Shadowz - la plateforme de VOD
Voir la fiche complète du film : Hellraiser 2 : Les Ecorchés (Tony Randel - 1988)

Hellraiser 2 : Les Ecorchés

Après la vision indispensable du premier film, ce second film nous entraîne à toute allure dans le monde de Pinhead et des Cénobites. Une excellente suite qui ne fait pas l'impasse sur le gore et qui nous en dévoile plus sur l'univers des Cénobites.
Publié le 1 Janvier 2008 par JulienVoir la fiche de Hellraiser 2 : Les Ecorchés
10
Hôpital Diable et Démon

Suite directe du film de Clive Barker, Hellraiser : Les Ecorchés présente presque tous les ingrédients de la séquelle réussie. Clive Barker cède sa place à Tony Randel (Ticks,Amityville 1992), qui officia sur le premier Hellraiser en tant que monteur (non crédité cependant). Le spectateur n'y perd pas vraiment au change puisque Barker reste au poste de scénariste avec Peter Atkins (la série des Wishmaster), et Tony Randel réalise sans nul doute l'un des meilleurs opus de toute la série. On retrouve aussi côté casting la troublante Clare Higgins dans le rôle de Julia Cotton, ainsi que Ashley Laurence qui interprète Kirsty Cotton...

On retrouve donc Kirsty dans un institut médical, celui du Docteur Philip Channard (Kenneth Cranham). Encore traumatisée par sa rencontre avec les Cénobites et la mort de son père, Kirsty tente de prévenir les médecins et la police, qui enquête sur les lieux, que Julia n'est pas morte et que les démons sont toujours là. Le Docteur Channard s'intéresse de près à l'histoire et parvient à récupérer le matelas dans lequel Julia est morte. Il l'emmène alors à son domicile et, en livrant au matelas maculé de sang un pauvre fou de son asile, parvient à faire revenir Julia...

L'introduction du film nous plonge directement dans l'ambiance d'Hellraiser puisque l'on assiste ni plus ni moins qu'à la naissance du fameux Pinhead ! On retrouve ensuite Kirsty qui, au travers de son récit des évènements fait à la police et aux médecins, permet en même temps au spectateur, par le biais de flash-backs du précédent film, de se "remettre dans le bain". Dès lors, Tony Randel va nous embarquer rapidement et sans temps mort dans le monde des Cénobites. C'est l'une des grandes forces de cette suite : nous en dévoiler davantage sur le monde de Pinhead. Si ce dernier reste toujours mystérieux et si une aura de mystère plane toujours sur son rôle véritable et ses motivations, on découvre enfin l'envers du décor de son monde. Véritable labyrinthe de dédales, constitué de longues allées embrumées (avantagées par la photographie de Robin Vidgeon, déjà en poste sur le premier film), le monde des Cénobites possède un côté "grèce antique" empreint d'une certaine poésie.

Par rapport au premier Hellraiser, le film de Tony Randel joue beaucoup moins la carte du suspense et adopte un rythme beaucoup plus soutenu. Une approche assez logique pour les spectateurs qui ont vu le premier film et qui sont par conséquent en "terrain connu". Le réalisateur ne s'attarde donc plus sur les personnages de Kirsty, de Julia ou l'amant de celle-ci, Franck. Le réalisateur ralentit la cadence et s'attache davantage au nouveau personnage du film : le Docteur Channard. Médecin reconnu, Channard est fasciné par le cube et par les Cénobites. Il parviendra d'ailleurs à entrer dans leur monde grâce à une jeune adolescente qui résoudra le puzzle du cube. Un objet qui ne délivre d'ailleurs pas pour autant tous ses secrets dans le film (on découvre qu'il existe de nombreuses boîtes différentes mais aucune information ne nous est fourni sur son origine).

Hellraiser : Les Ecorchés est un excellent film d'horreur en plus d'être une suite remarquable au film de Clive Barker. Plus gore que le premier, allant plus loin dans l'horreur graphique, le film de Tony Randel est presque indissociable d'Hellraiser : Le Pacte. On ne pourra pas en dire autant hélas des épisodes qui suivirent celui-ci...

Autres critiques

Histeria
Attention cette critique peut contenir des spoilers Depuis 1998 et The Ring , les films de fantômes asiatiques ont déferlé comme un tsunami sur nos écrans. C'est ainsi que les filles aux longs cheveux, Gamins blancs (ou bleus c'est selon) et une foule d'esprits nés du folklore local ont fait frissonner des millions de spectateurs. Il faut croire que le public asiatique ne lasse pas de ces...
The fades
Les Britanniques sont connus pour offrir des séries à contre-courant d’une production de masse efficace qui manque cruellement d’originalité. Après s’être penché à de nombreux thèmes chers au fantastique et à l’horreur, le Royaume-Uni s’attaque aux fantômes sur fond de prophéties apocalyptiques. Doté d’un pitch non dénué d’intérêt, d’une solide réputation autant auprès du public que des...
Trinity Blood
Après avoir subi l'Armageddon, les humains sont contraints de cohabiter avec leurs plus féroces ennemis : les vampires. C'est dans ce contexte incertain que le père Nightroad est chargé de résoudre des enquêtes qui viseraient à rompre cette fragile entente. L'histoire de Trinity blood est à l'origine un roman adapté en manga, puis vint cette série animée. Les vampires et la religion ne font pas...
Jack l'Éventreur
Malgré les multiples spéculations et les tout aussi nombreuses théories sur son identité, Jack l’Éventreur est resté une énigme dans les annales criminelles. Il a très tôt fasciné le public, au point de s’ancrer dans l’imaginaire collectif comme l’archétype du tueur en série. Par la suite, son mythe a perduré à travers des livres de faits, puis au centre de fictions...
The Reef
Les films de requin c'est un peu comme la loterie : une chance sur un million de tirer le gros lot. En effet, pour un Dents de la Mer réussi (et toujours référence ultime du genre), combien de Shark Attack , Shark in Venice et Cruel Jaws les yeux effarés du spectateur ont-ils dû subir? Partant de ce postulat, l'annonce d'un nouvel essai cinématographique ayant pour thème principal nos...