Shadowz - la plateforme de VOD
Voir la fiche complète du film : Invisible Man (Leigh Whannell - 2020)

Invisible Man

Entre thriller psychologique, épouvante et fantastique, The Invisible Man offre une vision réaliste, non moins oppressante, de l’histoire originale imaginée par H.G. Wells. Il s’agit d’une adaptation libre et contemporaine qui assimile parfaitement les fondamentaux des genres précités. Le film de Leigh Whannell développe une atmosphère anxiogène à même de soutenir un suspense constant et une mise en scène très suggestive. Un effort cinématographique convaincant et efficace.
Publié le 28 Septembre 2020 par Dante_1984Voir la fiche de Invisible Man
7
Invisibilité

Depuis l’œuvre d’H.G. Wells, l’invisibilité est devenue un thème récurrent dans la science-fiction, ainsi que dans le fantastique. En suggérant l’impunité de méfaits, elle est généralement considérée comme le vecteur d’une morale vacillante. De nombreuses adaptations ont vu le jour au fil des décennies, transposant le mythe avec plus ou moins de succès dans le contexte du roman ou un cadre contemporain auxdites réalisations. L’une des dernières occurrences en la matière, et particulièrement réussies dans son approche, demeure Hollow Man de Paul Verhoeven. L’on tenait alors un métrage intense et bien mené pour susciter l’angoisse inhérente à l’invisibilité de l’antagoniste. En l’occurrence, The Invisible Man semble s’inscrire dans un registre similaire.

Cette nouvelle version ancre son sujet dans un réalisme délétère, non pas symptomatique de notre époque, mais d’une propension tout humaine à la violence conjugale. Que celle-ci soit physique ou psychologique, elle se traduit par la maltraitance de la femme à travers un comportement ultra-possessif. À l’image de l’entame, le propos n’est pas sans rappeler des thrillers marquants dans le domaine, comme Plus jamais ou Les Nuits avec mon ennemi. En l’occurrence, la demeure proche de la mer fait directement écho au métrage de Joseph Ruben. La narration se montre appliquée pour présenter les faits. Ce qui permet de mieux concevoir la détresse du personnage principal.

La suite se révèle foncièrement intéressante à appréhender, car elle joue sur la peur latente et toute justifiée de Cecilia. Les troubles se manifestent par de l’agoraphobie, de la dépression, de la fatigue nerveuse et autres perturbations mentales qui suggèrent de la schizophrénie. En cela, la première partie se montre très habile pour susciter le doute. N’est-ce pas l’angoisse de Cecilia qui s’exprime à travers des phénomènes en apparence anodins ? La sensation d’être épié dans une pièce vide, les plaques de cuisson qui s’emballe, un flacon de médicaments retrouvé inopinément… Sous couvert d’une manipulation pernicieuse, autant d’éléments qui entretiennent un suspense des plus tendu.

On pourrait même rester perplexe face à certains évènements dont la perception biaisée de Cecilia vient contredire le point de vue des autres intervenants. S’agit-il d’hallucinations, d’une approche purement subjective ? En cela, la réalisation se montre suggestive dans sa manière de présenter les séquences. Le cadrage excentré n’hésite pas à emprunter des angles choisis avec soin pour laisser à penser à la surveillance omnipotente d’une présence invisible, au sens propre dans ces circonstances. On peut également s’attarder sur un recul ou des mouvements subtils afin d’accentuer le voyeurisme du procédé. Une démarche simple, ingénieuse et efficace.

De même, la gestion et l’appropriation des espaces affichent une grande maîtrise. Au vu des qualités de la mise en scène précédemment évoquées, les lieux alternent entre l’exiguïté des pièces, les environnements ouverts ou même les angles morts. En cela, cet aspect se rapproche davantage des films d’épouvante. À ce titre, certaines manifestations ne sont pas sans rappeler des phénomènes de hantise et de poltergeist, notamment l’exploration du grenier ou l’épisode de la gifle dans la chambre. L’homme invisible tend d’ailleurs à se dépersonnaliser avec presque aucun échange verbal et des bruitages à mi-chemin entre bestialité d’un animal et froideur d’une entité robotique.

 

Cependant, tout n’est pas parfait. À commencer par quelques incohérences scénaristiques et comportementales qui altèrent la crédibilité de certaines séquences. La présence du chien est également sujette à caution, tout comme le fait de tuer ou d’épargner sans réelles distinctions les vigiles de l’hôpital. Si les descriptions sont particulièrement méticuleuses, on peut aussi émettre de modestes réserves sur un manque de dynamisme propre à certains passages dans la première partie. En ce sens, le montage fait parfois s’enchaîner des séquences sans grande fluidité dans la succession des évènements.

Pour autant, The Invisible Man s’avance comme une version contemporaine réussie d’une histoire intemporelle et aisément transposable dans différents contextes. Hormis quelques scories formelles, comme de menues incohérences comportementales et scénaristiques, le film de Leigh Whannell se distingue par son atmosphère oppressante et sa réalisation inspirée. Dans des circonstances différentes avec des objectifs tout aussi dissemblables, l’exploration et la présentation des espaces évoquent un traitement similaire à Don’t Breathe ; l’aspect huis clos écarté, cela dit. La connotation psychologique joue un rôle fondamental afin de mieux suggérer l’angoisse d’une présence hostile. Une approche que l’on peut également considérer comme l’allégorie de l’emprise du conjoint sur sa femme. Une adaptation âpre et empathique qui parvient à concilier deux sujets apparemment aux antipodes.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Zombie Island Massacre
Avant de commencer toute critique acerbe de ma part, il faut remettre les choses dans leur contexte : Zombie Island Massacre est une production Troma qui date de 1984. Outre le fait que le film ait pris un petit coup de vieux, il est important de faire un petit retour sur Troma. Boîte de production lancée dans les années 70 par un certain Lloyd Kaufman, la Troma, fauchée comme les blés va...
Bates Motel - Saison 5
Exercice délicat que de conclure une série. Sans compter la réception auprès du public qui permet à la production de perdurer, il est nécessaire de savoir s’arrêter au bon moment afin d’éviter déceptions et qualités initiales bâclées. De plus, l’intrigue doit être l’aboutissement d’autant d’années d’efforts (en l’occurrence, cinq pour Bates Motel )...
Dam Sharks
À l’approche de la période estivale, les films de requins pullulent sur la toile et à la télévision. À quelques exceptions prêtes, la sharksploitation a définitivement ancré les squales dans le carcan d’une consommation cinématographique où la médiocrité est encensée. Il n’y a qu’à voir l’engouement à la sortie de chaque opus de Sharknado pour se rendre compte que...
The Dead 2
Attention, cette critique contient quelques spoilers. En Inde, un ingénieur américain tente de sauver sa fiancée dans un pays envahi par les morts-vivants. Venu installer des éoliennes dans les régions les plus pauvres d'Inde, Nicholas Burton (Joseph Millson) apprend que sa fiancée est enceinte. Quelques heures plus tard, d'étranges événements secouent le pays. Les morts reprennent vie et...
Feast 2
Non, Feast 2 : Sloppy Seconds n'est pas un film à caractère pornographique où un petit chien noir et blanc s'en prendrait plein l'arrière-train. Il s'agit ici de la suite d'un film d'horreur qui a partagé le public, j'ai nommé Feast . Dans ce film, on dit adieu à Ben Affleck et Matt Damon pour la production et quand des gens quittent le navire, ce n'est jamais bon...