Voir la fiche complète du film : La Mutante des Mers (Sebastian Gutierrez - 2001)

La Mutante des Mers

Un téléfilm très sympathique malgré son manque de moyens.
Publié le 31 Août 2011 par GeoffreyVoir la fiche de La Mutante des Mers
6
Parc d'attractions - Fête Foraine Bateau

La Mutante des Mers se présente comme le remake d'un film de monstre de 1956 : The She-Creature d'Edward L. Cahn. N'ayant pas vu cet antique témoin d'un cinéma populaire à base de Craignos Monsters en latex, c'est donc vierge de tout apriori que j'ai entamé le visionnage du film de Sebastian Gutierrez.
Et puisque j'en suis aux confidences, sachez que j'ai regardé ce film complètement par hasard, un soir où il n'y avait rien à la télévision (comme d'habitude me direz-vous) excepté une soirée horreur sur une petite chaîne belge. Ceci pour vous préciser que je ne savais vraiment pas à quoi m'attendre en ce qui concerne La Mutante des Mers. Tout au plus avais-je entrevu dans le programme que le film traitait d'une sirène.


La charmante Carla Gugino est l'atout charme du film...

Un escroc, propriétaire d'un cirque et en quête d'attractions inédites, découvre un jour une sirène. Il décide de l'emmener en Amérique afin de l'exhiber et de devenir célèbre. Mais le voyage en bateau tourne au cauchemar lorsqu'il s'avère que la créature raffole de chair humaine...


Un jeune homme pédant + une sirène cannibale = problèmes

Le film s'ouvre sur un générique à l'ancienne accompagné d'une séquence introductive en noir et blanc, histoire de bien faire comprendre au spectateur qu'il va assister à un film comme on en fait plus depuis des lustres. Et c'est vrai que le métrage de Sebastian Gutierrez dégage un fort parfum de naphtaline avec ses décors et ses costumes limités, sa quasi-absence de sang et son monstre caoutchouteux. Mais loin d'être un défaut, cet aspect nostalgique participe à la réussite du film en lui conférant un charme particulier, à des milliers d'années-lumière des DTV miteux que des chaînes comme SyFy produisent en série, sans passion ni talent.
Dans la Mutante des Mers, on sent une réelle envie de bien faire, de construire une atmosphère et de proposer une histoire originale malgré, il faut bien le dire, des moyens financiers restreints.
Les acteurs font de leur mieux pour faire vivre leurs personnages (à cet égard, Rya Kihlstedt fait des merveilles en sirène, tout à tour sensuelle et menaçante) tandis que le réalisateur s'applique à composer des plans recherchés pour dynamiser un script qui connait une ou deux baisses de tension.


Grâce à la sirène, les mâles pourront se rincer l'oeil en toute impunité...

On ne peut pas vraiment faire de reproches à ce téléfilm car on a le sentiment que chacun dans l'équipe a fait le maximum pour être fier du produit final et les quelques défauts sont certainement imputables au manque de budget. Par exemple, le fait que toute l'action se passe sur le bateau limite très fortement les éventuels retournements de situations. Sebastian Gutierrez, réalisateur mais aussi scénariste, a donc dû ruser pour éviter que son histoire ne tourne en rond et quelques exceptions près, on peut dire qu'il a fait un sans-faute. Le scénario est relativement imprévisible, ce qui compense le manque de mises à mort et de débauches d'effets visuels (la grosse bébête finale est à ce titre plus amusante qu'effrayante). On pourra par contre lui reprocher de verser, après une première heure très atmosphérique, dans l'horreur pure, alors qu'il n'en avait clairement pas besoin.
On notera aussi quelques emprunts par-ci, par-là, avec notamment un tête à tête entre une femme enceinte et la créature qui flaire bon l'hommage à la scène culte d'Alien 3. De même que la base du film (une créature dangereuse ramenée par bateau pour être exhibée) renvoie à King Kong.
Néanmoins, ces emprunts ne sont pas dérangeants car ils ne témoignent pas, comme c'est souvent le cas, d'un manque d'idées.


Alien, sors de ce corps !

Bref, La Mutante des Mers est un téléfilm très recommandable pour ceux qui auraient l'occasion de le voir. Dommage que le manque de moyens limite ses ambitions car, dans le genre film produit pour la télé, il se place loin au-dessus de ses cousins dégénérés venus des froides contrées où se terrent la société Asylum et la chaîne SyFy.
 

A propos de l'auteur : Geoffrey
Portrait de Geoffrey

Comme d'autres (notamment Max et Dante_1984), je venais régulièrement sur Horreur.net en tant que lecteur, et après avoir envoyé quelques critiques à Laurent, le webmaster, j'ai pu intégrer le staff début 2006. Depuis, mes fonctions ont peu à peu pris de l'ampleur.

Autres critiques

Krampus
La période des fêtes de fin d’années est souvent l’occasion de se retrouver, de laisser de côté les petits tracas du quotidien. L’entraide, le partage, la convivialité... Bref, autant de sentiments mielleux et hypocrites pour un «événement» qui démarre dès septembre et n’a d’autres buts que de pousser à son paroxysme un consumérisme déjà exacerbé. Une considération cynique? Plutôt réaliste qui...
Amityville : Darkforce
Depuis le second volet, la saga Amityville n’a plus grand-chose à offrir. Les suites se sont enchaînées et se sont révélées au mieux moyennes, au pire d’une infâme nullité. Le fait de voir arriver une septième itération relève donc plus de la gageure cinématographique que d’une nécessité à fournir une nouvelle pierre au mythe du 112 Ocean Avenue. La qualité déclinante, le manque...
Total Recall : Mémoires Programmées
Le cinéma américain actuel est malade. C'est un fait, et il suffit de regarder les quelques sorties en salles pour s'en rendre compte. Bien souvent, ce sont les grands réalisateurs qui sortent de bons films, et encore, et parfois, il faut regarder dans les sorties en DVD pour voir quelques pépites du pays outre-Atlantique. Mais quels sont les symptômes de cette anémie cinématographique ? Le...
Blood Snow
Blood Snow ... Quel titre d'une banalité affligeante alors que le Necrosis originel a tout de même une autre gueule. Vous me direz que ça ne change rien au contenu du film (et vous aurez raison) mais il n'empêche que cette manie de remplacer les titres anglophones par d'autres également en Anglais afin d'assurer l'exploitation en France est agaçante. Bref, après ce petit coup de gueule salvateur...
Paradox
Voyager dans le temps, c’est bien. Mais quand l’avenir vient à vous sans que vous preniez la peine de vous déplacer, c’est encore mieux ! Tel est le concept initial de Paradox , série britannique éphémère, où un scientifique reçoit des images de catastrophes qui ne se sont pas produites, du moins pour le moment. Vous l’aurez deviné, le but est de les empêcher pour sauver des vies. Une base simple...