Voir la fiche complète du film : Age of Dinosaurs (Joseph Lawson - 2013)

Age of Dinosaurs

Un survival animalier qui ressemble à un outrage aux films de dinosaures. Des reptiles mal synthétisés à l’intrigue inexistante, on ne retiendra qu’une triste initiative qui trône avec plus ou moins de fierté aux côtés des autres infamies produites par SyFy et Asylum.
Publié le 21 Octobre 2018 par Dante_1984Voir la fiche de Age of Dinosaurs
2
Dinosaure

Depuis Le monde perdu d’Arthur Conan Doyle, les dinosaures ont souvent été source d’émerveillement pour les enfants et d’aventures pour les adultes. Des classiques du septième art en séries B anecdotiques, le sujet a connu un véritable regain d’intérêt avec Jurassic Park. À divers degrés d’appréciation, le roman, comme les films, a su marquer les esprits. Depuis, les productions notables en la matière sont devenues rares. D’ailleurs, la majorité d’entre elles concernent un public familial. En marge de ces initiatives, les reptiles sont également la victime du survival animalier. Raptor, Ptérodactyles ou Aztec Rex demeurent de tristes exemples. Nul ne doute où se trouve la place d’Age of Dinosaurs...

Quand on est une victime du petit écran, il ne faut pas s'étonner de jouer dans un cadre restreint...

Nouvelle bévue de l’association méphitique SyFy/Asylum, le film de Joseph Law lorgne copieusement sur l’œuvre de Michael Crichton. Il n’est pas question de visiter un parc d’attractions préhistoriques, mais d’entreprendre des expériences scientifiques pour ressusciter des dinosaures. L’objectif? En faire une attraction à part entière. La thématique a beau trouver quelques ficelles communes, il n’en demeure pas moins un gouffre béant entre le modèle et le plagiaire opportuniste. Et cela ne tient pas qu’à un manque de moyens évident, mais à une inspiration bancale librement détournée vers un trip qui évoque le final à San Diego de The Lost World: Jurassic Park.

Le fait de se focaliser sur une invasion de dinosaures en plein Los Angeles n’est pas foncièrement mauvais. L’environnement urbain possède un potentiel sensiblement différent que celui d’une jungle ou d’endroits naturels propres à accueillir les reptiles préhistoriques. Non, ce qui est exaspérant réside dans un traitement négligé où l’on passe du huis clos mineur façon Carnosaur à une espèce de film catastrophe grandiloquent et bon marché. Les rues de la Cité des anges sont cruellement désertes. Cela vaut autant pour la circulation que pour les piétons, piètres figurants gesticulant à tout-va devant un cadrage relativement immonde.

Il faut croire qu'il se voyait déjà en haut de l'affiche !

On fera l’impasse sur la pseudo-intrigue percluse d’absurdités en pagaille et de facilités scénaristiques. Il n’y a aucune cohérence dans le prétexte initial ou dans la suite de cette débandade annoncée. Entre la menace d’une nouvelle ère préhistorique et la résurrection d’espèces agressives (les herbivores n’ont pas voix au chapitre, ici), on assiste à un florilège de stupidités qui jouent dans la surenchère. Quant aux comportements des protagonistes, on le trouve navrant ou, plus souvent, d’une bêtise égale au ton général. Les sacrifices n’ont aucun mérite et surtout aucun sens, tandis que la progression est laminée par de faux raccords, sans oublier un cadre délétère d’une rare indigence.

Il est vrai que le bestiaire reste assez varié et contraste avec des images de synthèse bâclées. Les animations sont aussi grotesques que rigides. Chaque mouvement des grands prédateurs laisse à penser à des reptiles épileptiques, doublés d’une profonde débilité. Les échelles sont peu respectées et l’on se demande bien comment des T-Rex et consorts jouent les filles de l’air au sommet de gratte-ciels. En somme, on assiste à un festival de stupidités et d’aberrations. Les ptérodactyles s’essayent à une nouvelle forme de transport en commun, tandis que les raptors s’improvisent explorateurs urbains. Pourtant, on était en droit de nourrir un minimum d’attente d’un réalisateur avant tout versé dans les effets spéciaux.

Au moment des soldes, on croise aussi des bêtes à cornes.

Au final, Age of Dinosaurs est un survival animalier comme on en voit tant. Sur la base d’un scénario prétexte, le film de Joseph Law demeure poussif sous toutes les coutures. Dénué d’un quelconque second degré susceptible de ravir les amateurs de nanars, il ne subsiste qu’une triste contemplation d’un genre et d’un acteur principal (Treat Williams) en pleine déchéance. Les morts se succèdent de manière irrégulière et se ressemblent dans les hors-champs qu’elles nous infligent. Cela sans compter des dinosaures ratés en tout point avec une incrustation d’images bonnes pour nous renvoyer à l’ère des 32 bits, rien que ça! Un spectacle affligeant que rien ne parvient à sauver.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

La dernière maison sur la plage
Particulièrement prisé du cinéma bis, le rape and revenge a connu un succès notable dans les années 1970-1980 où les pellicules scabreuses rivalisées de perversions, de violences et d’humiliation envers la gent féminine. Avec des titres comme La dernière maison sur la gauche ou I spit on your grave , les Anglo-saxons ont posé les bases d’un sous-genre qui, au même titre que le slasher ou le...
Douce nuit - sanglante nuit 4: l'initiation
Grâce à la magie du cinéma et son incommensurable absurdité dans certains cas, une franchise qui voit se succéder des films infâmes ne s’arrête pas en si mauvais chemin. Hormis le premier opus, Douce nuit sanglante nuit brille par sa nullité intrinsèque. Surenchère incohérente d’histoires plus maigres qu’un sucre d’orge, guirlandes d’interprètes à la ramasse, décorations de pacotilles et...
Last of the Living
Quand on s’attaque à un thème aussi exploité que les morts-vivants ou la comédie de zombies en l’occurrence, il faut avoir un minimum d’idées et un scénario potable pour se lancer dans l’aventure. Faire un film sans imagination et surtout sans apporter un petit quelque chose au genre, c’est un peu comme suivre le troupeau de moutons qui saute de la falaise. Autrement...
Détour Mortel 2
Depuis toujours, les monstres ont fasciné l'imaginaire collectif et les monstres de foire ont longtemps agrémenté les fêtes foraines, attirant la curiosité malsaine de l'être humain, qui recouvrait dans ces moments là ses instincts voyeuristes les plus primitifs. Dès les années 30, le cinéma s'empara de cette thématique, le plus souvent dans le but de dénoncer la méchanceté et la...
Spiders
Le film d'horreur doit être un grand huit de l'âme pour paraphraser Guillermo Del Toro. En ce sens, les thèmes abordés font appel à nos craintes et nos peurs les plus profondes pour susciter diverses émotions que l'on ne retrouve pas dans d'autres genres. Alors bien entendu, nombre de thèmes ont été traités avec plus ou moins de succès, que ce soit notre peur des clowns, de perdre un être cher,...