Voir la fiche complète du film : Les Faucheurs (Dario Piana - 2007)

Les Faucheurs

Un film au concept de base génial mais mal développé. Au final, Les Faucheurs n'est ni bon, ni franchement mauvais, juste insipide...
Publié le 6 Mars 2010 par GeoffreyVoir la fiche de Les Faucheurs
4
Hôpital

Les Faucheurs, c'est l'exemple même du film qui base tout sur son génial postulat de base sans essayer de le développer outre mesure, pour finalement se trainer péniblement jusqu'à la conclusion. En effet, à l'instar d'un film comme L'Effet Papillon 2, le film de Dario Piana commence de fort belle manière mais son intérêt s'amoindrit à mesure que le temps passe et finit par provoquer moults baillements chez le spectateur. Vous avez dit gâchis?


Rassurez-vous, Les Faucheurs n'est pas un énième Torture-Porn...

Après une partie de hockey chaudement disputée, Ian Stone est happé par un train sur le chemin de retour. Cet accident qui aurait dû être fatal s'avère bénin, car aussitôt frappé, Ian se retrouve dans un bureau, cravate au cou, tentant de satisfaire les exigences d'un patron éreintant! Bienvenu dans l'univers de Ian Stone, un jeune homme qui meurt à chaque jour sous les mains de créatures maléfiques, pour ensuite réapparaître dans une nouvelle vie, sans aucun souvenir de l'ancienne...


Un Faucheur en flagrant délit de "Stonicide"...

Paradoxalement, le problème du film c'est qu'il attise l'excitation du spectateur avec un démarrage intrigant et stimulant, quelque part entre Un Jour sans Fin et L'Effet Papillon. On a vraiment envie de savoir ce qui arrive à Ian Stone, lequel est trimballé d'une existence à l'autre sans comprendre ce qui lui arrive. Malheureusement, la suite ne proposera que déceptions sur déceptions. Le développement n'est pas franchement mauvais, mais il reste beaucoup trop superficiel pour être intéressant. Pire, on a même l'impression qu'au lieu de se développer, l'intrigue régresse et s'amenuise pour se réduire au final à un bête combat entre créatures. C'est d'autant plus dommage que l'univers proposé était franchement accrocheur mais ses créateurs donnent l'impression de s'être perdus en court de route ou d'avoir dû réorienter leur scénario (des pressions pour offrir un truc plus "grand public"?). Quoiqu'il en soit, l'histoire générale s'avère au final très décevante.


Certaines séquences sont assez spéciales...

On ne peut même pas reprocher à Dario Piana d'avoir mal fait son boulot car sa réalisation est tout ce qu'il y a de plus correct avec même quelques séquences très bien foutues et des mouvements de caméra inventifs. Les créateurs des effets spéciaux ne sont pas plus en cause car les FX sont de qualité (Le label Stan Winston...) tout comme le look des fameux Faucheurs qui en jette pas mal.

Le héros interprêté par Mike Vogel n'est pas antipathique et parvient même à se rendre attachant au début (quand on ne se fiche pas encore de ce qui lui arrive en fait...), de même que la jolie Christina Cole dans un rôle très sembable à celui d'Amy Smart dans L'Effet Papillon. On regrettera par contre que Jaime Murray qui incarne la meneuse des faucheurs ne soit pas meilleure actrice car son personnage n'est jamais crédible et apparaît plus énervant qu'autre chose.


"Attention Ian, tu prends une mauvaise direction"

Bref, Les Faucheurs est comme un gros soufflé délicieux qui s'effondrerait à peine déposé sur la table ; il promet beaucoup mais ne procure au final que déception et frustration. Quel gâchis alors que Brendan Hood nous avait concocté une des prémisses les plus originales de ces dernières années.

A propos de l'auteur : Geoffrey
Portrait de Geoffrey

Comme d'autres (notamment Max et Dante_1984), je venais régulièrement sur Horreur.net en tant que lecteur, et après avoir envoyé quelques critiques à Laurent, le webmaster, j'ai pu intégrer le staff début 2006. Depuis, mes fonctions ont peu à peu pris de l'ampleur.

Autres critiques

Sulfures: Don't Let Him In
**Attention, cette chronique contient des spoilers**. Afin de se mettre au vert quelques jours, un riche héritier accepte d'accompagner une jeune femme, connue la veille, le frère de cette dernière et sa fiancée, à la campagne, le temps d'un week-end censé être reposant. Tandis que la population locale évoque avec crainte un tueur en série sévissant dans les bois, le quatuor découvre un homme...
Red lights
Il existe un inconvénient majeur lorsqu’un cinéaste se démarque par un premier métrage original et rondement mené : la volonté de le voir poursuivre son bonhomme de chemin avec le même talent. On se souvient de l’excellent Buried qui, non content de prendre une idée de départ assez basique, multipliait les contraintes pour en faire un film singulier dont l’atmosphère suffocante...
Star Trek: Générations
L'équipage légendaire de la série originelle se faisant plus que vieillissant et bedonnant (Kirk et Scotty en tête), il était temps pour ce septième film de donner un nouveau souffle à la saga Star Trek en introduisant enfin l'équipage de la bien nommée série Next Generation . Mais pour que la transition se fasse en douceur, quoi de mieux que de faire se rencontrer les deux capitaines pourtant...
Histeria
Attention cette critique peut contenir des spoilers Depuis 1998 et The Ring , les films de fantômes asiatiques ont déferlé comme un tsunami sur nos écrans. C'est ainsi que les filles aux longs cheveux, Gamins blancs (ou bleus c'est selon) et une foule d'esprits nés du folklore local ont fait frissonner des millions de spectateurs. Il faut croire que le public asiatique ne lasse pas de ces...
Seoul Station
À bien des égards, le cinéma asiatique se définit par son originalité. Son côté audacieux se solde parfois par des délires assumés ou de sombres fresques sociales. En cela, la Corée du Sud excelle dans la critique de ses propres travers, souvent par le biais de polar âpre et sans concessions. Moins connus et moins bien distribués que les productions japonaises, les films d’animation coréens...