Voir la fiche complète du film : Hérédité (Ari Aster - 2018)

Hérédité

Entre le drame et l’horreur, Hérédité amalgame ces deux genres avec brio pour fournir une œuvre majeure. Bouleversant à certains égards, le premier métrage d’Ari Aster joue sur différentes définitions que l’on peut porter à la peur ; de considérations nihilistes en phénomènes paranormaux. Nanti d’une écriture habile et d’une atmosphère suffocante, un film remarquable dans ce qu’il avance, ce qu’il suggère et ce qu’il démontre. Ambitieux, original. Une indéniable réussite.
Publié le 6 Octobre 2020 par Dante_1984Voir la fiche de Hérédité
9

Alors que de nombreux studios de production parient sur des succès sans risque, rendant le paysage du cinéma de genre relativement morne, il est certaines fulgurances inattendues. Bien que rares, ces pépites du septième art révèlent des talents tels que Fede Alvarez, Jordan Peele ou, en l’occurrence, Ari Aster. Jeune novice dans la réalisation de long-métrage, son premier film bénéficie d’une réputation qui le précède. Ce type de commentaires a beau être subjectif et généralement voué à enjoliver l’enrobage marketing, il n’en demeure pas moins un fond de vérité au vu de l’originalité et de l’étrangeté de son premier projet d’envergure.

Avec un synopsis volontairement sibyllin, Hérédité s’avance comme une œuvre déconcertante à plus d’un titre. Preuve en est avec cette ouverture où la caméra se joue des perspectives et des points de vue. D’emblée, le cinéaste renverse les valeurs et les repères auxquels le public est coutumier. Cela passe par une artificialisation de la réalité et une personnification d’objets inertes tels que les maquettes. La transition entre ces deux plans est subtile, magnifiant mensonges et illusions, comme si l’on voulait mettre l’accent sur la manipulation des protagonistes au profit d’une progression déterministe et, néanmoins, si imprévisible.

Le spectateur a beau se montrer prudent, tenter d’identifier les « signes » qui seraient à même de trahir le fond de l’histoire. Il ne distingue pourtant que des pièces de puzzle éparses. Hérédité ne n’insinue pas dans un traitement horrifique pur. Il joue de détours et de la dramaturgie de son propos pour mieux ancrer ses personnages et son scénario dans un quotidien qui se délite graduellement. Certes, le rythme est très lent, semblable à The Witch. Il n’en demeure pas moins une patience à toute épreuve pour développer son atmosphère oppressante. Là encore, il est difficile d’identifier la frontière entre des faits avérés et les délires paranoïaques des principaux intéressés.

Malgré la discrète présence d’éléments propres au genre, Hérédité n’appartient pas à la catégorie de film de hantise, voire de possession. Il en a certains atours, mais s’affranchit de toute comparaison. En cause, une occultation pure et simple des subterfuges et autres techniques pour instiller un climat d’effroi. On évite les apparitions explicites ou les portes qui claquent. Même les incursions dans les recoins sombres ou les séances de spiritisme sont exposées de telle manière à privilégier le « réalisme » de phénomènes paranormaux. La réussite de l’exercice tient à rationaliser les séquences avant de faire voler en éclats les derniers doutes.

Dès lors, l’occultisme, la perte d’un proche ou la question de la maternité sont des thèmes centraux qui trouvent une résonnance particulière. De considérations nihilistes, on sombre progressivement dans un cauchemar éveillé sous couvert d’une tragédie familiale. La lecture de l’intrigue, notamment celle du dénouement, peut se faire à plusieurs niveaux pour creuser une interprétation plutôt qu’une autre. En l’occurrence, il s’agit d’une subjectivité que l’on peut aussi assimiler à une métaphore de la détresse et de la souffrance psychologiques des protagonistes. Autre possibilité, les révélations débouchent sur une manipulation pleine d’ironie, car vaine et implacable.

Au final, Hérédité est un film étrange et singulier qui tranche radicalement avec les a priori (positif ou négatif) que l’on peut nourrir envers le cinéma horrifique. Sur fond d’une approche dramatique, ce premier métrage d’Ari Aster fait preuve d’une maturité et d’une maîtrise exceptionnelles. Des thématiques brassées à la qualité de la mise en scène, sans oublier son ambiance angoissante au possible, cette incursion détonante n’hésite pas à malmener ses personnages et son public. À la manière de The Witch, le rythme est sciemment mesuré pour se focaliser sur les individus et les épreuves qu’ils traversent. Une œuvre dense, percluse de subtilités visuelles et psychologiques afin de proposer une véritable expérience.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Berserk - L'âge d’or Partie 1 : L'Oeuf du Roi Conquérant
Au sein de la galaxie des mangas et de la Fantasy en général, Berserk tient une place de choix. Fouillée, imaginative, dure et sans concession, l'histoire de Guts, imaginée par Kentaro Miura , est unanimement reconnue comme un authentique chef-d'oeuvre. C'est dire si une adaptation pouvait s'avérer délicate. Le film conçu par Studio 4°C se base sur le même segment du manga que...
Shark week
Le film de requins-tueur et Asylum, c’est une éternelle histoire de désamour. Prônant le grand n’importe quoi et le mauvais goût à outrance, la société de production s’est fait un devoir de massacrer squales et autres prédateurs dans des navets tous plus ignobles les uns que les autres. Pour mettre en boîte pléthore d’immondices cinématographiques, elle a son lot de...
La dernière maison sur la plage
Particulièrement prisé du cinéma bis, le rape and revenge a connu un succès notable dans les années 1970-1980 où les pellicules scabreuses rivalisées de perversions, de violences et d’humiliation envers la gent féminine. Avec des titres comme La dernière maison sur la gauche ou I spit on your grave , les Anglo-saxons ont posé les bases d’un sous-genre qui, au même titre que le slasher ou le...
Bronson
Nicolas Winding Refn, jeune metteur en scène danois, a, depuis la sortie en salles de Bronson, acquis un véritable statut de cinéaste. Après avoir réalisé un des films noirs les plus sombres et nihilistes de ces dernières années (la trilogie Pusher ), Refn a décidé de poursuivre dans la veine radicale et subversive, mettant en scène Bronson , l’histoire du « prisonnier anglais le plus violent de...
Les Sévices de Dracula
Deux jumelles orphelines, Frieda et Maria, quittent Venise pour rejoindre leur oncle Gustav dans une petite ville d'Europe de l'Est en proie à la terreur. Elles découvrent rapidement que Gustav est à la tête d'un groupe de fanatiques pourchassant sans relâche de belles jeunes femmes accusées de sorcellerie. Au début des années 70, la Hammer tentait de redonner un second souffle à ses...