Shadowz - la plateforme de VOD
Voir la fiche complète du film : Hérédité (Ari Aster - 2018)

Hérédité

Entre le drame et l’horreur, Hérédité amalgame ces deux genres avec brio pour fournir une œuvre majeure. Bouleversant à certains égards, le premier métrage d’Ari Aster joue sur différentes définitions que l’on peut porter à la peur ; de considérations nihilistes en phénomènes paranormaux. Nanti d’une écriture habile et d’une atmosphère suffocante, un film remarquable dans ce qu’il avance, ce qu’il suggère et ce qu’il démontre. Ambitieux, original. Une indéniable réussite.
Publié le 6 Octobre 2020 par Dante_1984Voir la fiche de Hérédité
9

Alors que de nombreux studios de production parient sur des succès sans risque, rendant le paysage du cinéma de genre relativement morne, il est certaines fulgurances inattendues. Bien que rares, ces pépites du septième art révèlent des talents tels que Fede Alvarez, Jordan Peele ou, en l’occurrence, Ari Aster. Jeune novice dans la réalisation de long-métrage, son premier film bénéficie d’une réputation qui le précède. Ce type de commentaires a beau être subjectif et généralement voué à enjoliver l’enrobage marketing, il n’en demeure pas moins un fond de vérité au vu de l’originalité et de l’étrangeté de son premier projet d’envergure.

Avec un synopsis volontairement sibyllin, Hérédité s’avance comme une œuvre déconcertante à plus d’un titre. Preuve en est avec cette ouverture où la caméra se joue des perspectives et des points de vue. D’emblée, le cinéaste renverse les valeurs et les repères auxquels le public est coutumier. Cela passe par une artificialisation de la réalité et une personnification d’objets inertes tels que les maquettes. La transition entre ces deux plans est subtile, magnifiant mensonges et illusions, comme si l’on voulait mettre l’accent sur la manipulation des protagonistes au profit d’une progression déterministe et, néanmoins, si imprévisible.

Le spectateur a beau se montrer prudent, tenter d’identifier les « signes » qui seraient à même de trahir le fond de l’histoire. Il ne distingue pourtant que des pièces de puzzle éparses. Hérédité ne n’insinue pas dans un traitement horrifique pur. Il joue de détours et de la dramaturgie de son propos pour mieux ancrer ses personnages et son scénario dans un quotidien qui se délite graduellement. Certes, le rythme est très lent, semblable à The Witch. Il n’en demeure pas moins une patience à toute épreuve pour développer son atmosphère oppressante. Là encore, il est difficile d’identifier la frontière entre des faits avérés et les délires paranoïaques des principaux intéressés.

Malgré la discrète présence d’éléments propres au genre, Hérédité n’appartient pas à la catégorie de film de hantise, voire de possession. Il en a certains atours, mais s’affranchit de toute comparaison. En cause, une occultation pure et simple des subterfuges et autres techniques pour instiller un climat d’effroi. On évite les apparitions explicites ou les portes qui claquent. Même les incursions dans les recoins sombres ou les séances de spiritisme sont exposées de telle manière à privilégier le « réalisme » de phénomènes paranormaux. La réussite de l’exercice tient à rationaliser les séquences avant de faire voler en éclats les derniers doutes.

Dès lors, l’occultisme, la perte d’un proche ou la question de la maternité sont des thèmes centraux qui trouvent une résonnance particulière. De considérations nihilistes, on sombre progressivement dans un cauchemar éveillé sous couvert d’une tragédie familiale. La lecture de l’intrigue, notamment celle du dénouement, peut se faire à plusieurs niveaux pour creuser une interprétation plutôt qu’une autre. En l’occurrence, il s’agit d’une subjectivité que l’on peut aussi assimiler à une métaphore de la détresse et de la souffrance psychologiques des protagonistes. Autre possibilité, les révélations débouchent sur une manipulation pleine d’ironie, car vaine et implacable.

Au final, Hérédité est un film étrange et singulier qui tranche radicalement avec les a priori (positif ou négatif) que l’on peut nourrir envers le cinéma horrifique. Sur fond d’une approche dramatique, ce premier métrage d’Ari Aster fait preuve d’une maturité et d’une maîtrise exceptionnelles. Des thématiques brassées à la qualité de la mise en scène, sans oublier son ambiance angoissante au possible, cette incursion détonante n’hésite pas à malmener ses personnages et son public. À la manière de The Witch, le rythme est sciemment mesuré pour se focaliser sur les individus et les épreuves qu’ils traversent. Une œuvre dense, percluse de subtilités visuelles et psychologiques afin de proposer une véritable expérience.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Ouvert 24/7
Un camionneur fait une halte bien méritée dans un petit café perdu en pleine campagne. Pour s'attirer les faveurs de la serveuse, il se met en tête de lui raconter une histoire épouvantable. Le cinéma français regorge, paraît-il, de nouveaux talents en matière d'horreur. Le Chat qui Fume en possède d'ailleurs tout un catalogue. Après l'hommage au giallo avec Blackaria , c'est...
Pas un mot
On l'a souvent dit, le cinéma de genre espagnol est résolument l'un des plus inventifs au monde. Figure de proue de ce genre, Alex de la Iglesia s'est même forgé une réputation mondiale, faisant même un film de commande avec des acteurs américains ( Crimes à Oxford ). Mais si on veut voir une vraie créativité, il faut se plonger dans les premiers films des auteurs hispaniques. Ainsi, on peut voir...
Les innocents
Dans le domaine du fantastique, certaines œuvres littéraires du XIXe siècle demeurent des classiques qui, non contents de poser les bases d’un genre, le transcendaient à travers des intrigues intemporelles. On songe à Edgar Poe, Mary Shelley, Oscar Wilde ou encore Bram Stoker. Dans la même veine, Henry James a écrit Le tour d’écrou , roman remarquable en tout point, tant dans sa prose...
Jurassic shark
Quand on touche aux films de requins, particulièrement ceux des années 2010, l’on se dit que le genre nous inflige ce qu’il y a de pire dans le septième art. Certaines productions étant tellement mauvaises qu’elles parviennent à nous laisser croire qu’on ne peut pas faire pire. Sharktopus , Sharknado et autres Sharkenstein en pagailles... Tous ont leurs tares et leur...
Secret Santa
Depuis l’inégale saga Douce nuit, sanglante nuit , le slasher et la période de Noël entretiennent des liens particuliers. Le genre a donné lieu à quelques sympathiques itérations, notamment Black Christmas et son remake ou Very Bad Santa . Par ailleurs, ce dernier montre qu’il est possible d’avoir un traitement décalé et décomplexé pour atténuer la violence graphique au profit...