Voir la fiche complète du film : Die : Le Châtiment (Dominic James - 2010)

Die : Le Châtiment

Un Saw "light" au scénario intéressant quoique parfois un peu brouillon...
Publié le 4 Janvier 2012 par GeoffreyVoir la fiche de Die : Le Châtiment
6
En Anglais, Die signifie mourir, mais désigne également les dés à jouer. D'où, le double-sens du titre du film de Dominic James.

Die : le Châtiment est décrit par son le dossier de presse comme la rencontre entre Saw et Cube. Les références sont costaudes et si la filiation avec le premier est indéniable (elle crève même les yeux), je pencherais, pour ma part, pour une sorte de Saw "light" croisé avec Nine Dead. Les liens avec Cube sont en effet des plus nébuleux puisque Die aurait plutôt tendance à lorgner sur les plates-bandes des Torture Porn.
Ceci dit, le film développe un background et des séquences de meurtre qui lui sont propres.


Play or Die...

Six inconnus se réveillent prisonniers d'étranges cellules vitrées au sous-sol d'un immeuble. Un mystérieux bourreau leur propose alors de laisser le hasard décider de la suite de leur captivité. Que font-ils là ? Survivront-ils ? À eux de lancer les dés pour le découvrir...


Un belle introduction un peu (trop) mystérieuse...

Le dé est donc au centre de toutes les attentions dans Die, celle des victimes d'abord et celles des spectateurs ensuite. Car plus le chiffre est élevé, plus la mort se rapproche. Cette manière de faire, en se référant au hasard, tranche avec celle de Jigsaw, même si le mode de pensée et le fond sont identiques (affronter la mort et la souffrance pour trouver la rédemption et ainsi mieux apprécier la vie).
Visuellement, le film de Dominic James se rapproche aussi de la saga Saw de par sa photographie. On pensera toutefois plus aisément aux multiples suites plutôt qu'à l'original.

Néanmoins, les points communs entre Die et la saga phare du Torture Porn s'arrêtent là, car le film a le bon gout de ne pas tomber dans la surenchère visuelle gore et évite ainsi de ne devenir qu'un énième ersatz du chef-d'oeuvre de James Wan.
De fait, les "tortures" mises au point Jacob Odessa sont bien plus réalistes et minimalistes que celles de Jigsaw. Fatalement, elles sont donc aussi moins spectaculaires et douloureuses, ce qui est un peu dommage.
Dominic James a en outre préféré ne pas trop s'attarder sur ces meurtres puisqu'il les expédie en quelques minutes, sans prendre le temps de faire monter la pression. Ceci nuit un peu au film, car on a l'impression qu'il ne donne pas la totalité de ce qu'il aurait pu offrir ; un peu plus de tension et d'angoisse n'auraient pas fait de tort. Par exemple, la séquence de la "prise de sang" aurait gagné à durer nettement plus longtemps.


Un flic pas très en forme...

Des personnages plus attachants n'auraient pas non plus été un luxe, car en l'état, ils ne provoquent aucune empathie pour leur sort. Il faut dire qu'ils sont sacrifiés au profit d'une intrigue bien rythmée, sans temps mort, et que leur nombre ne permettait pas de s'attarder sur chacun d'eux, mais on ne se peut s'empêcher de regretter ce manque de profondeur psychologique, d'autant plus que leur état mental est justement exploité par le "tueur au dé".
Je n'en dirai pas plus à ce sujet pour ne pas déflorer le suspense.

Le scénario est bien construit malgré quelques carences agaçantes avec des insertions de flash-backs, de même que des ellipses pas toujours judicieuses, mais dans l'ensemble, l'histoire ne manque pas d'intérêt et elle est bien mise en images par un Dominic James en forme. Le bonhomme se permet des plans originaux et des angles de vue parfois surprenant.
Il a du potentiel, ne reste plus qu'à lui donner de plus grands moyens et un scénario en béton pour le démontrer.

Concernant le tueur, Jacob Odessa, apprenez qu'il est parfaitement campé par un John Pyper-Ferguson en mode dandy légèrement siphonné du ciboulot.
A ses cotés, citons aussi les prestations très correctes de Stephen McHattie (A History of Violence), Elias Koteas et d'Emily Hampshire.


Jesus Christ, Killer Star...

Die se présente donc sous la forme d'un bon petit thriller qui divertira son public cible sans problème. Sa fin ouverte laisse la possibilité à une suite de plus grande envergure. Croisons les doigts pour qu'elle voie le jour...
Geoffrey Claustriaux

A propos de l'auteur : Geoffrey
Portrait de Geoffrey

Comme d'autres (notamment Max et Dante_1984), je venais régulièrement sur Horreur.net en tant que lecteur, et après avoir envoyé quelques critiques à Laurent, le webmaster, j'ai pu intégrer le staff début 2006. Depuis, mes fonctions ont peu à peu pris de l'ampleur.

Autres critiques

Chucky: la Poupée de Sang
Andy (Alex Vincent) pense s'être débarrassé pour de bon de la poupée tueuse Chucky. Mais, remis à neuf par des fabriquants de jouets, celui-ci n'a pas encore dit son dernier mot. Le funeste Chucky, né de l'imagination de Don Mancini (qui réalisera prochainement le remake du premier épisode de la saga), fait partie des figures phares du cinéma d'épouvante depuis ses débuts sur le...
Infectés
Imaginer une fin du monde, c'est à la portée de tout le monde. Et d'ailleurs, dans le cinéma actuel, on en voit de toutes les sortes. Entre les comètes, les volcans, les tornades, les maladies, les invasions extraterrestres... on peut dire que le cinéma fantastique se lâche et trouve tout et surtout n'importe quoi pour faire peur aux spectateurs. Bien souvent ce genre de film est la proie à des...
Toxic Shark
Insatiable quand il s’agit de décliner le requin sous ses formes les plus bizarres et idiotes, les producteurs versés dans le survival animalier persistent envers et contre tout à sombrer dans l’absurde. Si l’opportunisme d’un tel produit ne floue personne, on s’étonne toujours des nouvelles trouvailles pour prétexter l’irruption du squale dans des eaux déjà...
Zombie Lover
**Attention, cette critique contient des spoilers.** A l'aube d'un bel été qui s'annonce, une bande d'adolescents est victime de la disparition de Wendy, la fille la plus populaire du collège. Après la fin de longues recherches et son enterrement, ses amis tentent de faire face à ce drame inattendu. Le thème du mort-vivant est de nouveau porteur (cf le retour en grâce de Romero à Hollywood, la...
Scary Movie 4
On prend les mêmes que le 3 et on recommence (encore!). Alors que le premier épisode parodiait intelligemment des classiques du slasher, la série des Scary movie s'est depuis enfoncée dans le détournement frénétique des blockbusters ayant récemment bien fonctionnés au box-office. Et la seule chose qui la différencie encore de navets comme Big Movie , Spartatouille ou autre ânerie du genre, ce...