que les photos promo sortit à l’époque mettaient en avant l’hybride predator-alien plutôt que les protagonistes humains…

Bon, il ne nous reste pas grand chose à nous mettre sous la dent avec tout ça ! Ah si, des SFX pas trop mauvais dans l’ensemble… Rien de très impressionnant cependant. Quelques headshots bien gore à signaler, quelques accouchements douloureux pour des femmes enceintes (au passage, signalons que la plupart des scènes dans l’hôpital sont aussi débiles qu’incongrues).

Le film n’est pas aussi divertissant que son prédecesseur et la franchise AlienS vs Predator ferait bien de repartir dans une autre direction si elle ne veut pas rejoindre les rayons des direct-to-video et les bacs à solde des grandes surfaces.

Autres critiques

Soleil Rouge
Quelques années après son premier court métrage, Maniak , le jeune réalisateur Mickael Perret nous revient avec Soleil Rouge , un second métrage plus ambitieux, dont l'ambiance moite et pesante serait au service d'une terrible histoire de vengeance. Malheureusement, ces belles intentions furent fortement bridées par des aléas de production imprévus. Ainsi, le film était initialement prévu...
Stake Land
A l'époque de ma critique de Mulberry Street , j'avais déjà loué la capacité du réalisateur Jim Mickle à tirer le maximum des maigres moyens mis à sa disposition et force est de constater qu'avec Stake Land , il a encore augmenté son niveau d'un cran, en gommant les imperfections de son précédent essai. Ce faisant, il réalise le sans-faute, propulsant son road-movie vampirique au rang de film à...
Dead Silence
Décidément, James Wan est un réalisateur obsédé par les poupées ! Après le pantin de Saw , voilà que son second long métrage (troisième en fait si on compte son film d'étudiant Stygian ) en contient plus d'une centaine et que son scénario suit les exactions d’une poupée tueuse. Classique et déjà vu me direz-vous. Je ne peux qu’être d’accord. Mais quand derrière la caméra il y a le type qui nous a...
Hannibal
Si l'on demande à des lecteurs ou des cinéphiles de citer des tueurs en série qui les ont frappés, il y a de fortes chances pour qu'Hannibal Lecter figure dans leur top 5 auprès de Charles Manson et consorts. Tout comme Sherlock Holmes, il marque la culture populaire d'une empreinte au fer rouge. Un constat qui perdura dans le temps au point peut-être de le confondre avec de réels sociopathes...
Primeval
De nos jours, au Burundi, dans un pays ravagé par la guerre civile, une petite équipe de journalistes américains monte une expédition pour capturer le célèbre Gustave, crocodile de près de neuf mètres de long, responsable de la mort de nombreux habitants. Adapté d'une histoire vraie, Primeval se présente comme un film de terreur animalier. Toutefois, il ne déroge pas aux codes du film d'aventures...