Voir la fiche complète du film : Elle s'appelait Scorpion (Shunya Ito - 1972)

Elle s'appelait Scorpion

Un an après sa sanglante évasion, Nami endure toujours mille tortures au fond d'un cachot humide et isolé. Série B engagée et féministe (dans le bon sens du terme), <b>Elle s'appelait Scorpion</b> offrait ses lettres de noblesse à une saga phare au Japon.
Publié le 14 Septembre 2011 par GORE MANIACVoir la fiche de Elle s'appelait Scorpion
8
**Attention, cette critique contient des spoilers.**

Un an après sa sanglante évasion, Nami, alias Scorpion, endure toujours mille tortures au fond d'un cachot humide et isolé.
Le directeur de la prison, qu'elle a éborgné, décide enfin de la laisser voir la lueur du jour, afin d'en faire un exemple pour les autres détenues. Mais Nami parvient à blesser de nouveau le directeur au visage, et une nouvelle révolte gronde, permettant à sept prisonnières de s'enfuir. Nami étant l'une des évadées, son ennemi juré va tout faire pour les retrouver.

Réalisée la même année que la Femme Scorpion, cette suite peut se targuer d'être supérieure au film précédent.
Toujours très éloignée de la gouailleuse héroïne de manga dont elle est adaptée, Sasori irradie littéralement l'écran.

Prenant une aura mystique dans des séquences aussi poétiques par leur jeu de couleurs (la mort de la vieille dame, la présentation des sept évadées, la chute d'eau rouge de sang) que surréalistes, Scorpion éclipse les autres personnages par une présence physique hors du commun.
Muette (elle ne souffle que deux phrases en fin de film, à un moment clé, la transformant en bourreau de ses anciennes camarades), voire monolithique, Meiko Kaji éblouit par un jeu de regard saisissant, évoquant Charles Bronson dans Il était une Fois dans l'Ouest.

Cette comparaison n'a d'ailleurs rien d'anecdotique puisqu'Elle s'appelait Scorpion délaisse volontiers le film de prison pour s'orienter rapidement vers ce que l'on peut qualifier de western sushi.
En effet, entre ses paysages désertiques sentant le souffre (cf le village minier abandonné), une bande originale à la Ennio Morricone (bien qu'entrelacée de sublimes mélodies interprétées par Meiko Kaji elle-même), et les vêtements des prisonnières (évoquant les ponchos de Clint Eastwood), on respire clairement l'air des oeuvres de Sergio Leone, auquel Ito rend un hommage aussi appuyé que malin.
La force de ce film réside aussi dans le fait qu'il ne délaisse pas non plus le patrimoine cinématographique nippon (il y a du Onibaba dans les séquences dans le village désert), tout en se voulant avant-gardiste, en se montrant par exemple plus accessible aux spectateurs étrangers.

Elle s'appelait Scorpion flirte aussi avec l'univers religieux. Les sept prisonnières peuvent s'apparenter aux Sept Pêchés Capitaux, tandis que Sasori (qui réprésente à n'en pas douter la Colère à l'état pur) fait souvent office de martyre, avant de punir ses bourreaux avec brutalité (l'un de ses violeurs sera castré de virulente manière durant l'évasion).
Tel le Christ en personne, Sasori semble être née pour endurer les pires souffrances. Guidant rarement les autres évadées, elle semble surtout les effrayer et les agacer, à l'instar de celle qui tua ses deux enfants (dont l'un encore dans son ventre), et dont le duel avec Sasori vaut le coup d'oeil.

La vue est le sens majeur de ce film : le spectateur y joue les voyeurs sadiques, Ito ne masquant aucun massacre ou torture (le sang y est plus présent que dans le premier volet). Et c'est dans le regard noir, désespéré et froid de Scorpion qu'on y lit le mieux la tristesse et la mélancolie de ses femmes victimes de la société, que le système se contente d'effacer de la mémoire collective.
Une fois de plus, le réalisateur dénonce avec force la politique répressive de son pays. L'épilogue, qui s'achève à nouveau sur la vengeance finale de Sasori contre son éternel oppresseur (le gouvernement, mais aussi l'homme), n'est pas sans rappeler la fuite du cow-boy solitaire.

Série B engagée et féministe (dans le bon sens du terme), Elle s'appelait Scorpion offrait ses lettres de noblesse à une saga phare au Japon, qui se détachait des vulgaires films de prison pour femmes habituels, en grande partie grâce à la prestation remarquable de Meiko Kaji. Le couple Kaji-Ito se retrouvera une dernière fois un an plus tard, pour le dernier opus d'une trilogie unique en son genre.

A propos de l'auteur : GORE MANIAC
Portrait de GORE MANIAC

J'essaie de partager ma passion pour un cinéma méconnu, mais qui mérite incontestablement qu'on s'y arrête !

Autres critiques

Grace
Madeline et Michael coulent des jours heureux jusqu’au jour où un tragique accident bouleverse leur quotidien. Michael ne survit pas et Madeline est contrainte d’accoucher d’un bébé mort-né. Seulement, l’enfant reprend vie inexplicablement. Dès lors, la jeune Grace démontre un appétit insatiable pour le sang humain. La thématique de l’enfance dans le cinéma de genre...
Halloween 2
INTRODUCTION « Le cheval blanc symbolise l’instinct, la pureté et la propension du corps physique à libérer des forces émotionnelles puissantes telles que la colère génératrice de chaos et de destruction… » -Extrait de l’inconscient psychique des rêves En 2007 sortait sur les écrans le remake d’ Halloween par Rob Zombie . Attendu avec ferveur, le film ne...
Impact : Opération Chaos
Lors d’une collision avec un météore, l’orbite de la Lune se rapproche de la Terre tout en décrivant une forme elliptique. Les phénomènes les plus improbables se manifestent bientôt, mais le monde ignore qu’il ne s’agit que de simples prémices à un danger plus important : la collision de la Lune avec la Terre. Nombre de films catastrophes reprennent le thème du météore...
Jack Brooks : Tueur de Monstres
Comment résister à un film intitulé Jack Brooks: Tueur de Monstres avec, en tête d'affiche, ce bon vieux Robert Englund et dont la jaquette proclame, je cite: "Quand Super Mario rencontre Evil Dead !". Impossible, pour l'amateur de série B en quête de divertissement facile, de passer à côté. Alors quand, en plus, cette même jaquette a le bon goût d'être très attrayante, il...
Monster Brawl
Un geek féru de films d'horreur et de catch parvient à réunir huit monstres sacrés sur le ring, afin de déterminer quelle sera la créature la plus puissante au monde ! Le moins que l'on puisse dire en consultant le pitch de Monster Brawl , c'est que le réalisateur et scénariste du film, Jesse T. Cook, n'a pas eu peur d'aller très loin dans son délire, en confrontant des légendes du Septième Art...