Voir la fiche complète du film : Cannibal Holocaust (Ruggero Deodato - 1979)

Cannibal Holocaust

LE film de cannibales par excellence. On adore ou on déteste. Mais un film à voir...
Publié le 1 Janvier 2008 par JulienVoir la fiche de Cannibal Holocaust
8
Cannibales Jungle

Deux journalistes et deux cameramen de télévision, dont les reportages sont célèbres pour leur côté réaliste et sensationnel, décident de monter une expédition en Amazonie. Leur but est d'y retrouver les dernières tribus cannibales, les Yamamomos et les Shamataris, qui continuent de vivre comme à l'âge de pierre, à seulement quatre heures d'avion de New York. Un challenge de taille puisque toutes les équipes qui se sont lancées dans cette aventure n'en sont jamais revenues. Sur place, leur traque absolue du scoop et des images choc va vite tourner au drame et se retourner contre eux. Habités par une folie meurtrière, les cannibales vont aussitôt s'acharner sur les quatre reporters. C'est le professeur Monroe, anthropologue de renom, qui découvrira l'ampleur du carnage en partant à leur recherche...

Voilà un film à ne pas mettre entre toutes les mains. Ruggero Deodato (qui a tourné un nombre incalculable de films dans sa vie – plus de 200 paraît-il – dans des genres très différents), n'hésite pas à montrer l'insoutenable. Le film, qui commence comme une sorte de documentaire, tourne vite au film gore "réaliste". Les scènes de cannibalismes (d'un réalisme rarement égalé et proprement hallucinantes) sont très dures à visionner. Il y a des moments où l'on ne sait plus trop quoi penser. Est-ce la réalité ? Tout cela s'est-il vraiment passé ? Un peu à la manière du Projet Blair Witch plus récemment, Cannibal Holocaust joue la carte du réalisme et brouille les pistes. Le spectateur ne sait donc plus trop sur quel pied danser.
L'histoire, un peu difficile à suivre par moment à cause de nombreux flash-backs (on suit les aventures des quatre reporters disparut en même temps que le professeur Monroe, via une vidéo projetée dans une salle), a parfois du mal à captiver le spectateur.

Les scènes d'anthropophagie sont osées. Très osées mêmes (un des reporters se fait arracher le pénis à coups de pierre – aïe ! – et en gros plan siouplaît). De nombreuses scènes sont difficilement supportables, comme celle du viol dans la boue de la jeune cannibale par les trois reporters (le quatrième, une femme, assiste ébahie au spectacle, avant d'y prendre part à son tour). C'est parfois même carrément gerbant (une cannibale est "punie" par son "mari" d'une manière odieuse via l'introduction d'une pierre cloutée dans un certain orifice – cette scène est ignoble).

Adoré ou détesté, le film de Deodato demeure un film ovni. Entièrement tourné en décors naturels (pour renforcer l'aspect réaliste du film), le film offre quelques moments de frissons mais reste, très difficile à regarder sans ressentir une impression de malaise. Même avec le cœur bien accroché, on ne peut que laisser échapper des soupirs de dégoûts face à certaines scènes particulièrement corsées.
Si le film de Deodato est entré dans légende des "shock-horror movies" c'est bien par son réalisme et ses scènes gores outrancières. Personnellement, je n'ai du visionné le film que deux ou trois fois, et cela m'a suffit ! La mise en scène est anarchique (remarque, avec le peu de moyens dont ils disposaient, ils n'auraient pas pu faire mieux) et l'on s'ennuie ferme durant de longues séquences de dialogue (qui n'apportent pas grand chose à l'histoire en plus).

Au final, Cannibal Holocaust reste une curiosité qu'il est bon d'avoir vu au moins une fois dans sa vie. Et si le film paraît terriblement daté aujourd'hui, il n'en a pas pour autant perdu de sa force. Le film est quand même (très) fortement déconseillé aux personnes (très) sensibles !

Autres critiques

Dead Space Aftermath
Dans le domaine vidéoludique, la saga Dead Space est encore aujourd’hui une véritable référence en matière de survival horror. Adaptés à un cadre spatial, les mécanismes de la peur sont parfaitement huilés pour susciter l’effroi à chaque recoin ou détour de couloir. Pour accompagner le premier volet, un film d’animation a vu le jour: Dead Space Downfall . Il en ressortait une...
The Hunger Games
Adaptation du roman éponyme qui a fait la renommée de son auteur, Hunger games est aujourd'hui porté sur pellicule. À l'instar de grandes sagas pour adolescents (Harry Potter, Twilight...), cet univers connaîtra plusieurs suites au cours des années à venir. Pour l'instant, nous sommes en présence du premier volet qui résume le premier tome de la trilogie. Avant de voir ce qu'il en...
Mortal Kombat 2 : Destruction Finale
Comment le dire gentiment et sans méchanceté? Mortal Kombat 2: Destruction Finale est... euh... un OVNI dans le ciel du paysage cinématographique. Même pas une aberration de la nature puisque ce film a été pensé par des hommes comme vous et moi. Enfin, comme vous et moi c'est vite dit car je ne voudrais pas vous insulter en vous associant aux gens qui ont pondu cette chose filmique. Ce film ne se...
Le rituel
Qu’il s’agisse de littérature ou de cinéma, se faire un nom dans le domaine horrifique n’est guère chose aisée. Des écrivains intemporels tels que Graham Masterton, Clive Barker, James Herbert ou Stephen King occupent une place essentielle dans la démocratisation et la réussite du genre. Parmi les «nouveaux» auteurs à l’excellente réputation, on peut évoquer...
Good Omens
Pour un roman, comme pour un film, s’atteler à un sujet aussi codifié et surexploité que l’Apocalypse relève de la gageure. Entre certaines occurrences indissociables du thème et la multitude de manières de présenter cette « fin du monde » annoncée, il est difficile de trouver le bon angle d’approche. Au début des années 1990, Neil Gaiman et Terry Pratchett...