Voir la fiche complète du film : Harry Potter et le prisonnier d'Azkaban (Alfonso Cuarón - 2004)

Harry Potter et le prisonnier d'Azkaban

Enfin une adaptation digne des écrits de J-K Rowling. Malgré quelques problèmes narratifs, le spectacle est visuellement réussi.
Publié le 1 Janvier 2008 par JulienVoir la fiche de Harry Potter et le prisonnier d'Azkaban
8
Voyage dans le Temps Loup-Garou

Qualifier Harry Potter de simple phénomène littéraire relève du doux euphémisme. Aujourd’hui, le nom d’Harry Potter n'est plus seulement synonyme de phénomène littéraire mais aussi de billets verts par millions pour les producteurs. Avec le succès des livres et des films, le nom d’Harry Potter est sur toutes les lèvres, des jeunes comme des plus âgés. Car il ne faut pas croire que l’univers de l'apprenti sorcier ne touche que les moins de douze ans. C’est d'ailleurs l’une des grandes forces de l’œuvre – un bien grand mot, certes – de J.K. Rowling : toucher un public extrêmement large avec un matériau somme toute assez classique (qu'il s'agisse des personnages ou de l'histoire).

Après les deux adaptations plutôt mitigées de Chris Colombus (alors qu’on aurait bien vu Steven Spielberg, un temps rattaché au projet, les réaliser), c’est au tour d’Alfonso Cuaron d’aborder les aventures de l’apprenti sorcier le plus connu (et lucratif) de la planète. Le scénariste Steve Kloves est toujours fidèle au poste, tout comme le casting principal du film (excepté le regretté Richard Harris, remplacé par le non moins convaincant Michael Gambon dans le rôle d’Albus Dumbledore).

Harry Potter entre en troisième année au collège de sorcellerie de Poudlard après s’être enfuit de chez sa famille d’adoption frappadingue, les Dursley. Mais une nouvelle menace pèse sur lui : un redoutable sorcier criminel, le sinistre Sirius Black, s’est échappé de la prison d’Azkaban. Les gardes de la prison, les sombres Détraqueurs (Dementors, en anglais) se lancent à sa recherche. Harry Potter va encore avoir fort à faire cette année…

Alfonso Cuaron, beaucoup plus doué que Colombus pour manipuler une caméra, diriger des acteurs et créer un véritable climat de magie à l'écran, a effectué un travail remarquable. Sa mise en scène est inspirée et ses mouvements de caméra sont amples et impressionnants (l’envol de l’Hippogriffe Buck, les apparitions des Détraqueurs). On a enfin l’impression de voir les aventures d’Harry Potter dans toute leur splendeur prendre vie devant nos yeux. Les décors et les costumes sont soignés, tout comme les effets spéciaux (même si, encore une fois, il semble que le loup-garou soit une créature toujours aussi difficile à générer). Les acteurs s'en sortent un peu mieux que dans les précédents films (notamment Daniel Radcliffe) mais leurs interprétations ne sont pas non plus inoubliables.

Alors bien sûr, les puristes y trouveront toujours matière à redire. Il est vrai que faire tenir en 2h30 un livre de plus de 450 pages est une sacré gageure (on se demande comment va s’en sortir le réalisateur britannique Mike Newell sur l’opus suivant, Harry Potter et la Coupe de Feu, étant donné l’imposant matériau fourni par le roman au titre éponyme). Mais heureusement, l’essentiel du roman a été préservé (avec quelques touches d’humour en plus tout à fait appropriées). Cependant, pour ceux qui ne sont pas des inconditionnels d’Harry Potter ou tout simplement étranger à son univers, de nombreux éléments pourront paraître anodins, voire superflus, et alourdissant ainsi le rythme narratif (l’un des gros soucis du film pour certains).

Harry Potter et le Prisonnier d’Azkaban est sans conteste la meilleure adaptation à ce jour des romans de J.K. Rowling (à moins que Mike Newell parvienne à faire mieux mais on en doute un peu à vrai dire) et il serait dommage de se priver de ce très beau film d’une telle légèreté et d’une telle beauté visuelle.

Autres critiques

Terreur dans l'Arctique
Quand on s’attaque au survival animalier, on peut choisir de créer sa propre bestiole, de reprendre un animal existant ou une espèce disparue. Parfois, l’amalgame de ces éléments donne lieu à quelques aberrations tant biologiques que cinématographiques. Aussi, le fait de se cantonner à une ligne directrice plutôt claire relève déjà de l’exploit. Cela sans compter les multiples...
Lucifer
Qu’il s’agisse de séries ou de films, lorsqu’on parle du diable, on a tendance à le dépeindre sous une forme bestiale et maléfique. On le serait à moins dans les cas de possessions, d’endroits hantés ou de confrontations directs avec le malin. Il est certaines œuvres où sa présence est plus suggestive et ambivalente dans son rapport au mal. Représenté comme un séducteur...
Blood on the Highway
Faisant route vers un concert réputé trash, trois jeunes gens, Carrie, Bone et Sam, se perdent et échouent à Fate, un patelin à première vue sans histoires, mais infesté de vampires. Depuis l'épatant Shaun of the Dead (2003), les parodies de films d'horreur retrouvent un second souffle. Ici, le duo de cinéastes Epstein-Rowan s'attaque donc au mythe vampirique. Revenu à la lumière par le biais de...
Amityville 3D : Le démon
Alors que les années 1980 sont particulièrement plébiscitées pour mettre des figures emblématiques du slasher sur le devant de la scène, la saga Amityville se poursuit d’une manière plus ou moins régulière. Cela vaut autant pour la sortie des films respectifs que pour leur constance qualitative. Bien qu’il soit toujours possible d’émettre des réserves sur la véracité des faits,...
Timber Falls
Pour son premier film d'horreur, le réalisateur Tony Giglio s'est attaqué à un genre très prisé, voire surexploité: le Survival. Forestier dans le cas de Timber Falls . Pour ce faire, le réalisateur s'est muni de son petit livre "Le Survival pour les Nuls" afin de respecter le cahier des charges inhérent au genre. Le film ressemble donc à une succession de clins d'oeil...