Voir la fiche complète du film : Fantômes en fête (Richard Donner - 1988)

Fantômes en fête

Une sympathique et amusante adaptation du chant de Noël de Charles Dickens. A voir en famille.
Publié le 1 Janvier 2008 par GeoffreyVoir la fiche de Fantômes en fête
8
Noël Fantôme

Le jeune directeur d'une chaîne de télévision, Frank Cross, carriériste effréné, est au sommet de sa gloire. Nul ne résiste à ses dictats et il terrorise tous ses collaborateurs. Quelques jours avant Noël, il décide d'adapter de facon provocante le fameux "Chant de Noël" de Dickens. C'est ce moment que choisit son ancien patron, Lew Hayward, mort depuis sept ans, pour le hanter. Le spectre le somme de s'amender sous peine de finir en enfer. Pour cela Frank recevra la visite de trois esprits de Noël qui l'aideront à faire son choix...


Fais pas cette tête Bill, c'est noël!

Amusante et sympathique cette énième adaptation du chant de nöel, ce grand classique de Charles Dickens. On retrouve dans le rôle principal le toujours excellent Bill Murray. Bien que ce rôle ne sera sans doute pas celui que l'on gardera en mémoire de lui, il mérite néanmoins le détour car la dose de cynisme qu'il insuffle au personnage de Franck Cross est assez phénoménale.

En fait, le personnage qu'il incarne est à peu de choses près exactement le même que dans Un jour sans fin. Un homme acariâtre qui ne pense qu'à sa carrière et qui se fout royalement des autres. C'est amusant d'ailleurs de faire le parallèle entre les 2 films car les grands thèmes sont presque identiques. La générosité et l'amour sont beaucoup plus importants et gratifiants que l'argent et la carrière. Mais les ressemblances s'arrêtent là, car contrairement au film d'Harold Ramis, celui de Richard Donner ne restera pas dans la mémoire collective des gens.


L'un des trois esprits facétieux...

Le film est loin, très loin, d'être mauvais. Il est même très sympathique mais il lui manque un petit quelque chose pour accrocher totalement. Sans doute est-ce la faute du sujet lui-même: l'histoire est tellement connue que l'intrigue n'a plus aucun intérêt. On se demande juste comment seront traîtés les différents éléments que l'on s'attend à voir. Et de ce coté-là, il y a de très bonnes et de moins bonnes choses. La bonne idée du film c'est d'avoir transposé l'histoire à notre époque et dans le monde de la télévision. Celà permet certains (petits) écarts avec l'histoire originelle. Les esprits sont en outre très réussis. Le 2ème plus particulièrement est franchement très drôle.

Certains passages sont hilarants (voir Bill Murray déguisé en chien, ça mérite le coup d'oeil) mais malheureusement la plupart du temps on ne dépasse pas le stade du sourire. Dommage également que l'idée d'avoir "le film dans le film" apparaisse quelque peu inutile. En effet dans Fantômes en fête, la chaîne de télévision pour laquelle travaille Bill Murray est justement en train de tourner une version du chant de noël. Certains moments sont chouettes comme lorsque Murray confond son 3ème esprit avec celui du tournage, mais parfois celà donne un sentiment de répétition quelque peu ennuyeux.


Pauvre homme...

Il manque également quelque peu de folie dans le film. A partir de l'histoire de base, et avec un acteur aussi talentueux que Bill Murray, Richard donner aurait pu nous faire un bon gros délire visuel assez fun mais au lieu de ça on se retrouve avec une histoire ultra-classique à peine émaillée par quelques instants fort drôles et bien pensés. Certains passages sont émouvants bien qu'on ne soit pas touché autant que dans l'histoire de Dickens. Pas de mort du petit garçon handicapé par exemple.

Au final celà nous donne un film assez sympa et divertissant mais qui manque d'envergure et laisse malheureusement un goût de trop peu. Dommage. Mais mérite tout de même d'être vu en famille.


Scrooged, un film avec plein de bonne morale dedans.

Geoffrey Claustriaux
A propos de l'auteur : Geoffrey
Portrait de Geoffrey

Comme d'autres (notamment Max et Dante_1984), je venais régulièrement sur Horreur.net en tant que lecteur, et après avoir envoyé quelques critiques à Laurent, le webmaster, j'ai pu intégrer le staff début 2006. Depuis, mes fonctions ont peu à peu pris de l'ampleur.

Autres critiques

Dark Hour, The
**Attention, cette critiques contient quelques spoilers.** Une poignée de survivants d'une guerre bactériologique considérable se terre dans des sous-terrains envahis par divers dangers. Le cinéma de genre ibérique se porte bien. Après quelques tentatives érotico-fantastiques assez fantaisistes durant les années 60-70 (cf les filmographies de Jesus Franco et de Jacinto Molina), le cinéma espagnol...
La Nuit du Loup-Garou
**Attention, cette critique contient des spoilers.** Né du viol d'une servante par un prisonnier dément, un orphelin est condamné par une terrible malédiction. Après s'être attaquée avec succès aux relectures de Dracula et Frankenstein , la Hammer se lance, au début des années 60, dans de nouveaux projets. Après les mythes de La Momie (1959) et de Jekyll et Hyde (1959), le célèbre studio...
Dead Silence
Décidément, James Wan est un réalisateur obsédé par les poupées ! Après le pantin de Saw , voilà que son second long métrage (troisième en fait si on compte son film d'étudiant Stygian ) en contient plus d'une centaine et que son scénario suit les exactions d’une poupée tueuse. Classique et déjà vu me direz-vous. Je ne peux qu’être d’accord. Mais quand derrière la caméra...
Délivrance
Il fut un temps où le cinéma était innovant, et où les scénaristes, tout comme les réalisateurs avaient de grandes ambitions pour faire avancer le septième art. On se souvient encore de 2000 maniacs ! , premier film gore sorti en 1963 sous la direction de Herschell Gordon Lewis et qui a initié et inspiré un bon nombre de cinéastes aujourd'hui encore. John Boorman, le papa d' Excalibur et de...
Revolution
Le sous-genre du post-apocalyptique se porte très bien dans le monde du cinéma et de la télévision. Qu’il s’agisse de zombies, d’extraterrestres, de catastrophes plus ou moins naturelles, de guerres, la planète bleue subit toutes sortes d’exactions pour notre simple divertissement. Le résultat ? Une pléthore de produits d’un niveau qualitatif correct (si l’on excepte SyFy et Asylum) qui promet...