Voir la fiche complète du film : Douce Nuit, Sanglante Nuit 2 (Lee Harry - 1987)

Douce Nuit, Sanglante Nuit 2

Une suite qui n'a pas lieu d'être. Long, moche, inutile et mal fichu, "Douce Nuit, Sanglante Nuit 2" n'est qu'une succession de passages navrants où patauge une belle brochette d'amateurs. Ou comment un film anéantit à la fois un genre et une fête...
Publié le 29 Décembre 2013 par Dante_1984Voir la fiche de Douce Nuit, Sanglante Nuit 2
2
Noël Hôpital

En 1984, Douce Nuit, Sanglante Nuit s'offre une petite place dans le paysage très prisé des slashers. On se souvient d'un film modeste, parfois longuet, mais assez honnête dans l'ensemble. Il semblait presque inévitable qu'une suite surgisse quelques années plus tard (trois pour être précis). On n'aura pas droit au syndrome de l'increvable et voir Billy s'extirper de sa tombe en tant que Père Noël mort-vivant. Au lieu de cela, l'on retrouve Ricky, son frère cadet qui file un mauvais coton et reprend la relève de son aîné d'une bien piètre manière. Au vu de la qualité de ce deuxième opus, vous êtes sûr que l'on ne peut choisir l'option du zombie Billy ?


Le coup du parapluie n'est plus vraiment à la mode.

Rares sont les suites qui parviennent à égaler leurs prédécesseurs, encore plus s'il s’agit de les surpasser. Parfois, leur nullité confère à un niveau digne des plus grands nanars. Dès lors, l'on peut se demander la nécessité de faire un film aussi lamentable. A fortiori, ce constat s'applique parfaitement au cas des slashers, genre où les séquelles pullulent comme une moisissure envahissante. De mémoire, on a eu droit à du naze, du pourri, du scandaleux et, ceux qui se comptent sur les doigts d'une main, du correct. Il ne faut pas se faire d'illusion, avec un budget de 250 000 dollars et des idées sans fondements, cette partie 2 rejoindra la masse des productions opportunistes et mal fichues.

Le premier point qui choque et plombe d'emblée l'histoire réside dans son montage. Celle-ci se déroule majoritairement sous forme de flash-back récurrent. Ricky est enfermé dans un hôpital psychiatrique et raconte sa vie et son quotidien à son psychiatre. Ce choix a déjà été exploité ailleurs, et ce, dans de meilleures conditions. Seulement, la première moitié s'axe uniquement sur un bête résumé du premier opus ! Imaginez contempler les mêmes images dans une succession de souvenirs anarchiques où seuls les doublages ont eu droit à une petite modification. Impensable ? Là où l'on espérait un simple rappel, on doit subir de nouveau les moments « forts » du premier volet dans son intégralité. Étant donné que ce dernier durait 75 minutes, ici l'on revoit 40 minutes du film !


T'es au courant, mec ?

Il faut m'expliquer ce concept à la con (il n'y a pas d'autres mots) qui gangrène le peu d'intérêt que l'on aurait pu porter à cette suite. On n'échappe à rien : l'enfance de Ricky et Billy, les maltraitances de la mère de l'orphelinat, la folie de Billy quand il endosse le costume du Père Noël, sans oublier l'ensemble des meurtres qu'il commet. Vous êtes toujours réveillé ? Bien, maintenant passons au petit frère bodybuildé au charisme d'un fruit de mer sur l'étal d'un poissonnier (c'est censé être les fêtes après tout). Il raconte ses états d'âme et sa fâcheuse tendance à suivre le chemin de Billy. À ceci près que ce dernier était "paternatalophobe" (phobie du Père Noël) et que Ricky éprouve une certaine aversion pour les bonnes s½urs.

Au bout de 46 minutes, on a droit à notre premier meurtre. Un pervers se fait écraser par sa propre voiture en hors-champ, exception faite d'un avant-bras ensanglanté. Là où le premier film essayait de varier les plaisirs de manière assez originale, ici on reste dans le bas de gamme. Électrocution par pince de batterie, poignardé par un parapluie (!), étranglements, pistolet, décapitation. Outre le fait que la violence soit très édulcorée (4 assassinats dont on ne verra strictement rien), la fainéantise pour mettre en avant le massacre est risible. Autrement dit, treize morts, treize façons de s'ennuyer fermes.


Le Père Noël est resté sur le carreau.

Les victimes ne sont que des figurants rapidement expédiés ad patres. Quant aux protagonistes (y compris Ricky), ils se révèlent des têtes à claques sans personnalité qui agacent plus qu'ils ne servent l'« histoire ». Les acteurs (d'illustres inconnus) cabotinent ou surjouent un maximum sans jamais trouver la bonne expression ou le bon ton. Leur interprétation est tellement grossière et exagérée qu'elle confère à l'amateurisme. Même constat pour le réalisateur, Lee Harry dont il s'agit de son premier et avant-dernier film derrière la caméra. Mise en scène minimaliste où se succèdent des séquences prévisibles dans un environnement dépourvu de cachets, à tout le moins d'une identité marquante.

Et Noël dans tout ce fatras immonde ? Si l'on oublie la date fatidique au début de l'histoire, on ne distinguera qu'un semblant de décoration dans l'ultime quart d'heure. Ricky enfile son déguisement de père Fouettard dans ce dernier laps de temps pour s'occuper de la mère de l'orphelinat. Pas de neige, de guirlandes lumineuses, de rues chichement fournies en vitrines éclairées ou la barbe pour le costume de Ricky ! Dans ce cas, on n'emploiera pas le terme de minimaliste, mais d'une scandaleuse absence. Même sur ce point, les producteurs sont incapables de proposer un travail correct.


Quand il ne joue pas sur les plates-bandes du Leprechaun !

Au final, ce deuxième volet de Douce Nuit, Sanglante Nuit se retrouve loin, très loin, derrière son aîné. Mal joué et mal réalisé, on retiendra surtout une première moitié pour revoir le premier film et donne un aspect de moyen-métrage pour la suite des événements. Les meurtres ne montrent aucune originalité dans une violence exposée trop édulcorée, comme le cadre et la décoration de Noël. En somme, l'inutilité de cette partie 2 rivalise avec la bêtise et l'opportunisme de l'entreprise. Difficile d'y trouver un quelconque intérêt ou ne serait-ce que l'once d'une qualité. Lamentable à tous les niveaux.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Mega Piranha
Les films "made in Asylum", c'est toujours quelque chose depuis que la firme s'est spécialisée dans les Mockbusters Nanards. Pour les néophytes, un mockbuster est une copie d'un film à gros budget (un Blockbuster donc) faite avec des moyens très limités. Par exemple, les Italiens ont pendant longtemps été des spécialistes de ce genre particulier, au même titre que les Turcs d'ailleurs. La...
Death valley
Si l’on excepte l’incontournable Walking dead et les animes japonais, le zombie et la série TV sont un mélange plutôt rare. Cette créature en décomposition est davantage à l’aise sur grand écran. Pourtant, l’on a eu droit à Dead set , mini-série savoureuse tournant en dérision la télé-réalité de fort belle manière. Plus récemment, le projet avorté de Zombieland et son...
Iron Sky
Avant même d'être sorti, Iron Sky s'était déjà payé un beau petit buzz sur le net. Pour deux raisons : d'une part, son idée de base propice à toutes les audaces faisait délirer les amateurs, et d'autre part, à cause de sa production chaotique, ses auteurs ont dû faire appel aux dons des internautes pour finaliser le tout. Quand on sait que le projet Iron Sky est né en 2006, en...
Ghost Game
Tiens, un film asiatique avec des fantômes. Un de plus... C'est que depuis le succès de Ring 1er du nom, on en bouffe jusqu'à plus soif ( The Grudge, Réincarnations, Dark Water , et j'en passe) et si les qualités sont souvent présentes, il devient franchement dur de s'exciter sur ces productions qui s'empilent à n'en plus finir. Toutefois le pitch de Ghost Game pouvait s'avérer excitant avec sa...
Trailer Park of Terror
On a tous des références. Dire le contraire serait mentir, car on a tous en tête des histoires faisant références à des films, des livres, voir même à des musiques qui nous parlent. Et bien souvent, quand on réalise un film ou que l'on écrit un livre, on a plusieurs auteurs ou réalisateurs en mémoire, en référence, et parfois même quelques films dont on s'inspire plus ou moins librement...