Voir la fiche complète du film : Hinamizawa: Le village maudit (Ataru Oikawa - 2008)

Hinamizawa: Le village maudit

Cette adaptation live ne montre nullement le plein potentiel de l'anime. Une production opportuniste et maladroite à oublier au plus vite. Préférez-lui la série pour vous pencher sur le mystère du village maudit...
Publié le 25 Janvier 2013 par Dante_1984Voir la fiche de Hinamizawa: Le village maudit
4
Adaptation de manga
Tout comme les remakes et autres reboots, les films-live sont une manne providentielle pour les producteurs avides de bénéfices faciles en misant sur une histoire qui a déjà fait ses preuves dans un passé plus ou moins lointain. Le souci ? Comme trop souvent, le processus d'adaptation connaît quelques hauts et beaucoup de bas. Qu'il s'agisse de bandes dessinées, de jeux vidéo, de comics ou, en l’'occurrence, de mangas, on dénombre quelques perles nanardesques. Pour rester dans le domaine du manga, citons rapidement Dragonball Evolution, Blood - The last vampire, Devilman. Malheureusement, il est une raison si j'évoque des mauvais films et non des réussites. Vous l'avez compris, Hinamizawa fait partie de la seconde catégorie.


Vous les reconnaissez ? Moi, non plus.

Au vu de l'univers qui entoure le village maudit, l'on songe d'emblée que cette entreprise est vaine. Comment condenser près de 20 heures de programme (sans compter les saisons 3 et 4 purement anecdotiques) en 110 minuscules minutes ? Un second problème survient : la narration subdivisée en arcs. L'on se souvient de ce procédé alambiqué et tortueux qui recelait une indéniable originalité et exigeait du spectateur une réelle implication. D'un certain côté, ce dernier point peut amener à résoudre le premier. Tout simplement en choisissant un arc et en s'y tenant. Ah, j'oubliais les autres parties du récit sont occultées d'une bien piètre manière, mais ne brûlons pas les étapes.

Pour ceux qui auraient vu l'anime, l'histoire n'offre pas de grande surprise et s'axe sur le premier arc de la première saison, soit le Chapitre « Enlevé par les démons ». L'on découvre l'arrivée de Keiichi à Hinamizawa, le quotidien du village, les rumeurs qui y circulent concernant une malédiction et d'étranges rituels. Le choix est bon puisque cette séquence est sans doute la plus percutante (on ne sait pas à quoi s'attendre et la première approche est un vrai choc, du moins dans l'anime). En partant de ce segment, on dispose d'un excellent a priori sur le scénario.


C'est hideux et ça n'a rien à foutre là. Non, mais franchement...

Seulement voilà, cette partie était faite pour installer les personnages et l'ambiance en posant foultitude de questions et là, le bât blesse. En effet, les novices auront la gageure d'ingurgiter un monceau d'informations, parfois indigestes, concernant l'histoire du lieu, des protagonistes, les différentes implications sur les événements passés, les us et coutumes... Bref, là où l'anime nous présentait ces mêmes éléments dans un espace de temps plus large, ici on les retrouve régurgités pêle-mêle sans discontinuer. Au final, le nouveau venu se posera un tas de questions auxquelles… il ne trouvera aucune réponse.

Derrière ce constat pour le moins frustrant, on aurait pu espérer que le reste du film donne néanmoins envie de découvrir l'anime. Toutefois, la liste de défauts ne s'arrête pas aux limites du scénario. En effet, les premières images laissent augurer une réalisation calamiteuse. La suite confirmera ces dires. Au vu du passif d'Ataru Oikawa (la saga Tomie que je n'ai pas encore vu, mais aussi Appartement 1303), on escomptait un travail honnête sans être irréprochable. Tant la mise en scène que la photographie rappellent d'immondes séries Z, voire un épisode « Made in Japan » des Feux de l'amour. C'est pitoyable au possible.


Cette jeune demoiselle est en colère.

Certes, les bruitages demeurent sympathiques. Le chant presque constant des cigales est le seul élément qui concoure à instaurer un semblant d'ambiance. Là où le malsain et l'oppressant occupait l'anime, on nous inflige ennui et maladresses. Les musiques s'agencent cahin-caha dans la débâcle sans trouver une réelle place. On découvre même une incursion "stylée manga" en la présence d'onomatopées sous forme de kanji (présent dans un unique passage) du plus mauvais goût. C'est ridicule et le peu d'effets spéciaux exposé à l'écran est abominable. Les yeux de Rena et Mion lors des moments « tendus », le sang couleur ketchup périmé... Absolument rien de potable.

Pourtant, tout ceci n'est rien en comparaison du jeu des acteurs. Rarement, il m'aura été donné de contempler un casting aussi peu impliqué dans leur rôle respectif. En général, l'Asie est à l'aise en terme de mise en abîme des peurs enfouies, des atmosphères pestilentielles, et ce, grâce à des interprètes convaincants, pleinement investis. Ici, les expressions faciales se résument aux froncements de sourcils pour la colère, un sourire béat pour traduire la joie et le bonheur. En ce qui concerne les nuances, elles sont aux abonnés absents. Un constat d'autant plus déplorable qu'il fallait flouer les frontières entre les sentiments et émotions des protagonistes afin de créer la paranoïa ambiante de l'anime. Qui est qui ? La personnalité apparente n'est-elle qu’une façade ? Encore des questions qui resteront en suspens.


Brrr, une cinglée doublée d'une mauvaise actrice avec des yeux jaunes.

Les personnages de l'histoire sont à l'image du scénario : on multiplie leur nombre sans faire étalage de leur caractère. En clair, on se concentre sur Keiichi, Rena et Mion en lésant Rika, Satoko et les autres. Qui plus est, leur ressemblance physique est trop similaire pour les différencier. On ne demandait pas de leur mettre des couleurs de cheveux extravagantes, mais tenir compte de leur âge (la pluralité cède la place à une classe moins "hétéroclite") et trouver des traits suffisamment dissemblables était un minimum.

Cruelle déception que cette adaptation live. Au lieu d'être en présence d'un film honnête et respectueux de l'histoire originale, on nous inflige une production peu scrupuleuse qui multiplie les défauts à tous les niveaux. Acteurs au rabais, réalisation approximative et chaotique, rythme lancinant qui englue les tenants du scénario dans un ennui profond, le film d'Ataru Oikawa ne fait montre d'aucune qualité pour donner l'envie de découvrir l'anime. Les questions posées ne trouvent pas de réponse et pour cause, le récit d'Hinamizawa est beaucoup trop complexe et alambiqué pour le format d'un long-métrage. Il en ressort un grand moment de frustration.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Il Gatto Dal Viso d'Uomo
Tandis que la ville est la proie de meurtres sanglants commis par un mystérieux tueur masqué surnommé "Il Gatto" (le chat), un homme solitaire et désabusé rencontre une auto-stoppeuse avec qui il passe la nuit. Depuis quelques années, le giallo renaît de ses cendres. De manière paradoxale, ce retour en force de ce sous-genre cinématographique bien particulier a lieu en dehors de l'Italie. En...
Choose
Un torture porn dans la lignée de Saw et The collector , voilà comment nous est présenté Choose . Un thriller horrifique raté essayant vainement de mixer Saw et Seven , voilà comment moi je le présenterais. Car les scénaristes avaient manifestement le film de David Fincher en tête quand ils ont écrit le scénario de leur navet. Oui, navet. Et pourtant Dieu sait que j'avais envie de l'aimer ce...
Puppet Master III
Durant la seconde guerre mondiale, à Berlin, les spectacles de marionnettes du célèbre André Toulon attisent l'intérêt d'un soldat nazi, surpris par l'agilité de ces créatures. Suite au succès des deux premiers films, le producteur Charles Band décide de raconter les circonstances du drame ayant amené Toulon à combattre les nazis. Ce prequel (une rareté à l'époque dans le milieu cinématographique...
L'homme au masque de cire
Pour des raisons de qualité et d’opportunisme, on a tendance à rejeter les remakes, basses initiatives mercantiles peu inspirées. Pourtant, le procédé a pour volonté de proposer un regard différent sur une histoire particulière, en y apportant quelques ajustements pour la «moderniser». Les véritables réussites, celles où le remake est supérieur à son modèle, sont rares, mais...
Devil Story : Il était une fois le Diable
Depuis des mois, le DVD de Devil Story trônait sur ma pile de films à chroniquer sans que j'ose y toucher. La raison de cette réticence était simple : ce film me faisait peur. Etais-je de taille à m'attaquer à ce que nos confrères de Nanarland.com, par ailleurs édteurs du DVD, décrivent comme, je cite, le plus mauvais film du monde et de sa proche banlieue ? De plus, Devil Story me...