Shadowz - la plateforme de VOD
Voir la fiche complète du film : The Haunting of Borley Rectory (Steven M. Smith - 2019)

The Haunting of Borley Rectory

En s’inspirant d’un fait réel et du « Conjuring Universe », le film de Steven M. Smith manque cruellement d’identité. Le cinéaste s’avère incapable de raconter une histoire de manière correcte. Il est tout aussi incompétent à susciter la peur, hésitant constamment entre la suggestion et la confrontation au surnaturel. À la fois assommant et fastidieux, un métrage guère enthousiasmant au vu du potentiel initial.
Publié le 17 Janvier 2021 par Dante_1984Voir la fiche de The Haunting of Borley Rectory
2
Fantôme Rêve et Cauchemar

Quelle que soit la localité géographique, les cas de hantises sont innombrables. Amityville, Enfield, le manoir Winchester… Les exemples ne manquent pas et ceux-ci ont fait l’objet d’une ou de plusieurs adaptations cinématographiques. Bien moins médiatisé, mais tout aussi connu par les spécialistes et les amateurs d’intrigues paranormales, le presbytère de Borley était réputé pour être l’un des lieux les plus hantés d’Angleterre avant sa démolition en 1944. Hormis un épisode du Tribunal de l’impossible, le cas a pourtant suscité peu d’enthousiasme auprès des producteurs, du moins jusqu’à présent où une poignée de projets indigents tentent de s’approprier le matériau de base.

 

Tout un programme...

En de telles circonstances, la principale crainte est de s’attarder sur le respect de l’histoire initiale. Or, The Haunting of Borley Rectory joue la carte de l’adaptation libre avec un scénario qui demeure une pure fiction. Il n’est pas question d’explorer les couloirs obscurs du presbytère, mais d’arriver après la guerre au sens propre, comme au figuré. Si les ruines ne sont guère démolies, l’incendie s’est déjà produit. Aussi, le rapport avec le passé des lieux reste beaucoup trop en retrait. Un peu comme le spectateur qui se détache progressivement de l’histoire lorsqu’il comprend que l’ensemble s’avère autant redondant que ronflant dans son évolution.

Le caractère répétitif tient à des irruptions surnaturelles similaires, car elles usent des mêmes mécanismes pour tenter de surprendre. D’une part, les jump-scares ne fonctionnent absolument pas. D’autre part, le réalisateur est incapable d’amener une situation tendue à son point d’orgue. Il atermoie constamment entre une approche suggestive privilégiant un cadrage excentré et des séquences beaucoup plus frontales dans son traitement horrifique. Non seulement ces deux aspects se contredisent, mais aucun ne se distingue réellement. L’ambiance demeure dans une platitude affligeante où l’on amalgame très vite les divagations cauchemardesques du protagoniste et les visions « réelles ».

 

L'isolement religieux : on a tout à y gagner !

Loin d’en atteindre le niveau, l’influence de The Conjuring et La Nonne renvoie à quelques allusions religieuses. Certes, on le serait à moins avec un tel cadre. Cependant, il est difficile de ne pas songer à ces métrages devant le faciès du spectre et son accoutrement clérical. On notera que le maquillage est aussi catastrophique que les rares effets spéciaux utilisés pour lui insuffler une aura diabolique. Malheureusement, chacune de ses interventions est à la fois vaine et ridicule, car elle ne suscite aucun effroi ni émotion. Quant à l’environnement en lui-même, on explore que trop peu (et souvent en rêves) les ruines du presbytère. La majeure partie de l’« action » se situe dans le cottage voisin.

Si le nombre de protagonistes est réduit au strict minimum, il est difficile d’y accorder le moindre crédit. Pourtant, la période de la Seconde Guerre mondiale et la proximité avec le drame qui a frappé Borley auraient pu concourir à offrir un contexte réellement intéressant à exploiter. Au lieu de cela, il faut se contenter de plusieurs flashbacks à la similarité confondante, des échanges impavides et des seconds rôles transparents. Et ce n’est pas le personnage d’Harry Price qui change la donne ou permet de s’ancrer dans un réalisme de circonstances. Pour parachever ce tableau des plus médiocre, on notera de nombreuses approximations et des raccourcis tout aussi évasifs dans l’évocation de l’histoire du presbytère.

 

Un fantôme qui laisse des traces ?

Au final, The Haunting of Borley Rectory ne rend guère hommage au presbytère et à l’aura de mystère qui l’entoure. Malgré une base de travail relativement séduisante, le scénario fait du surplace et ne parvient guère à développer un minimum d’atmosphère au cœur de l’Essex. Les phénomènes paranormaux sont furtifs et fauchés, tandis que les acteurs ne communiquent absolument rien. La faute à une interprétation ratée et à des personnages inintéressants. L’ensemble se révèle ennuyeux et tente quelques effets de mise en scène pour inquiéter, en vain. Affublé d’un style graphique calamiteux, un film d’épouvante long, parfois suffisant dans sa démarche et très éloigné de la véritable histoire.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Slender Man
Considéré comme une légende urbaine montée de toute pièce pour une diffusion virale sur le web, Slender Man est un personnage aussi inquiétant que passionnant. La silhouette humaine élancée, d‘où son patronyme, l’absence de visage renvoyant à un anonymat dans sa forme la plus stricte... Ces caractéristiques sont ancrées dans l’imaginaire collectif sous des noms et des mythes...
Thriller
Devenue muette à la suite d'une agression, la jeune Frigga vit paisiblement à la campagne avec ses parents. Ratant son bus pour se rendre en ville, elle rencontre Tony, un bellâtre qui la kidnappe et la drogue, dans le but d'en faire une prostituée. A l'occasion de sa récente sortie française en DVD, retour sur un film qui a fait couler beaucoup d'encre à sa sortie. En 1973, le cinéma d'...
The Innkeepers
Claire et Luke passent leur dernier jour de travail au Yankee Pedlar Hotel, sur le point de fermer. C'est alors que des phénomènes paranormaux commencent à se faire ressentir dans tout l'établissement. Après le très fun Cabin fever 2 et le lénifiant The house of the devil , Ti West nous revient avec une ghost story des plus classiques. À défaut d'être original, on aurait pu espérer un...
Vampire University
Le film de vampires a souvent été maltraité. Figure de proue du cinéma horrifique et créature légendaire maléfique, le vampire a connu moult changements, autant morphologiques que psychiques. Bête déchue dans Nosferatu , monstre sanguinaire dans 30 Jours de Nuit , être machiavélique dans Dracula , amoureux transi dans Twilight , le vampire a pris cher depuis quelques années, devenant un phénomène...
La Mutante des Mers
La Mutante des Mers se présente comme le remake d'un film de monstre de 1956 : The She-Creature d' Edward L. Cahn . N'ayant pas vu cet antique témoin d'un cinéma populaire à base de Craignos Monsters en latex, c'est donc vierge de tout apriori que j'ai entamé le visionnage du film de Sebastian Gutierrez . Et puisque j'en suis aux confidences, sachez que j'ai...