Voir la fiche complète du film : Black Christmas (Glen Morgan - 2006)

Black Christmas

Un très bon remake d'un slasher culte mais un peu oublié. Plus violent et rythmé que son modèle...
Publié le 24 Juin 2011 par GeoffreyVoir la fiche de Black Christmas
8
Noël Tueur en série Hôpital Voyeurisme

Le Black Christmas de Bob Clark est considéré par les spécialistes, contrairement à une croyance populaire répandue qui veut que ce soit le Halloween de Carpenter, comme le père fondateur du slasher (avec la Baie Sanglante). Il faut dire que tous les futurs ingrédients de ce sous-genre mal-aimé s'y trouvaient déjà et ce, deux ans avant que le Michael Myers de Big John débarque sur les écrans. Vue subjective, meurtres à la chaîne, tueur fantomatique et adolescentes écervelées étaient déjà au menu du film de Bob Clark.
Dans ce cas, pourquoi ce film a-t-il si peu marqué la mémoire collective alors que les exactions du tueur d'Halloween allaient s'inscrire en gras au panthéon du cinéma d'horreur ? La réponse est simple : Black Christmas est moins bon que ses rejetons.


Attention, greluches en perdition...

Evidemment, il faut replacer le tout dans le contexte de l'époque et on ne peut légitimement pas lui reprocher son manque de sang et ses meurtres peu graphiques. Néanmoins, son déroulement assez lent malgré une ambiance très réussie et la frustration que peuvent engendrer l'anonymat du tueur (on ne voit que ses mains ou son oeil) ainsi que tout le mystère l'entourant (Quelles sont ses motivations profondes ? Qui est cette fameuse Agnès ?) lui sont dommageables. D'autant que Black Christmas ayant l'inconvénient d'être un précurseur oublié et depuis surpassé, le découvrir sur le tard lui est forcément fatal.
Pour une fois, un remake pouvait donc se justifier.


Un souci m'dame?

L'histoire est simple : les jeunes femmes d'une confrérie reçoivent des coups de téléphone le soir de noël et commencent à disparaître.
Simple et efficace, une trame basique de slasher, mais puisqu'elle suit l'histoire originale, on ne peut pas critiquer ce point, d'autant plus que les scénaristes Glen Morgan et Roy Moore ont eu la bonne idée d'expliciter ce qui était resté en suspend dans le métrage de Bob Clark. On apprendra ainsi qui est Billy l'assassin, pourquoi il tue et qui est la fameuse Agnès. Appréciable, surtout que les origines de Billy sont bien malsaines et que son look jaunâtre est original. Un bon point à ce niveau.
On pourra par contre reprocher au scénario quelques énormes aberrations scénaristiques : par exemple, pourquoi les jeunes femmes reviennent-elles toujours dans la maison au lieu de se réfugier chez les voisins ? Bon, il neige dehors, mais de là à préférer affronter un psychopathe meurtrier plutôt que quelques flocons, il y a de quoi rester perplexe. Mais bon, comme précisé plus haut, la trame générale ne fait que reprendre l'original.


Ce bon vieux sac plastique, toujours efficace...

La réalisation assurée par Glen Morgan (scénariste du premier et troisième volet des Destination Finale) est de très bonne facture malgré le manque d'expérience effectif du bonhomme. Ce n'est en effet que son deuxième (et à ce jour dernier) film en tant que réalisateur principal, le premier étant le remake de Willard. Il faut pourtant reconnaître qu'il s'en sort très bien avec des séquences gores bien troussées et des meurtres violents. Cet aspect du film est la principale différence avec la version de 1974 car dans cette dernière, les meurtres étaient bien moins graphiques, mais l'ambiance était oppressante. Dans sa version de 2006, Black Christmas perd donc en atmosphère ce qu'il gagne en violence graphique. C'est un choix en adéquation avec la vague des torture porn qui sévissait à l'époque (Saw et Hostel étaient sortis respectivement en 2004 et 2005) et qui ne fera pas que des heureux, mais pour ma part, cette série d'énucléations, de décapitations et d'étouffements m'a beaucoup plu.

Du coté des acteurs, on notera que l'actrice Andrea Martin, qui interprétait le rôle de Phyllis dans l'original, fait une apparition clin d'oeil en jouant le rôle de Madame Mac dans ce remake. Pour le reste, tout le monde est impeccable. On regrettera juste un coté adolescents sortis de Beverly Hills un peu trop prononcé, mais les jeunes gens jouent juste, de même que Robert Mann qui incarne Billy de manière tout à fait effrayante.


Billy et son léger problème de peau...

Bref, Black Christmas s'avère un slasher très recommandable qui n'a pas à rougir de son statu de remake puisqu'il surpasse son modèle dans bon nombre de domaines. Dommage qu'il perde en ambiance ce qu'il gagne en hémoglobine. L'idéal aurait été mix des deux, mais bon...

A propos de l'auteur : Geoffrey
Portrait de Geoffrey

Comme d'autres (notamment Max et Dante_1984), je venais régulièrement sur Horreur.net en tant que lecteur, et après avoir envoyé quelques critiques à Laurent, le webmaster, j'ai pu intégrer le staff début 2006. Depuis, mes fonctions ont peu à peu pris de l'ampleur.

Autres critiques

Meurtres
Le premier contact avec Meurtres est des plus agréable. En effet, la superbe jaquette peinte n'est pas sans rappeler les grands classiques d'antan et n'hésite pas à proclamer fièrement "L'un des meilleurs slashers de ces dernières années". Honnêtement, après les tonnes de slashers tous plus banals les uns que les autres qui ont fleuri durant la vague de Néo-slashers...
Paperhouse
Pour les amateurs de films d'horreur, Bernard Rose n'est pas un inconnu. Il est l'inventeur de l'un des boogeymen, entendez par là tueurs en série, monstres immondes et autres bestioles dérangés rejoignant Freddy, Jason ou encore Michael Myers, les plus connus de la planète. Créateur de Candyman , le monstre naît de la haine raciale qui sera par la suite l'objet de deux suites de mauvaise qualité...
Krampus Unleashed
Dans la catégorie des films d’horreur de Noël, on distingue plusieurs types de productions. Celles qui démystifient l’image symbolique du père Noël. Les métrages qui usent du contexte de manière plus ou moins abusive. Et enfin ceux qui explorent la face cachée de cette fête, en mettant souvent sur le devant de la scène des antithèses du père Noël, comme le Grinch, Saint-Nicolas ou...
Un Coup de Tonnerre
Il n'y a rien à faire, malgré que le sujet ait été exploité à de multiples reprises, chaque film abordant le voyage dans le temps et ses conséquences attise encore la curiosité. Il faut dire que les possibilités sont infinies et que voir ce qu'aurait pu devenir notre monde si tel ou tel événement s'était produit reste toujours très excitant. Bien fait, ça peut donner des choses telles...
Poltergeist
Quatrième long-métrage tourné par Tobe Hooper pour le cinéma, Poltergeist représente un sommet dans la carrière du réalisateur de Massacre à la tronçonneuse . Produit et scénarisé par Steven Spielberg, Poltergeist marque une certaine rupture de ton avec les précédents films de son réalisateur, tout en restant dans le registre de l’horreur et de l’épouvante. L’action se déroule dans une banlieue...