Voir la fiche complète du film : Final Exam (Jimmy Huston - 1981)

Final Exam

Un slasher ridicule, avec peu de meurtres, à la limite de l'arnaque...
Publié le 2 Novembre 2010 par GeoffreyVoir la fiche de Final Exam
2

*Attention cette critique contient des spoilers*

Le Slasher, mine de rien, est un genre cinématographique délicat. Bien fait, ça nous donne des classiques comme Black Christmas, Halloween ou Scream, mais dès qu'un grain sable vient enrayer la machine, il devient difficile d'éviter la catastrophe.

 


Attention chérie, ça va couper...

Sur un campus, un tueur mystérieux décime un par un les membres d'un groupe d'élèves...

Le résumé est court mais précis car en terme de scénario, Final Exam se pose comme la quintessence du Slasher. Des jeunes, un tueur, des meurtres, point final. A priori, ce postulat de départ était propice à un film sans originalité mais tout de même honnête, qui allait tout miser sur une ambiance prenante et des meurtres sympas. Que nenni! C'était sans compter sur le fameux grain de sable évoqué ci-dessus. Et dans le cas de Final Exam, on pourrait dire que c'est une dune qui a décidé de venir jouer les trouble-fêtes.

Tout d'abord, je voudrais remercier la société qui s'est occupée du doublage pour m'avoir offert un tel de moment de cinéma. En effet, jamais je n'avais autant rigolé devant un film d'horreur et c'est aux doubleurs francophones de Final Exam que je le dois. Du fond du coeur: merci.
Pour résumer, leur prestation vocale est atroce, à coté de la plaque, nullissime, bref les mots me manquent... Par instants, on jurerait que les doubleurs découvrent le texte sur le moment et qu'ils se contentent de le lire à haute voix, ce qui donne lieu à des séquences très savoureuses. N'en citer qu'une relève de la gageur car les scènes hilarantes sont légions et s'enchaînent à un rythme soutenu.
Ce coté "comique sonore" est de plus accentué par des dialogues d'une bétise crasse. Les discussions entre étudiants sonnent faux, de même que les situations. Du coup le spectateur se bidonne joyeusement devant son écran et le temps passe sans ennui.
Heureusement car du coté du scénario, c'est le calme plat. Que dis-je, le néant!


Mort d'un personnage d'anthologie...

Nous sommes d'accord, les scenarii de slashers brillent rarement par leur originalité. Malgré tout, la plupart essayent tout de même de proposer un minimum de meurtres plus ou moins brutaux, histoire d'offrir au spectateur ce qu'il est venu chercher. Et bien Final Exam ne se donne même pas cette peine. Pour bien vous faire comprendre à quel point ça frise le foutage de gueule, le premier meurtre a lieu après 3 minutes de film alors que le second n'intervient qu'à la... 52ème ! C'est toujours mieux que dans Je t'ai trop attendue (à ce jour le seul slasher sans meurtre) mais tout de même, 50 minutes entre deux assassinats, c'est long.
Surtout que pendant ce temps, il ne se passe rien. Les étudiants papotent, ils font des blagues (à base de massacre à la mitraillette tout de même!), trichent aux examens, etc... Heureusement que le doublage rend le tout poilant sinon on s'ennuyerait ferme.

La prestation des acteurs est au diapason du reste, c'est-à-dire pathétique, même si leurs voix françaises accentuent le ridicule. Néanmoins, à voir leurs expressions ou certaines de leurs réactions, la version originale ne devait pas voler beaucoup plus haut.


Meurs, sale sidekick!

Arrivés à ce stade de la critique, vous vous dites sans doute que la coupe est pleine, que Final Exam a dit tout ce qu'il avait à dire, et bien non! Car ce nanar, tel un spéléologue de l'extrême, s'enfonce toujours plus loin et nous gratifie de ce que je qualifierais presque "d'arnaque éhontée". Je m'explique.
Dans un slasher classique, le principe est que le tueur voit son identité ainsi que ses motivations révélées à la fin du film et bien souvent, c'est un personnage auquel on ne s'attendait pas. Bref, on explique au public le pourquoi du comment.
Final Exam décide de prendre son public à contrepied en ne divulgant rien de son assassin (on voit tout de même son visage). Le directeur/scénariste a-t-il perdu la page de son script qui racontait pourquoi ce grand gaillard s'en prend à cette bande d'abrutis ? Qui est-il ? Quid du meurtre d'ouverture, lequel n'a aucun rapport avec le reste du film ? Comment le tueur parvient-il à se retrouver dans des endroits où il lui est physiquement impossible d'arriver avant ses victimes ?
Ne cherchez pas, les réponses ne se trouvent pas dans le film.


Le (très) mystérieux tueur mystère...

Honnêtement, je ne peux pas recommander ce film aux amateurs de slashers tant la médiocrité imprègne chaque recoin de la pellicule et de la bande son (d'où la note de 2/10). Par contre, les amateurs de mauvais films devraient largement y trouver leur compte.

Et merci aux responsables d'Uncut Movies d'avoir exhumé ce film. En ces temps de crise, les gens ont bien besoin de rire.
Geoffrey Claustriaux

A propos de l'auteur : Geoffrey
Portrait de Geoffrey

Comme d'autres (notamment Max et Dante_1984), je venais régulièrement sur Horreur.net en tant que lecteur, et après avoir envoyé quelques critiques à Laurent, le webmaster, j'ai pu intégrer le staff début 2006. Depuis, mes fonctions ont peu à peu pris de l'ampleur.

Autres critiques

Démons du maïs 5 : la Secte des Damnés, Les
Y a vraiment pas à dire: le maïs, c'est une belle saloperie. Encore pire que la pire des mauvaises herbes. T'as beau le couper, l'arracher ou le crâmer, il revient toujours... Vous êtes prêts pour une cinquième incursion dans ces champs dégénérés où les plantes sont nourries au sang et où les enfants portent des prénoms bibliques? Si oui, suivez-moi, c'est par ici que ça se passe. Des effets...
Fairy in a cage
On connaît le cinéma japonais pour son originalité, sa folie et, parfois, sa violence graphique exacerbée au possible. Loin des fondamentaux occidentaux, on y découvre la plupart du temps une singulière mise en scène, une culture traditionaliste prégnante à travers une histoire farfelue et incongrue au possible. Dans certains cas, les films sont plus posés, mais il ressort toujours une volonté...
Casper
Ah! Casper le gentil fantôme ! Un chouette petit dessin animé sans prétentions qui a bercé l’enfance de pas mal d’entre nous. La transposition en film ne paraissait pas devoir poser trop de problèmes au vu des possibilités offertes, mais on sait tous comment ça peut se terminer avec les adaptations sur grand écran… Un look très "Burtonnien" pour l'intérieur de la...
No Dormirás
Huit ans après un premier long métrage remarqué pour son côté novateur ( The Silent House , constitué d’un long plan-séquence d’1h20, qui a eu droit à son remake US), le réalisateur uruguayen Gustavo Hernández replonge dans le cinéma de genre avec No Dormirás, un thriller bien plus psychologique que ce que laissait présager son accroche et son concept de base. La circonspection (x2)...
REC 2
Les films tournés caméra à l'épaule ne sont pas une nouveauté. Depuis Cannibal Holocaust , tout cela était un peu tombé en berne, puis est intervenu le Projet Blair Witch , qui a relancé la machine avec un succès plus ou moins mérité. Depuis quelques temps maintenant, les films faussement documentaire, ou documenteur, sortent de plus en plus sur nos écrans et il faut croire que cela donne des...