Voir la fiche complète du film : Age of Dinosaurs (Joseph Lawson - 2013)

Age of Dinosaurs

Un survival animalier qui ressemble à un outrage aux films de dinosaures. Des reptiles mal synthétisés à l’intrigue inexistante, on ne retiendra qu’une triste initiative qui trône avec plus ou moins de fierté aux côtés des autres infamies produites par SyFy et Asylum.
Publié le 21 Octobre 2018 par Dante_1984Voir la fiche de Age of Dinosaurs
2
Dinosaure

Depuis Le monde perdu d’Arthur Conan Doyle, les dinosaures ont souvent été source d’émerveillement pour les enfants et d’aventures pour les adultes. Des classiques du septième art en séries B anecdotiques, le sujet a connu un véritable regain d’intérêt avec Jurassic Park. À divers degrés d’appréciation, le roman, comme les films, a su marquer les esprits. Depuis, les productions notables en la matière sont devenues rares. D’ailleurs, la majorité d’entre elles concernent un public familial. En marge de ces initiatives, les reptiles sont également la victime du survival animalier. Raptor, Ptérodactyles ou Aztec Rex demeurent de tristes exemples. Nul ne doute où se trouve la place d’Age of Dinosaurs...

Quand on est une victime du petit écran, il ne faut pas s'étonner de jouer dans un cadre restreint...

Nouvelle bévue de l’association méphitique SyFy/Asylum, le film de Joseph Law lorgne copieusement sur l’œuvre de Michael Crichton. Il n’est pas question de visiter un parc d’attractions préhistoriques, mais d’entreprendre des expériences scientifiques pour ressusciter des dinosaures. L’objectif? En faire une attraction à part entière. La thématique a beau trouver quelques ficelles communes, il n’en demeure pas moins un gouffre béant entre le modèle et le plagiaire opportuniste. Et cela ne tient pas qu’à un manque de moyens évident, mais à une inspiration bancale librement détournée vers un trip qui évoque le final à San Diego de The Lost World: Jurassic Park.

Le fait de se focaliser sur une invasion de dinosaures en plein Los Angeles n’est pas foncièrement mauvais. L’environnement urbain possède un potentiel sensiblement différent que celui d’une jungle ou d’endroits naturels propres à accueillir les reptiles préhistoriques. Non, ce qui est exaspérant réside dans un traitement négligé où l’on passe du huis clos mineur façon Carnosaur à une espèce de film catastrophe grandiloquent et bon marché. Les rues de la Cité des anges sont cruellement désertes. Cela vaut autant pour la circulation que pour les piétons, piètres figurants gesticulant à tout-va devant un cadrage relativement immonde.

Il faut croire qu'il se voyait déjà en haut de l'affiche !

On fera l’impasse sur la pseudo-intrigue percluse d’absurdités en pagaille et de facilités scénaristiques. Il n’y a aucune cohérence dans le prétexte initial ou dans la suite de cette débandade annoncée. Entre la menace d’une nouvelle ère préhistorique et la résurrection d’espèces agressives (les herbivores n’ont pas voix au chapitre, ici), on assiste à un florilège de stupidités qui jouent dans la surenchère. Quant aux comportements des protagonistes, on le trouve navrant ou, plus souvent, d’une bêtise égale au ton général. Les sacrifices n’ont aucun mérite et surtout aucun sens, tandis que la progression est laminée par de faux raccords, sans oublier un cadre délétère d’une rare indigence.

Il est vrai que le bestiaire reste assez varié et contraste avec des images de synthèse bâclées. Les animations sont aussi grotesques que rigides. Chaque mouvement des grands prédateurs laisse à penser à des reptiles épileptiques, doublés d’une profonde débilité. Les échelles sont peu respectées et l’on se demande bien comment des T-Rex et consorts jouent les filles de l’air au sommet de gratte-ciels. En somme, on assiste à un festival de stupidités et d’aberrations. Les ptérodactyles s’essayent à une nouvelle forme de transport en commun, tandis que les raptors s’improvisent explorateurs urbains. Pourtant, on était en droit de nourrir un minimum d’attente d’un réalisateur avant tout versé dans les effets spéciaux.

Au moment des soldes, on croise aussi des bêtes à cornes.

Au final, Age of Dinosaurs est un survival animalier comme on en voit tant. Sur la base d’un scénario prétexte, le film de Joseph Law demeure poussif sous toutes les coutures. Dénué d’un quelconque second degré susceptible de ravir les amateurs de nanars, il ne subsiste qu’une triste contemplation d’un genre et d’un acteur principal (Treat Williams) en pleine déchéance. Les morts se succèdent de manière irrégulière et se ressemblent dans les hors-champs qu’elles nous infligent. Cela sans compter des dinosaures ratés en tout point avec une incrustation d’images bonnes pour nous renvoyer à l’ère des 32 bits, rien que ça! Un spectacle affligeant que rien ne parvient à sauver.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Milo sur Mars
Adapté d'un livre pour enfants de Berkeley Breathed , ce nouveau film du réalisateur de la sous-estimée Machine à explorer le temps version 2002 se présentait sous les meilleurs auspices: une histoire intéressante, un budget de 150.000.000$ pour la porter à l'écran, un réalisateur habitué à l'animation, le talent du studio de Robert Zemeckis ImageMovers Digital , et des acteurs sympathiques...
Femme Scorpion, La
**Attention, cette critique contient des spoilers.** Utilisée par un flic véreux dans le but d'éliminer des trafiquants de drogue, la jeune Nami Matsushima est victime d'un viol collectif. Bien décidée à tuer son ancien amant, la jeune femme est arrêtée avant de s'être vengée, et se retrouve incarcérée dans une prison pour femmes tenue par un directeur sadique et impitoyable. Après avoir tenté de...
Solitaire - Eaux Troubles
Solitaire est le deuxième film du réalisateur australien Greg McLean , après un Wolf Creek percutant et effrayant. Seulement le film est-il aussi réussi que Wolf Creek ? S'attaquant au genre animalier, McLean s'essaye à un nouveau thème dans le cinéma de genre et il le fait avec une certaine réussite. Plongeons dans les eaux sombres australiennes et confrontons-nous à un vilain croco. Swimming in...
Confession d'un Cannibale
Inspiré de l’histoire vraie d’Armin Meiwes, Grimm love s’attache à décrire avec précision et objectivité ce fait divers incroyable et abominable qui a défrayé la chronique au-delà des frontières allemande en 2001. Petit rappel des faits : Armin, informaticien perturbé par la mort de sa mère, se réfugie sur le net. Là, il y découvre un forum de cannibalisme où il poste une...
La Mutante des Mers
La Mutante des Mers se présente comme le remake d'un film de monstre de 1956 : The She-Creature d' Edward L. Cahn . N'ayant pas vu cet antique témoin d'un cinéma populaire à base de Craignos Monsters en latex, c'est donc vierge de tout apriori que j'ai entamé le visionnage du film de Sebastian Gutierrez . Et puisque j'en suis aux confidences, sachez que j'ai...