Shadowz - la plateforme de VOD
Voir la fiche complète du film : Carnival Row (Jon Amiel, Anna Foerster, Andy Goddard - 2019)

Carnival Row

Entre drame, policier et fantasy, Carnival Row s’avance comme une transposition victorienne surprenante qui fait s’entremêler de nombreux repères historiques à des éléments purement imaginaires. Cette série s’accompagne d’un visuel flatteur, d’une ambiance pesante et sombre tout en s’évertuant à dénoncer la xénophobie. Une fantasy désenchantée des plus recommandable, mais qui aurait gagné à moins d’errances narratives pour se montrer indispensable.
Publié le 22 Novembre 2020 par Dante_1984Voir la fiche de Carnival Row
7

Lorsqu’on évoque la fantasy, le genre est synonyme de merveilleux. Certes, ce n’est pas une constance, surtout si l’on se penche sur les récits de dark fantasy. Cependant, il est difficile de ne pas associer l’imaginaire avec cette magie prégnante et cette sensation dépaysante aux confluences multiculturelles ; qu’elles soient fictives ou réelles. Tout l’enjeu tient notamment à s’éloigner sciemment de notre monde, même si le fait de dépeindre un idéal n’est pas immuable. Avec Carnival Row, l’approche est beaucoup plus nuancée, car le concept souhaite entremêler des repères propres à notre monde et des allusions historiques dans une atmosphère fantasmagorique.

 

Il n’est pas question de proposer une réalité alternative, mais bel et bien d’ancrer l’intrigue dans une temporalité qui nous est totalement étrangère. Cependant, l’ambiance générale et plus particulièrement la ville de Burgue se parent d’influences victoriennes. Cela tient à l’architecture de la ville, sorte de Londres fantasmée, au climat crasseux de ses rues ou à l’agencement de ses quartiers où l’aristocratie s’écarte de la misère et des endroits malfamés. En cela, la création de cette mégalopole tentaculaire est une véritable réussite puisqu’elle fait preuve de cohérence dans la présentation et l’exploration des lieux.

L’irruption de crimes et l’impuissance toute mesurée de la police rappellent d’ailleurs la fin du XIXe siècle et les assassinats qui ont miné la capitale britannique. On songe à Jack l’Éventreur, ainsi qu’à l’affaire des torses de la Tamise. Les investigations sont également bien menées, même si elles s’octroient quelques raccourcis faciles sur fond de prescience médiumnique et autres rituels destinés à entrevoir l’envers du décor ou, en l’occurrence, des meurtres. Mais ce qui s’avance comme le cœur de la narration tend rapidement à s’effacer au profit d’un contexte dépeint avec soin et rigueur. Celui-ci tient notamment à présenter la difficile (impossible ?) cohabitation entre humains et créatures féériques.

 

Intolérance, refus de la différence, pauvreté… Ces dernières sont cantonnées à des emplois subalternes quand elles ne sont pas conspuées, harcelées ou dénigrées. Dès lors, il est facile de faire un rapprochement entre leur situation et celle des migrants. Le regard d’autrui les dépersonnalise pour ne laisser qu’entrevoir leur dissemblance et leur statut au sein de la société : celui d’étrangers, boucs émissaires des maux sociaux. En cela, Carnival Row présente un discours particulièrement juste et intéressant à appréhender, y compris en ce qui concerne la montée latente des extrémismes. Pour les humains, la dimension politique est évidente. Pour les êtres féériques, il s’agit d’une crise spirituelle ou religieuse.

Au fil des épisodes, on dénote une certaine propension à faire s’entrechoquer des valeurs aux antipodes, des protagonistes aux caractères dissemblables. Le design des fées va également en ce sens avec une approche qui relève autant de l’hybridation des espèces que de l’anthropomorphisme. Le résultat est déconcertant tant il se veut « naturel » dans le rendu. Les effets spéciaux viennent parfaire l’illusion, même si certaines séquences et idées de mise en scène ternissent un constat flatteur par leur artificialité. Bien que rare, le vol des fées en milieu urbain tient plus d’une séance de parkour et ne prodigue aucune réelle sensation de libertés.

 

Le soin apporté sur la forme et le fond délaisse quelque peu la qualité de la narration qui use de ficelles assez prévisibles pour faire évoluer l’histoire. L’ensemble n’est pas pour déplaire, mais il aurait été appréciable de s’affranchir de certains poncifs, comme une romance impossible entre les deux protagonistes. Celle-ci tient plus aux choix et à l’indécision des intervenants que de leur volonté propre ou même à leur condition sociale. On peut également évoquer des seconds rôles qui présentent une caractérisation assez caricaturale, dans le sens où les valeurs manichéennes prévalent. Le traitement reste agréable à suivre, mais manque clairement de constance pour fournir un excellent a priori.

Au final, Carnival Row est une série qui fait preuve d’originalité dans son ambiance, moins dans son scénario. Dans un tel contexte, rarement un tel univers a pu paraître aussi désenchanté, et ce, en dépit de la présence des êtres féériques. Les préoccupations sociopolitiques sont centrales, notamment ce qui a trait à la xénophobie. Le message sous-jacent prônant la tolérance et la tempérance est évident. Cependant, il aurait gagné à plus de subtilités pour mieux encadrer l’intrigue, dont le fil rouge est trop étiré pour fournir une véritable continuité. Il émane une atmosphère singulière auréolée d’un parti pris assumé qui convainc dans l’exploration de son univers ténébreux et la pertinence de ses propos.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Frankenweenie
Avec Alice au pays des merveilles , Tim Burton avait refroidi bon nombre de ses fans et des amateurs de l'histoire originale. Le film n'était pas forcément mauvais, mais l'association de l'illustre cinéaste à celui de Lewis Carroll avait de quoi faire rêver. Mais les plus grandes attentes sont parfois synonymes de déconvenues magistrales. La déception était au rendez-vous devant un produit léché...
La Nuit de la grande chaleur
Dans les années 1950 et 1960, la science-fiction se focalise surtout sur le sujet de l’invasion extraterrestre. Majoritairement catégoriser dans le domaine des séries B, cette vague de productions met en avant les grandes peurs sociétales de l’époque. Guerre nucléaire, anticommunisme et, par extension, rejet de l’étranger. Des inquiétudes plus ou moins flagrantes qui trouvent en...
Yétis : Terreur en montagne
S’attaquer au mythe du yéti, c’est un peu comme entreprendre l’ascension d’une montagne, du moins avec la volonté de proposer un métrage de qualité. Mais la cryptozoologie est aussi malmenée que la zoologie «classique». Ces créatures mythiques sont remisées au stade de monstres bouffeurs de chairs humaines décérébrées. Yéti et La fureur du yéti sont des...
Monsters
Alors qu’une zone de quarantaine est délimitée entre le Mexique et les Etats-Unis suite à l’apparition d’une vie extraterrestre, Samantha et Andrew sont contraints de traverser la zone infectée pour rejoindre leur pays. Gareth Edwards fait partie de ces nouveaux réalisateurs qui disposent d’une vision précise et très marquée de leur métier. Avec Monsters (son premier long-...
Paranormal Activity 3
Ils sont forts ces producteurs et scénaristes. Ils savent exactement comment rebondir sur un filon doré. Le premier film a marché, autant faire une suite. La suite a fonctionné, on a qu'à transposer l'idée du film dans un autre pays. Les ventes de DVD ont bien marché, on n'a qu’à faire un préquel maintenant non ? Et voila que déboule Paranormal Activity 3 , narrant la jeunesse des deux soeurs et...