Voir la fiche complète du film : Exte (Sion Sono - 2007)

Exte

Un film singulier qui aime à détourner les codes de la J-Horror avec une tonalité grand-guignolesque évidente. Il en ressort une approche excentrique qui ne convient pas forcément à des sujets aussi sombres que le trafic d’organes ou la maltraitance infantile. Exte s’écartèle entre deux visions aux antipodes pour ne convaincre qu’à moitié.
Publié le 14 Avril 2021 par Dante_1984Voir la fiche de Exte
6

Après les succès de The Ring et The Grudge, entre autres, la vague de films d’horreur asiatiques des années 2000 a déferlé sur le marché international. Bien que les mécanismes soient grandement similaires d’une incursion à l’autre, il s’en est dégagé quelques moments appréciables, comme l’atteste Dark Water ou The Eye. Cependant, la surexploitation d’un sujet a donné lieu à un manque d’inspiration flagrant, étiolant le potentiel initial à une redite constante de récits par trop semblables. Entre deux sorties opportunistes, Sion Sono s’essaye alors au genre ; lui qui d’ordinaire est davantage versé dans le drame, le thriller, voire la comédie fantasque.

 

Exte, c’est tout d’abord un pitch intrigant et passablement saugrenu. Celui où une malédiction se propage à travers les cheveux de la victime qui poussent de manière permanente. De là à se retrouver confronté avec des extensions capillaires psychopathes, il n’y a qu’un pas. On peut avancer qu’un tel scénario est représentatif de l’excentricité d’une certaine frange du cinéma nippon. Celle-là même où le surjeu des acteurs rejoint l’exubérance d’histoires improbables et hallucinées. En partant de ce postulat, on serait enclin à classer le présent métrage dans la catégorie comédie horrifique. Ce qu’il n’est pourtant pas…

Certes, on distingue une approche iconoclaste qui met en avant un second degré de circonstances. Les frasques d’un antagoniste, fétichiste des cheveux à ses heures perdues, vont en ce sens. Cela vaut aussi pour de nombreuses incursions paranormales où les attaques et les phénomènes surnaturels font fi de tout réalisme. On songe à la propagation exponentielle des cheveux ou à ses comportements capillaires bizarres qui font s’étendre les extensions aux quatre coins d’une pièce. On part même dans des délires grand-guignolesques avec un final sans queue ni tête où l’on se confronte à une tonalité cartoonesque.

 

La carte de l’excentricité reste donc pleinement assumée. Le détournement d’un des symboles de la J-Horror, à savoir les longs cheveux noirs, trouve ici une interprétation farfelue. En règle générale, on adhère ou pas à un tel parti pris. En revanche, cette propension à mélanger les genres demeure plus délicat à aborder. En l’occurrence, le cinéaste n’oublie pas de vue qu’il est en charge d’un film axé sur l’horreur, l’épouvante qui découle d’une malédiction. Preuve en est avec un démarrage relativement patient où le metteur en scène de Suicide Club développe ses personnages et pose le contexte.

Dès lors, on a droit à des thématiques réalistes qui sont abordées avec la gravité et le pragmatisme nécessaires. La maltraitance infantile est avancée de manière constante avec une souffrance physique et psychologique prégnante. Pour les flashbacks disséminés çà et là, le trafic d’êtres humains et d’organes lorgne avec mesure vers le torture-porn. En termes de mise en scène et d’approche, le ton demeure pesant, très sentencieux et nihiliste à certains égards. Mais ces effets s’annulent face à une alternance continue avec les atours comiques évoqués en amont. Le traitement reste donc superficiel, chaotique et les intentions qui découlent de ces aspects n’ont pas l’impact escompté.

 

Au final, Exte se révèle un film d’horreur coincé entre deux courants. D’une part, on distingue une propension évidente au second degré avec des caractères expansifs et une tonalité excentrique. D’autre part, Sion Sono évoque des sujets qui lui permettent de renouer avec la dureté de ses productions dramatiques. Un choix qui s’avère plus pertinent pour illustrer une malédiction et développer l’aspect oppressant de la partie horrifique. Malheureusement, ce travail ne se révèle guère probant devant une connotation saugrenue qui prend le pas sur toute autre considération. Une œuvre originale et irrévérencieuse, mais inaboutie en raison de son approche schizophrénique du genre.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Lucifer
Qu’il s’agisse de séries ou de films, lorsqu’on parle du diable, on a tendance à le dépeindre sous une forme bestiale et maléfique. On le serait à moins dans les cas de possessions, d’endroits hantés ou de confrontations directs avec le malin. Il est certaines œuvres où sa présence est plus suggestive et ambivalente dans son rapport au mal. Représenté comme un séducteur...
Ginger Snaps : Resurrection
Après la mort de sa soeur Ginger, Brigitte s'est évadée dans la nature, tentant d'enrayer la progression de sa contamination en s'injectant régulièrement des doses d'aconit. Cependant, elle est poursuivie depuis plusieurs jours par l'un de ses féroces congénères. Donner une suite à un film n'est jamais chose aisée, surtout lorsque l'originel avait donné lieu à une...
Carver
**Attention, cette critique contient des spoilers** Deux frères rejoignent un couple d'amis pour un week-end à la campagne avant de reprendre les cours à l'université. En chemin, ils font la connaissance d'un barman qui leur propose de nettoyer sa grange en échange de quelques consommations gratuites le soir même. Ils acceptent, et découvrent sur place des films d'horreur qu'...
Dead Snow
Un groupe d'étudiants en médecine se retrouve dans un petit chalet perdu dans les montagnes afin d'y passer des vacances insouciantes. Non loin de là, d'étranges disparitions s'accumulent. Depuis quelques années, le cinéma scandinave s'exporte plutôt bien, et en particulier le Septième Art norvégien. Après le troublant thriller Next Door et le slasher Cold Prey , voici donc un nouvel exemple de...
The wicker man - Le dieu d'osier
Il est difficile de définir ce qui fait une œuvre culte. Est-ce le temps ? Son atmosphère par trop particulière ? Le contexte dans lequel elle est née ? À moins qu’il ne s’agisse d’une association de ces talents pour fournir une histoire subtile et engagée ? Toujours est-il que The Wicker Man demeure aujourd’hui un film à part dont la (re)découverte justifie bien des...