Voir la fiche complète du film : Harry Potter et le prisonnier d'Azkaban (Alfonso Cuarón - 2004)

Harry Potter et le prisonnier d'Azkaban

Enfin une adaptation digne des écrits de J-K Rowling. Malgré quelques problèmes narratifs, le spectacle est visuellement réussi.
Publié le 1 Janvier 2008 par JulienVoir la fiche de Harry Potter et le prisonnier d'Azkaban
8
Voyage dans le Temps Loup-Garou

Qualifier Harry Potter de simple phénomène littéraire relève du doux euphémisme. Aujourd’hui, le nom d’Harry Potter n'est plus seulement synonyme de phénomène littéraire mais aussi de billets verts par millions pour les producteurs. Avec le succès des livres et des films, le nom d’Harry Potter est sur toutes les lèvres, des jeunes comme des plus âgés. Car il ne faut pas croire que l’univers de l'apprenti sorcier ne touche que les moins de douze ans. C’est d'ailleurs l’une des grandes forces de l’œuvre – un bien grand mot, certes – de J.K. Rowling : toucher un public extrêmement large avec un matériau somme toute assez classique (qu'il s'agisse des personnages ou de l'histoire).

Après les deux adaptations plutôt mitigées de Chris Colombus (alors qu’on aurait bien vu Steven Spielberg, un temps rattaché au projet, les réaliser), c’est au tour d’Alfonso Cuaron d’aborder les aventures de l’apprenti sorcier le plus connu (et lucratif) de la planète. Le scénariste Steve Kloves est toujours fidèle au poste, tout comme le casting principal du film (excepté le regretté Richard Harris, remplacé par le non moins convaincant Michael Gambon dans le rôle d’Albus Dumbledore).

Harry Potter entre en troisième année au collège de sorcellerie de Poudlard après s’être enfuit de chez sa famille d’adoption frappadingue, les Dursley. Mais une nouvelle menace pèse sur lui : un redoutable sorcier criminel, le sinistre Sirius Black, s’est échappé de la prison d’Azkaban. Les gardes de la prison, les sombres Détraqueurs (Dementors, en anglais) se lancent à sa recherche. Harry Potter va encore avoir fort à faire cette année…

Alfonso Cuaron, beaucoup plus doué que Colombus pour manipuler une caméra, diriger des acteurs et créer un véritable climat de magie à l'écran, a effectué un travail remarquable. Sa mise en scène est inspirée et ses mouvements de caméra sont amples et impressionnants (l’envol de l’Hippogriffe Buck, les apparitions des Détraqueurs). On a enfin l’impression de voir les aventures d’Harry Potter dans toute leur splendeur prendre vie devant nos yeux. Les décors et les costumes sont soignés, tout comme les effets spéciaux (même si, encore une fois, il semble que le loup-garou soit une créature toujours aussi difficile à générer). Les acteurs s'en sortent un peu mieux que dans les précédents films (notamment Daniel Radcliffe) mais leurs interprétations ne sont pas non plus inoubliables.

Alors bien sûr, les puristes y trouveront toujours matière à redire. Il est vrai que faire tenir en 2h30 un livre de plus de 450 pages est une sacré gageure (on se demande comment va s’en sortir le réalisateur britannique Mike Newell sur l’opus suivant, Harry Potter et la Coupe de Feu, étant donné l’imposant matériau fourni par le roman au titre éponyme). Mais heureusement, l’essentiel du roman a été préservé (avec quelques touches d’humour en plus tout à fait appropriées). Cependant, pour ceux qui ne sont pas des inconditionnels d’Harry Potter ou tout simplement étranger à son univers, de nombreux éléments pourront paraître anodins, voire superflus, et alourdissant ainsi le rythme narratif (l’un des gros soucis du film pour certains).

Harry Potter et le Prisonnier d’Azkaban est sans conteste la meilleure adaptation à ce jour des romans de J.K. Rowling (à moins que Mike Newell parvienne à faire mieux mais on en doute un peu à vrai dire) et il serait dommage de se priver de ce très beau film d’une telle légèreté et d’une telle beauté visuelle.

Autres critiques

Insidious: Chapter 2
Il est de plus en plus difficile de trouver des artisans de l'horreur. Si dans les années 1980 le genre était assez prolifique, grâce à des réalisateurs comme John Carpenter et son Halloween , mais surtout Sam Raimi avec son Evil Dead , film qui fourmille de détails et d'idées autant sur le plan technique que scénaristique. Les effets numériques ont par la suite un peu tué tous ces...
Pandorum
Un film qui serait un croisement d' Alien , d' Event Horizon , de la Machine à Explorer le Temps et de The Descent , ça vous dit? Si la réponse est oui, alors peut-être devriez-vous jeter un oeil sur Pandorum . Faut pas l'énerver... Deux astronautes. le Lieutenant Payton et le Caporal Bower se réveillent dans leur gigantesque vaisseau spatial après un long séjour en hyper-sommeil...
Jurassic Attack
Les dinosaures ont toujours suscité la peur et l'émerveillement. Le cinéma l'a vite compris pour en faire une figure de proue de l'aventure et du fantastique. Malgré quelques essoufflements, c'est en 1993 qu'un certain Spielberg nous offre le film de dino par excellence : Jurassic park. S'en suivront deux séquelles et... comme Les dents de la mer, une tripotée de navets...
Silent Hill : Revelation 3D
Quand une franchise marche, on en fait des suites. Mais quand une franchise marche et qu'elle attire des millions de fans à travers le monde, on en fait une suite encore plus rapidement. A l'image des Resident Evil , saga qui s'étire au cinéma pour des résultats plus que mauvais, Silent Hill avait au moins la décence de proposer un premier épisode assez honorable. Le premier film signé Christophe...
The Hunger Games
Adaptation du roman éponyme qui a fait la renommée de son auteur, Hunger games est aujourd'hui porté sur pellicule. À l'instar de grandes sagas pour adolescents (Harry Potter, Twilight...), cet univers connaîtra plusieurs suites au cours des années à venir. Pour l'instant, nous sommes en présence du premier volet qui résume le premier tome de la trilogie. Avant de voir ce qu'il en...