Voir la fiche complète du film : Carver (Franklin Guerrero Jr. - 2008)

Carver

Deux frères rejoignent un couple d'amis pour un week-end à la campagne avant de reprendre les cours à l'université. Film à petit budget inégal, poussif durant son démarrage, Carver est néanmoins appréciable pour l'aspect réaliste de certaines scènes trash...
Publié le 1 Janvier 2008 par GORE MANIACVoir la fiche de Carver
6
Tueur en série Forêt

**Attention, cette critique contient des spoilers**

Deux frères rejoignent un couple d'amis pour un week-end à la campagne avant de reprendre les cours à l'université. En chemin, ils font la connaissance d'un barman qui leur propose de nettoyer sa grange en échange de quelques consommations gratuites le soir même. Ils acceptent, et découvrent sur place des films d'horreur qu'ils trouvent très réalistes, trop peut être...

Depuis 2000 Maniacs (1964), les culs-terreux adeptes de musique country ont inspiré moults cinéastes américains. Leatherface est à considérer en outre comme le père spirituel d'une bonne cuvée de tueurs dont la stupidité confondante n'a d'égale que la folie meurtrière.

Carver ne déroge pas à ce folklore local et semble l'assumer pleinement d'entreée de jeu, avec sa bande d'adolescents en guise de héros, paumés dans un lieu hostile habité par d'inquiétants personnages (le sheriff en tête).

Filmé avec un budget limité, Carver dénote un peu par une photographie initiale fort lumineuse (qui tranche avec l'ambiance supposée du métrage), et des personnages plus prononcés sur le plan émotionnel qu'à l'accoutumée, pendant que le fond sonore alterne entre une composition classique et un vieil air de country qui finira finalement par trouver sa place au sein de ce film.

La première moitié du métrage s'entend à nous présenter en détail les héros et les lieux du drame. La mise en scène est rigoureuse mais manque de rythme, de sorte que l'on finit par trouver le temps long, malgré la découverte des bobines qui commence à inquiéter certains personnages.

Heureusement, le ton change avec les premiers meurtres. Celui dans les toilettes extérieures du bar est concise, brutale et l'ellipse n'y est pas de rigueur. Des points positifs pour une castration dans les règles de l'art avec une arme de précision, filmée de manière chirurgicale dans un lieu infect et crasseux en totale osmose avec les agissements du tueur.

Ce tueur, souvent paré d'un casque ressemblant à celui d'un sidérurgiste, s'exprime mieux dans l'art de la torture que dans la vie. Son côté autiste peut parfois lui apporter une touche de sensibilité vite effacée par l'odieuse perversité dont il fera preuve tour à tour pour dégommer les cinq protagonistes.
Ainsi, la blonde de service terminera crucifiée avec un clou salvateur logée en pleine tête, tandis qu'une masse défoncera les os craquelants d'un des derniers rescapés dans une scène rendue intense par sa sauvagerie et son côté réaliste extrême, au son d'un morceau country devenu à son tour objet de malaise dans une seconde partie de film bien plus glauque et intéressante.

Ce sont en effet les scènes de tortures et de meurtres de la fin du film qui permettent à Carver de sortir un peu de l'anonymat des Direct-to-video inondant les marchés de la vidéo, plus que son tueur, un peu limité au niveau des conversations et du charisme, ou que sa mise en scène, somme toute assez conventionnelle. Les séquences de meurtres, tournées le plus près possible des personnages, s'avèrent être crédibles, gores et éprouvantes dans une certaine mesure.

Le dernier survivant comprendra trop tardivement qu'il faut être au moins deux pour tourner un snuff movie : un tueur devant la caméra, et un complice derrière. Ce dernier vengera le premier dans un épilogue tranchant dans tous les sens du terme, puisqu'il s'éloigne davantage de la banalité des métrages habituels en osant proposer un final réaliste, éloignant d'un revers de la main salvateur le sacro-saint happy end.

Film à petit budget inégal, poussif durant son démarrage, Carver est néanmoins appréciable pour l'aspect réaliste de certaines scènes trash, l'originalité des armes utilisées par le tueur et une interprétation correcte, évitant les clichés.

A propos de l'auteur : GORE MANIAC
Portrait de GORE MANIAC

J'essaie de partager ma passion pour un cinéma méconnu, mais qui mérite incontestablement qu'on s'y arrête !

Autres critiques

L'enfer des zombies
À plus d’un égard, L’enfer des zombies occupe une importance particulière dans le genre horrifique et le cinéma transalpin. Surfant sur la vague initiée par les films de Romero, le présent métrage est également considéré comme le premier film d’horreur de Lucio Fulci. Déjà versé dans le giallo et le thriller sulfureux, comme l’attestent Le venin de la peur et L’...
Sand Sharks
Depuis le début de la décennie 2010, on dénote une certaine propension à fournir des bestioles aussi moches qu’aberrantes dans le domaine du film de requins-tueurs. Plus rares, pour ne pas dire inespérées, sont les occurrences à faire montre d’un côté respectueux du genre, à défaut d’en exploiter les qualités. Dans cette logique, on peut même regretter les sombres petits...
Sharknado 3 : Oh Hell No!
Si l’on ne change pas une équipe qui gagne, l’adage vaut apparemment pour les pires étrons cinématographiques. Tout est possible avec les producteurs déjantés d’Asylum, mais l’on reconnaîtra que Sharknado rencontre un certain succès sur les écrans américains. En partant de ce principe, pourquoi ne pas étirer un concept farfelu de base jusqu’à en obtenir le nectar de la bêtise humaine? Tel est le...
Resident Evil Vendetta
Alors que la saga cinématographique s’est achevée d’une bien piètre manière (à l’image des trois derniers volets, cela dit), Capcom continue de poursuivre la production de films d’animation entre la sortie de deux jeux vidéo. Bien que l’on ne puisse faire l’impasse sur des défauts évidents, notamment en ce qui concerne le scénario, on peut saluer une prise de...
Dark Skies
Il est très difficile de concevoir une invasion extraterrestre autrement que par une attaque d'envergure avec de gros vaisseaux et des aliens belliqueux. Heureusement pour nous, les États-Unis d'Amérique sont là pour nous sauver. On connaît bien la chanson, dû en partie à Roland Emmerich et son patriotique Independance Day . Mais depuis quelque temps, l'invasion extraterrestre se fait plus...