Voir la fiche complète du film : Following (Marcos Siega - 2013)

The Following

Une série qui entremêle serial-killers et secte en voilant à peine ses influences. Il en découle un suspense permanent malgré une petite baisse de régime en aval de l’intrigue.
Publié le 21 Novembre 2014 par Dante_1984Voir la fiche de Following
7
Tueur en série

Créer une nouvelle série en choisissant un thème aussi éculé que les serial-killers comporte des risques, surtout lorsque l’on ne dispose pas d’un concept initial suffisamment original afin de se démarquer d’une concurrence foisonnante. Bien sûr, les productions qui proposent de sonder la psyché de sociopathes en suivant leur quotidien ou en parcourant leurs fantasmes pullulent à toutes les sauces. Esprits criminels, Profiler... Dernièrement, on a pu redécouvrir certains mythes tels qu’Hannibal Lecter ou Norman Bates revu pour un portage télévisé. Il en ressortait un résultat travaillé et sophistiqué permettant à ces figures emblématiques de perdurer ; mieux de renouveler leur image.

L’exemple le plus typique qui rapproche le tueur en série d’une secte reste sans aucun doute l’affaire de Charles Manson et de sa « famille ». Entre charisme et manipulation, il est parvenu à réunir une grappe d’individus non pas crédule, mais en quête de sens face à une perte de repères dans une société qu’ils n’acceptent pas. L’on devine que The following s’en est grandement inspiré pour construire son intrigue et le profil psychologique des différents intervenants. Car, si l’épisode pilote laissait augurer une traque similaire à Seven avec son ambiance glauque, la suite bifurque rapidement dans une tout autre direction.

En cela, le scénario manie le suspense avec une certaine habileté. La tension est quasi-permanente et les péripéties s’enchaînent sans perdre de vue un fil rouge qui jongle avec les faux-semblants. Qui manipule qui ? Jusqu’où va la machination ? La trame paraît tissée à l’avance par l’antagoniste principal, mais rien n’est si simple. La qualité première de la série provient de la menace omnipotente qui plane sur les potentielles victimes et les enquêteurs. Un visage avenant ou un proche peut cacher l’esprit d’un psychopathe. De fait, méfiance et paranoïa se conjuguent afin d’entretenir l’ambiguïté.

Autre particularité : scinder les épisodes du point de vue du FBI, mais aussi des membres de la secte. Ainsi, l’on entrevoit ce qui peut les pousser à pareilles motivations. Les flash-back permettent une meilleure appréhension de chaque destin, de chaque situation, sans pour autant casser le rythme pour combler d’éventuelles carences narratives. Les nombreux allers et retours dans le passé se ponctuent de date pour ne pas se perdre dans l’amas d’informations. L’histoire ne tente pas de dédouaner les actes des tueurs en série en glorifiant la violence gratuite, mais s’attarde à lui donner un visage humain derrière une barbarie pleinement assumée.

Il est vrai que l’on notera une baisse de régime en milieu de parcours avec des rebondissements parfois alambiqués ou trop simplistes pour convaincre. Les relations qui se tissent tendent également à plonger dans la complaisance ou l’attendu (ex. : Joe Carroll et Emma). Malheureusement, cela provoque une sensation de redondance : retrouver Joey, retrouver Claire, retrouver Joey et Claire… Tout cela en s’échinant à poursuivre les investigations pour stopper un flot ininterrompu de psychopathes plus ou moins aguerris. Rien de vraiment préjudiciable à déplorer, mais davantage de soin sur le fond aurait accru l’intérêt du spectateur au lieu de le contenter de surprises pas si étonnantes que cela.

À l’instar de protagonistes et d’antagonistes travaillés, le casting permet à la série d’obtenir une certaine renommée, et ce, avant sa diffusion. Tous les acteurs possèdent les compétences et le talent afin de proposer des personnages crédibles, capables de jouer sur plusieurs tableaux simultanément. Encore une fois, l’on ne peut éviter quelques maladresses relatives aux poncifs du genre. L’alcoolisme à moitié avoué de Ryan Hardy, les suiveurs caricaturés ou relégués au rang de figurants pour ne citer que les plus évidents. Néanmoins, il convient de mentionner ces détails au second plan étant donné que la majeure partie du travail effectué demeure plus que recommandable avec un développement mesuré.

Malgré de menus écueils au niveau de l’écriture et des personnages secondaires, The Following parvient à captiver. Le scénario propose un suspense quasi permanent dans une atmosphère tendue et paranoïaque. Certes, le côté glauque des tueurs en série s’efface sensiblement au profit d’un traitement moins spectaculaire qu’à l’accoutumée. La violence se trouve calibrée avec application afin d’entrevoir la folie d’esprits dérangés sans pour autant vraiment choquer. Il en découle un thriller âpre et immersif. La finition aurait gagné à s’attarder sur les éléments inhérents au genre (caractérisation, retournements de situation…) pour fournir une trame encore plus saisissante qu’elle ne l’est déjà. En tous les cas, une série maîtrisée et plaisante à suivre.

 

Saison 2 : 7/10

Saison 3 : 5/10

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Heartless
**Attention, cette critique contient des spoilers.** Depuis la mort de son père, Jamie Morgan vit seul avec sa mère dans un modeste appartement situé dans les quartiers pauvres de Londres. Solitaire et réservé, à cause d'une tache de naissance en forme de coeur parcourant une grande partie de son visage, il fréquente peu de gens, hormis sa famille. Passionné de photographie, il sillonne les rues...
R.I.P.D. : Brigade Fantôme
Lorsque l'on parle Comics, on songe automatiquement aux super-héros, Marvel, DC & consorts. Pourtant, ce terme ne désigne qu'outre-Atlantique la bande-dessinée. Aussi, il existe tout un pan de ce média qui demeure dans l'ombre, à tout le moins lu par quelques érudits en la matière. Parfois, l'on se rend compte de leur existence via une adaptation télévisée ou cinématographique. Ce fut le cas...
Toutes les Couleurs du Vice
Entre la perte son bébé suite à une fausse couche et les réminiscences du meurtre de sa mère alors qu'elle n'était encore qu'une enfant, Jane se sent seule et perturbée, malgré les attentions de son compagnon. Alors qu'elle consulte un nouveau psychiatre, sur les conseils de sa soeur, elle croit reconnaître l'assassin de sa mère. Un an après L'Etrange Vice de Madame Wardh , Sergio Martino...
Frankenstein
Au même titre que Dracula de Bram Stoker, Frankenstein est un véritable mythe fondateur du genre fantastique. Ses thèmes, entre autres le progrès scientifique ou l’appréhension de la mort, demeurent toujours d’actualité et s’adaptent aux époques si bien que l’œuvre de Mary Shelley traverse le temps sans prendre une ride. Le cinéma a tôt fait d’accaparer un tel potentiel pour le transposer encore...
Escape from Cannibal Farm
Suite à une série de mésaventures, une famille lambda se voit contrainte de demander l’asile dans une ferme reculée où vivent des rednecks sanguinaires, à tendance débile. Derrière ce synopsis, matière propice à un bon torture-porn/survival sans prétention, se dissimule un scénario un peu tiré par les cheveux rendant le tout indigeste. « On va cacher le fait qu’on n’a pas...