Voir la fiche complète du film : Brightburn : L’Enfant du Mal (David Yarovesky - 2019)

Brightburn : L'Enfant du mal

Un film de super-héros horrifique en demi-teinte qui traite son sujet de manière sommaire sans jamais susciter le doute ou l’ambiguïté chez les personnages et le spectateur. Malgré une violence assez éprouvante à certains égards, le concept reste sous-exploité, car il délaisse des approximations et un discours rudimentaire sur la notion de mal, sans parler de ce qui est acquis ou inné.
Publié le 24 Novembre 2019 par Dante_1984Voir la fiche de Brightburn : L’Enfant du Mal
6

Si le film de super-héros reste l’occasion d’exploiter plusieurs genres, de la science-fiction à l’action, il dispose de codes à part entière. Hormis quelques exceptions, dont la trilogie Glass de Shyamalan, les productions Marvel et DC monopolisent allègrement cette frange du paysage cinématographique; elles-mêmes adaptées des comics respectifs. Aussi, il est particulièrement appréciable de découvrir des initiatives comme Brightburn, où l’on n’hésite pas à détourner une histoire dont les tenants renvoient à la genèse de Superman. Et si un individu doté d’une telle puissance se révélait une graine de psychopathe? Un postulat pour le moins prometteur qui ne remplit qu’à moitié sa part du contrat.

Sur le papier, le concept de détourner du droit chemin un super-héros a déjà été exploité avec plus ou moins de conviction, notamment avec la saga Marvel Zombies et son pendant DC Comics, Blackest Night. Mais on songe surtout à Injustice où l’homme d’acier se montre sous son jour le plus sombre. Bref, l’idée de base est séduisante à plus d’un titre, bien éloignée des frasques furtives du Dark Superman de Zack Snyder pour Justice League. Bien que l’on distingue de nombreuses allusions, comme le mariage du rouge et du bleu dans le cadre et la photographie, il n’est pas ici question de Superman lui-même. Cela ne constitue guère de problèmes pour s’approprier une genèse maintes fois exploitée, mais jamais sous cet angle.

Seulement, l’approche se révèle moins maîtrisée qu’escomptée. Le scénario se contente de se focaliser sur un élément unique:  « Et si Superman était méchant ? ». À aucun moment, l’intrigue ne traite les causes de cette propension pour la violence et le crime. Point de famille dysfonctionnelle ou d’une éducation malencontreuse en mesure d’attester son comportement. De même, le peu de railleries des camarades d’école n’est jamais exploité à bon escient. Pire, Bryan Brewer passe du harcelé au harceleur sur l’une des rares personnes qui lui montrait un tant soit peu d’intérêt ! Mais surtout, on peut justifier ce côté «dark» à la seule frustration du protagoniste.

De caprices en mésententes sociales (dû à l’incompréhension du bon comportement à adopter), on peut résumer ce revirement aux conséquences cataclysmiques à une crise d’adolescence qui tourne (très) mal. De fait, il n’y a aucune nuance dans les débordements observés où une simple contradiction est équivalente à un crime effroyable. Il en découle une certaine gratuité, prétexte à des assassinats dont la brutalité surprend pour un tel métrage. On a beau garder à l’esprit qu’il s’agit d’un film d’horreur, il n’en demeure pas moins des scènes éprouvantes qui ne font guère dans la tendresse pour dépeindre les corps suppliciés. Sur ce point, l’approche se révèle percutante.

On peut donc regretter que le dilemme entre le bien et le mal soit absent des débats. La stabilité du foyer ou l’amour de sa famille ne constituent en rien des arguments pour inverser la tendance. Le discours reste à sens unique sans ambiguïté aucune. En ce sens, on dénote plusieurs approximations sur l’influence des voix, la volonté propre de Bryan, ne serait-ce qu’à travers ces multiples manipulations et les dernières paroles qu’il adresse à sa mère. L’ensemble s’avère peu convaincant. De plus, ces errances se retrouvent à l’occasion de certains passages, comme la séquence qui précède l’«accident» de voiture. Le comportement de la victime et sa fuite demeurent incompréhensibles alors qu’elle se trouve à son domicile. Cela sans compter l’abandon de sa compagne. Un choix très étrange et guère crédible.

Au final, Brightburn reste une petite déception dans le sens où l’idée de base originale se complaît dans des fondamentaux simplistes. Faute de confronter la part d’ombre et de lumière qui sommeille en chacun de nous, l’intrigue se contente d’un traitement basique qui, s’il ne démérite pas dans la violence des meurtres, reste en deçà du potentiel de départ. Au lieu de venir justifier le renversement des valeurs observé jusque-là par des évènements précis, on assiste aux caprices d’un tueur en série en herbe affublé de pouvoirs qui le dépassent. Il en ressort une approche assez bancale, visiblement frileuse de sonder les méandres ténébreux de son protagoniste.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Defiance
Initié par Rockne S. O’Bannon, créateur de Farscape et SeaQuest , Defiance est une nouvelle série de science-fiction produite par SyFy. Malgré des déconvenues telles que Terra Nova , The event ou Caprica , le genre dispose d'un potentiel énorme pour ce format. À l'instar des fresques titanesques de la fantasy, on peut tisser un réseau de mondes imaginaires à travers l'univers pour former un...
Detention
Il y a parfois des films qui sont injustement boudés dans les salles obscures, voire même privés de projection pour diverses raisons plus ou moins fallacieuses. Du coup, et c'est de plus en plus fréquent, en fouillant dans les sorties en direct to vidéo, on trouve des petits bijoux, des films indépendants bandants, ou même des pépites inventives et totalement loufoques. C'est le cas avec ce...
Mega Piranha
Les films "made in Asylum", c'est toujours quelque chose depuis que la firme s'est spécialisée dans les Mockbusters Nanards. Pour les néophytes, un mockbuster est une copie d'un film à gros budget (un Blockbuster donc) faite avec des moyens très limités. Par exemple, les Italiens ont pendant longtemps été des spécialistes de ce genre particulier, au même titre que les Turcs d'ailleurs. La...
Monsters
Alors qu’une zone de quarantaine est délimitée entre le Mexique et les Etats-Unis suite à l’apparition d’une vie extraterrestre, Samantha et Andrew sont contraints de traverser la zone infectée pour rejoindre leur pays. Gareth Edwards fait partie de ces nouveaux réalisateurs qui disposent d’une vision précise et très marquée de leur métier. Avec Monsters (son premier long-...
Raspoutine: le Moine Fou
**Attention, cette critique contient quelques spoilers.** En Russie, à la fin du XIX ème siècle et au début du XX ème, l'existence tumultueuse et troublante du moine fou Raspoutine. En 1966, la Hammer décide de s'attaquer au biopic de l'un des personnages les plus mystérieux et fascinants de l'Histoire, à qui l'on octroyait moults pouvoirs dans la Russie des tzars. Bonne idée, le nom de...