Voir la fiche complète du film : Condemned to Live (Frank R. Strayer - 1935)

Condemned to Live

Un village perdu près des côtes est la proie d'un énigmatique monstre qui, chaque nuit, tue un habitant en le vidant de son sang. Interprétée par des comédiens de qualité, cette série B devrait satisfaire les nostalgiques du noir et blanc en quête de nouvelles trouvailles.
Publié le 27 Juillet 2014 par GORE MANIACVoir la fiche de Condemned to Live
7

Attention, cette critique contient des spoilers.

Un village perdu près des côtes est la proie d'un énigmatique monstre qui, chaque nuit, tue un habitant en le vidant de son sang. La plupart des habitants pensent qu'il s'agit de l'oeuvre d'une chauve-souris géante.

Sur le grand écran, les années 30 voient naître les grands classiques du fantastique signés par la firme Universal, avec les acteurs mythiques du genre : Boris Karloff et Bela Lugosi. En parallèle de ces grandes productions, le cinéma américain est bien évidemment envahi par bon nombre de séries B tentant de surfer sur la vague !

Ainsi, en 1935, Frank Strayer réalise Condemned to Live. A cette époque, les metteurs en scène de séries B signent environ cinq films par an, et n'ont donc pas spécialement de genres de prédilection. D'où des conditions de tournage (durée, budget, équipement) assez complexes, et une multitude de sorties conduisant souvent à un certain anonymat. Fort heureusement, certains éditeurs osent encore diffuser en DVD des raretés permettant de redécouvrir certains métrages tombés dans l'oubli.

Concernant Condemned to Live, le film débute dans un cadre exotique avant de basculer dans un schéma plus propice au frisson. Un monstre surnaturel terrifie une population se raccrochant aux superstitions locales pour ne pas sombrer dans la terreur pure. En cela, le métrage évoque La Marque du Vampire (sortie la même année). En ne nous dévoilant pas la nature de la créature pendant la première moitié du film, le cinéaste laisse le spectateur dans le doute. L'ambiance gothique évoque sensiblement l'univers de Dracula. Par ailleurs, la dualité du monstre rappelle irrémédiablement le héros de Stevenson, sur fond de religion (l'absence de lumière menant au Mal), tandis que les croyances des villageois (la peur du bossu et du démon) font penser à la fuite de la créature de Frankenstein, victime de sa différence et de l'intolérance de la foule. Ces thèmes, déjà explorés, permettent au film de basculer dans un air de déjà-vu qui lui est en fait bénéfique.

Entre deux attaques nocturnes, on se laissera facilement promener par une amourette classique (le fameux triangle amoureux), parfois un peu mièvre, et par des scènes futiles (celle des domestiques), censées apporter un peu d'humour mais finalement symptomatiques du cinéma des années 30.

L'épilogue, pour sa part, ne tombe pas dans le happy end pur et dur, et nous explique la finalité d'un prologue qui semblait assez décalé avec le reste du film. Le réalisateur offre un visage humain à son monstre, victime d'une malédiction, et le rapproche donc d'un autre mythe du cinéma fantastique, le loup-garou, ancrant avec talent son film dans le bestiaire horrifique du moment, malgré un budget limité. Interprétée par des comédiens de qualité, cette série B devrait satisfaire les nostalgiques du noir et blanc en quête de nouvelles trouvailles.

Spécialisé dans les vieux films méconnus, Hantik Films a lancé depuis peu la série des Scare-ific Collection, distribuant des films d'épouvante (dont The Bat, récemment chroniquée sur notre site). Condemned to Live ne bénéficiant pas d'une restauration, l'image est parfois trouble et de qualité moyenne, mais on ne peut guère s'en plaindre vis-à-vis de la rareté du métrage. En bonus, l'éditeur propose de découvrir deux épisodes d'un serial plutôt sympathique et gentiment rétro (Undersea Kingdom), ainsi qu'un livret d'anecdotes sur le film, à un prix abordable. Une manière de retrouver une autre forme de cinéma, à l'heure où nous sommes saturés d'effets spéciaux numériques et de 3D.

A propos de l'auteur : GORE MANIAC
Portrait de GORE MANIAC

J'essaie de partager ma passion pour un cinéma méconnu, mais qui mérite incontestablement qu'on s'y arrête !

Autres critiques

Détour Mortel 2
Depuis toujours, les monstres ont fasciné l'imaginaire collectif et les monstres de foire ont longtemps agrémenté les fêtes foraines, attirant la curiosité malsaine de l'être humain, qui recouvrait dans ces moments là ses instincts voyeuristes les plus primitifs. Dès les années 30, le cinéma s'empara de cette thématique, le plus souvent dans le but de dénoncer la méchanceté et la...
Lake Placid - L'héritage
Quand on se penche sur le passif de la saga Lake Placid , on retient surtout un premier métrage réjouissant au possible. D’ailleurs, on peut même le considérer comme l’un des meilleurs (et trop rare) films de crocodiliens de ces deux dernières décennies. Presque vingt ans après sa sortie, on en est à trois suites toutes plus abominables les unes que les autres et un crossover des plus...
Haunter
En dépit des années et de plusieurs échecs commerciaux, Vincenzo Natali demeure un réalisateur à part, fidèle à ses principes, car au lieu de tomber dans la facilité et le commercial à l'instar de bon nombre de ses collègues, il continue sans relâche à se creuser la tête pour trouver LE concept fort capable de fournir un film original, quitte à déstabiliser le public. Le mémorable Cube et ses...
Run or Die
Dans la profusion de DTV qui sorte à la va-vite avec des critères de choix aléatoires (des perles demeurent inédites dans nos contrées alors que des immondices sans nom trouvent un chemin jusqu'à notre dvdthèque), il est bien rare que l'on découvre de bonnes surprises à se mettre sous la dent. Un constat qui se vérifie dans le cinéma de genre, mais aussi dans des registres plus grand public. C'...
Planet of the Sharks
Innover dans le domaine de la sharksploitation ne relève pas de la gageure, mais du non-sens. Depuis plus d’une dizaine d’années, SyFy et Asylum ont fini d’achever le semblant de crédibilité que l’on pouvait octroyer au genre. Si l’on ne s’étonne guère de trouver des productions toutes plus affligeantes les unes que les autres, il reste néanmoins surprenant,...