Voir la fiche complète du film : Blair Witch (Adam Wingard - 2016)

Blair Witch

Trop similaire à son modèle, Blair Witch ne parvient pas à se forger sa propre identité et offrir la continuité espérée par les premières lignes du scénario. Un found-footage conventionnel qui évente d’une piètre manière le mystère de la sorcière de Blair pour un résultat sans envergure.
Publié le 20 Février 2017 par Dante_1984Voir la fiche de Blair Witch
4
Forêt

S’il n’est pas le précurseur du found-footage, Le projet Blair Witch est parvenu à donner l’élan nécessaire à ce sous-genre pour se démocratiser. Il en résultait quelques bobines intéressantes et malheureusement de nombreuses dérives mercantiles aussi creuses qu’une coquille d’œuf vide. En général, on apprécie ou on déteste. Dans pareil cas, il n’existe pas de demi-mesure. La saga s’était toutefois fourvoyée dans une pseudo-suite difficilement regardable. Il paraissait donc improbable qu’elle revienne sur grand écran après seize années d’absence. Ce retour aux sources répondra-t-il à certaines questions demeurées en suspens ou avons-nous droit à une itération purement opportuniste?

On les avait pourtant prévenus...

Il est vrai que le premier métrage était parvenu à développer sa propre mythologie autour de la sorcière de Blair. Folklore local, superstitions sans valeurs, malédiction? Le peu d’éléments disponibles suscitait autant d’interrogations que de mystères, et ce, encore après la fin du film. À l’époque, la mise en scène et le concept même du found-footage nourrissaient pas mal de doutes et laissaient le spectateur dans l’expectative. Or, appréhender ce troisième opus (qui n’est ni un reboot ni un remake) en occultant les évènements du Livre des ombres exige un minimum de cohérences. Soit, l’on décide d’éventer la légende et de lui offrir une explication, rationnelle ou pas. Soit, on entretient le côté énigmatique.

Le présent film va pourtant jouer sur les deux tableaux sans vraiment trancher. On peut saluer le fait de proposer une continuité, un lien, avec le premier volet. Cependant, il se révèle avant tout un prétexte bancal pour sombrer dans les méandres de la forêt. Autre point peu enclin à remonter la pente, la trame se calque sur son modèle avec un minimum de différences pour moderniser l’ensemble. Certains passages sont plus dynamiques et nerveux que d’autres, mais ils contrastent avec des phases d’exploration redondantes. La perte de repères n’est absolument pas ressentie et la mise en valeur de l’environnement ne concourt guère à s’immerger dans ces contrées hostiles.

Les superstitions, ça tue !

Même l’ajout d’éléments technologiques tels que le drone se montre peu pertinent. Quant au jeu des caméras, on alterne entre les différents points de vue d’une manière assez fluide et un peu trop professionnelle pour un simple found-footage. Impression atténuée en fin de parcours avec des angles qui trahissent une intervention extérieure pour filmer les séquences. Il est vrai que la légende demeure toujours agréable à découvrir. Comme évoqué un peu plus haut, on explore quelques pistes qui tendent à expliquer l’histoire de la sorcière de Blair, notamment les fameux hommes de paille accrochés aux arbres trouvent ici leur raison d’être.

Mais Blair Witch se fourvoie véritablement dans sa propension à sombrer de manière trop explicite dans le surnaturel. Tout l’aspect psychologique, en particulier quand on se situe dans la maison, passe à la trappe. S’il résidait de nombreux points à éclaircir dans Le projet Blair Witch, le scénario propose des réponses en demi-teinte tout en suscitant d’autres interrogations chez le spectateur. L’intention est confuse, le résultat peu probant pour réellement convaincre. On se retrouve avec une histoire qui, malgré de bonnes idées, s’éparpille aux quatre vents sans réunir les pièces du puzzle.

Et ça vous retourne la tête.

Au final, la version 2016 de Blair Witch ne se révèle guère concluante. Si le cadre et le retour au found-footage permettent de renouer avec l’esprit du premier film, l’intrigue sombre dans une progression éparse qui souffle le chaud et le froid. Les comportements peu crédibles de certains intervenants n’amènent guère à susciter l’empathie ou un quelconque sentiment d’immersion. Quelques explications à l’emporte-pièce, des phénomènes qui jouent la surenchère au lieu de l’effroi et un épilogue aussi prévisible que décevant... Nul doute que l’exhumation de la saga se solde par une production calibrée pour le grand public dont la connaissance des deux précédents volets n’est guère indispensable.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Demonic
Nombreuses sont les productions outre-Atlantique dont la distribution reste incertaine dans nos contrées. La perle horrifique Grave Encounters – qui a mis plusieurs années à sortir en DVD chez nous – est d’ailleurs un exemple frappant de ce phénomène regrettable. Sachant qu’il vaut mieux prévenir que guérir, abordons le Demonic de Will Canon qui, malgré des faiblesses et...
Meurtres à la Saint-Valentin 3D
Pour certains, les remakes sont un fléau et on peut les comprendre. Très souvent inférieurs aux originaux, ils ont en plus tendance à dénaturer les mythes et à rabaisser nos boogeymen préférés au rang de fillettes bougonnes et inoffensives. Prenons l'exemple le plus flagrant avec le dernier Freddy et son lot d'acteurs imberbes face à un tueur qui pourrait jouer dans Plus belle la vie . De...
Yéti : Le géant d'un autre monde
Les années 1970 sont particulièrement friandes des créatures mythiques qui ornent le tableau de chasse fantasmé des cryptozoologues. Le sasquatch, le bigfoot ou même l’abominable homme des neiges ont eu droit à quelques métrages plus ou moins dispensables. C’est notamment le cas de Sasquatch, the Legend of Bigfoot , Snowbeast ou encore Screams of a Winter Night . Il est en revanche un...
Les Portes du temps : un nouveau monde
La série Nick Cutter (ou Primeval ) tire sa révérence en 2011 après cinq saisons à l'intérêt inégal. Il en ressortait une saga distrayante, bien fichue, mais répétitive et aux aboutissants assez décevants dans l'ensemble. Pour rappel, le dénouement n'offrait pas toutes les réponses que l'on attendait et se permettait d'ouvrir une porte (pas temporelle celle-ci !) vers de...
Infini
La science-fiction et l’horreur sont deux genres qui se sont rencontrés à plusieurs reprises à travers l’histoire du cinéma. On a eu droit à quelques classiques du septième art tel qu’ Alien , mais aussi d’étonnantes séries B, comme Event Horizon . Si ce mélange offre de nombreuses possibilités aux metteurs en scène, il était en perte de vitesse depuis quelque temps. Il y a bien Prometheus ou...