Voir la fiche complète du film : Dream House (Jim Sheridan - 2011)

Dream House

Au lieu de nous infliger une énième ghost-story sans grande originalité, Jim Sheridan nous propose une intrigue intéressante dans l'appréhension psychologique (et notamment la manière à occulter un traumatisme dans l'inconscient) à l'ambiance assez soignée, mais qui se sert des « fantômes » non pour nous effrayer, mais pour susciter la compassion. Pourquoi pas ? L'on pouvait simplement espérer une seconde partie moins confuse dans sa construction et le choix de divulguer trop tôt les atouts principaux de son scénario est soumis à caution. Il demeure néanmoins un thriller fantastique honnête à l'histoire prenante.
Publié le 29 Mai 2012 par Dante_1984Voir la fiche de Dream House
8
Ecrivain
Après avoir démissionné pour consacrer plus de temps à l'écriture de son roman, Will Atenton déménage avec sa femme et ses deux filles dans une petite ville. Cependant, il apprend que sa maison fut le théâtre de l'assassinat d'une famille entière par le père. Les voisins semblent le regarder d’un mauvais oeil, mais il ne comprend pas pourquoi.

Jim Sheridan est surtout connu pour nous avoir offert des drames intimistes, le plus souvent basés sur des histoires vraies plutôt que pour des productions commerciales axées grand public. Qui ne se souvient pas de films tels que The boxer ou Au nom du père ? Des récits poignants dotés d'une rigueur et d'une sobriété dont peu de cinéastes peuvent se vanter. Aussi, Dream house s'avère le premier projet du réalisateur dans le domaine du thriller fantastique. Un virage à 180 degrés qui, s'il n'est pas exempt de tout reproche, mérite que l'on s'y attarde.


Home sweet home. Enfin presque...

Le pitch de départ laisse augurer une ghost-story assez classique. D'ailleurs, les premiers instants confirment cette impression. Une famille modèle qui emménage dans une nouvelle demeure. Des voisins bizarres. Des bruits qui le sont tout autant ou des incursions inopinées. Bref, l'on se dit que Dream house n'apportera rien au genre malgré des apparats séduisants. Néanmoins, ce constat n'a pas lieu d'être puisque la suite des événements tend à nous fourvoyer dans des considérations biaisées. En effet, il n'est nul récit d'épouvante à l'horizon. Pour preuve, il se focalise davantage sur le passé de la maison sans faire étalage des artifices de circonstances. Pas de porte qui claque, un froid subit ou des ombres qui se faufilent dans les couloirs. Il s'agit clairement d'un thriller qui emprunte quelques atours au fantastique pour mettre en valeur un scénario assez intrigant.

Car là où l'on pensait deviner la suite des réjouissances, Dream house s'amuse à brouiller les cartes et joue sur la psychologie des personnages (et la nôtre par la même) pour susciter la curiosité. D'ailleurs, la seconde partie laisse place à toute sorte de conjectures sur ce qui se passe réellement. Si vous connaissez la bande-annonce ou avez lu quelques résumés disséminés çà et là sur le Net, vous n'êtes pas sans savoir que Will serait le père qui a tué sa famille et qu'il voit des fantômes. Cette révélation est assez vendeuse, mais à mon sens aurait gagné à demeurer cacher puisqu'elle marque le tournant majeur de l'histoire au bout de quarante minutes. Donc, la surprise aurait pu être de taille. D'autant plus que les indices avant-coureurs ne manquent pas.


Un peu trop bruyants ces voisins.

Dès lors, la seconde partie engrange moult interrogations et l'on se plaît à démêler le vrai du faux. Les illusions sont-elles réelles ou fantasmées pour mieux nous tromper ? Les incursions de la famille de Will sont subtiles, bien amenées et surtout dans le ton. L'intérêt notable du film étant de savoir si sa femme et ses filles sont vivantes ou mortes. Pourtant, Jim Sheridan semble se départir de cet aspect (original et bien construit jusqu'à un certain stade) pour se concentrer sur ce qui aurait pu pousser Will à tuer les siens. Certes, cette partie du récit est non négligeable, mais l'on devinera rapidement la teneur des hallucinations (ou de la réalité) de Will. Le plaisir de la découverte s'en trouve amoindrie, surtout que cela aurait pu donner lieu à un twist final saisissant. Enfin, peut-être...

Au niveau de la mise en scène, pas de grand souci à se faire. Jim Sheridan manie la caméra comme il se doit. L'ensemble se révèle soigné, propre et fluide. On reconnaît la patte du cinéaste pour des images léchées et adéquates. On notera l'alternance d'une photographie froide (qui symbolise la réalité et la mort) avec des teintes plus chaudes (assimilée au foyer, à la sécurité) pour décrire les moments passés avec sa femme et ses filles. Les transitions sont toujours subtiles, sans oublier que parfois les plans se succèdent sans pour autant nous troubler. Par exemple, Will et sa famille sont à l'intérieur de la maison (couleurs vives et réconfortantes), mais à l'extérieur il semble y avoir un inconnu. La peur, l’angoisse et la froideur de l'instant se jouent d'un quotidien en apparence normal pour mieux nous manipuler.


Alors, vivantes ou mortes ?

On ne boudera pas son plaisir également en ce qui concerne le casting. Comme toujours, Rachel Weisz sublime un rôle qui, dans d'autres mains, aurait pu tourner à l'anecdotique. De fait, Naomi Watts s'en retrouve un peu effacée en tant que voisine bienveillante. Daniel Craig, lui, est assez irrégulier dans la composition d'un personnage ambigu et, par essence, difficile. La plupart du temps, son jeu n'est pas à remettre en question, mais son caractère taciturne manque de crédibilité dans les moments où il reprend conscience de sa véritable identité ou de son passé. Enfin, on aurait aimé une place plus conséquente pour Elias Koteas qui sert simplement de remplissage à l'intrigue.

Doté d'’un scénario intéressant, mais qui peine à tenir toutes ses promesses, Dream house semble nous retenir dans une certaine contradiction. L'entame laisse augurer une ghost story, la suite nous donne tort. Le noeud principal est révélé au milieu de la moitié du film. Les acteurs sont bons, mais certains passages manquent de répondant. La construction est chaotique et certains choix sont difficilement compréhensibles, comme évoqués plus haut. Néanmoins, Dream house parvient à susciter la curiosité. Le fantastique étant relégué au second plan, la psychologie des protagonistes occupe une part non négligeable dans la progression du récit. Dès lors, on prendra plaisir à démêler les mensonges de la vérité, même si cet exercice deviendra étrangement facile plus en amont. Il en ressort un film plaisant.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Sharknado 4 : The 4th Awakens
Pour Asylum et SyFy, sortir un nouvel opus de Sharknado chaque année est devenu une constante. Au fil du temps, on a progressé de l’absurde vers la nullité absolue en passant par différents stades. Incongru, mal fichu, dépouillé d’orgueil, aberrant et inutile, Sharknado essaye avec plus ou moins de brio de s’assumer dans le domaine du nanar de luxe. Une sorte de label qui porte haut et fort les...
Jupiter : Le destin de l'univers
Certains réalisateurs ne cessent de se partager entre une communauté d’inconditionnels et les détracteurs de tout poil. Aussi chaque sortie de films est l’occasion de susciter une polémique plus ou moins vive et justifiée. À la fois décriés et encensés, les Wachowski ont multiplié les échecs commerciaux et parfois critiques depuis la conclusion de leur trilogie Matrix . Quel que soit...
Sin Ciy 2
A Sin City, les années passent, mais rien ne change. Cependant, l'heure de la revanche a sonné pour Nancy, Dwight et Johnny. En 2005, Sin City révolutionnait le Septième Art avec des graphismes bluffants restituant à merveille les comics de Frank Miller. Près de dix ans plus tard, sa suite se frayait enfin un chemin jusqu'aux salles obscures. Les fans de Sin City attendaient avec impatience ce...
L'enfer des zombies
À plus d’un égard, L’enfer des zombies occupe une importance particulière dans le genre horrifique et le cinéma transalpin. Surfant sur la vague initiée par les films de Romero, le présent métrage est également considéré comme le premier film d’horreur de Lucio Fulci. Déjà versé dans le giallo et le thriller sulfureux, comme l’attestent Le venin de la peur et L’...
Puppet Master
Créateur de poupées réputé, André Toulon est parvenu à insuffler la vie à ses petits protégés. Au courant de ce prodigieux don, les nazis cherchent à l'incarcérer. Toulon décide de se suicider et met à l'abri ses créatures avant que les soldats ne le retrouvent. De nos jours, un riche homme d'affaires invite quatre personnes, dotées de pouvoirs psychiques particuliers, dans un grand...