Voir la fiche complète du film : Hostel (Eli Roth - 2005)

Hostel

Un bon film, beaucoup plus basé sur l'ambiance que ne le laissait supposer sa tapageuse promotion...
Publié le 1 Janvier 2008 par GeoffreyVoir la fiche de Hostel
8
Hôtel

On a beaucoup parlé des scènes gores d’Hostel, de ses tortures insoutenables et de son coté trash. Mais le réduire à ça serait erroné, voire malhonnête. Car Hostel, bien moins sanglant qu’un Saw et ses suites, bénéficie surtout d’une ambiance imparable et d’une histoire intriguante

Toutefois le film commence plutôt mal. Pendant trente bonnes minutes, on a uniquement droit aux tribulations de trois crétins façon American Pie qui font le « tour d’Europe de la nique ». On est toujours content de voir une foule de plan-nichons et de superbes créatures, mais si on est venu, c'est tout de même pour admirer de la barbaque sanguinolente et un peu de souffrance de bon aloi.


Nos trois (hum!) héros...

Le film commence vraiment à décoller avec la scène du train et le type bizarre qui mangent avec ses doigts. C’est à ce moment qu’une ambiance malsaine commence tout doucement à faire son apparition et que les bizarreries vont s'accumuler. Ensuite, les sales gosses pauvres feront encore monter la tension d’un cran et les filles, aussi belles soient-elles, sont trop parfaites pour être honnêtes. On sent bien que quelque chose est louche et Eli Roth, le réalisateur, joue très bien avec ça.

Accumulant les scènes d’apparence anodines, il insère par petites touches des détails troublants qui augmentent la tension de l’ensemble et provoquent le trouble chez le spectateur. C’est que, malgré leur comportement d’enfoirés, on s’attache aux héros qui ressemblent, il faut bien le reconnaître, à des copains comme nous en connaissons forcément tous. Eli Roth joue beaucoup également avec le point de vue. En faisant découvrir les événements au spectateur en même temps qu’aux personnages, le réalisateur parvient à maintenir un intérêt constant pour une histoire somme toute basique.


Les deux garces qui mèneront les héros à leur perte...

Et le gore dans tout ça ? Et bien il est fort peu présent mais assez réussi. Composées de beaucoup de suggestions et d’effets sonores, les rares scènes-chocs marquent durablement la rétine comme cette séquence durant laquelle Jay Hernandez doit couper l’œil d’une fille. En parlant des acteurs, précisons qu’ils sont très bons et composent des personnages confondant de naturel. On s’attache à eux malgré leur bêtise crasse et le fait qu’ils soient joués par de quasi-inconnus aide grandement à l’identification.

Bref, dans l’ensemble, Eli Roth a réussi un bon film, qui n’est certes pas un chef-d’œuvre, mais qui reste un métrage efficace méritant d’être vu et revu pour en saisir toutes les subtilités.
Il ne faut pas toutefois s’attendre à un délire gore comme la promotion nous l’avait assuré. Toute la première partie du film se passe sans aucune goutte de sang et s’attarde plutôt à nous dépeindre des personnages réalistes avec qui on souffrira davantage que s’il s’agissait de simples anonymes.


Prépare-toi à souffrir mon gars...

A noter qu’une fin alternative dans laquelle on voit le personnage de Jay Hernandez torturer la fille du bourreau de son ami a été tournée.

Une suite baptisée Hostel : Part 2 a depuis vu le jour et est selon les avis, soit inutile, soit supérieure au premier volet.
Ce qui est sûr, c’est que les deux films n’ont laissé personne indifférent et rien que pour ça, ils méritent d’être vus.


Y en a un peu plus, je vous le mets?

Geoffrey Claustriaux
A propos de l'auteur : Geoffrey
Portrait de Geoffrey

Comme d'autres (notamment Max et Dante_1984), je venais régulièrement sur Horreur.net en tant que lecteur, et après avoir envoyé quelques critiques à Laurent, le webmaster, j'ai pu intégrer le staff début 2006. Depuis, mes fonctions ont peu à peu pris de l'ampleur.

Autres critiques

Il Gatto Dal Viso d'Uomo
Tandis que la ville est la proie de meurtres sanglants commis par un mystérieux tueur masqué surnommé "Il Gatto" (le chat), un homme solitaire et désabusé rencontre une auto-stoppeuse avec qui il passe la nuit. Depuis quelques années, le giallo renaît de ses cendres. De manière paradoxale, ce retour en force de ce sous-genre cinématographique bien particulier a lieu en dehors de l'Italie. En...
Les Dossiers Secrets du Vatican
Alors qu'elle fête son anniversaire en compagnie de son père et de son petit-ami, Angela s'entaille le doigt avec un couteau. Emmenée aux urgences, son comportement change subitement. Depuis l'Exorciste , le film de possession a toujours fait recette au cinéma. Il n'est donc jamais rare de découvrir chaque année de nouvelles bobines censées apporter un second souffle à ce sous-genre horrifique...
St. Agatha
Portée par la franchise Saw , la carrière de Darren Lynn Bousman reste relativement inconstante au vu de ses différents projets. Si ceux-ci se succèdent et ne se ressemblent pas, ils soufflent le chaud et le froid si bien qu’il est difficile d’anticiper la qualité du suivant. En parallèle de films assez singuliers, comme Repo ou la saga The Devil’s Carnival , le réalisateur se...
Shrill Cries : Reshuffle
A Hinamizawa, petit village japonais, une malédiction frappe tous les ans les habitants. Lors d'un festival où rituel et traditions apaisent le dieu Oyashiro-Sama, une personne est tuée et une autre disparaît dans des circonstances mystérieuses. Keiichi et ses amies s'interrogent, mais la folie semble les guetter... Après une adaptation-live absolument pathétique, il semblait peu probable...
Episode 50
Des films de fantômes, il y en a une palanquée, des films inspectés sous toutes les coutures, de la comédie avec Poltergay , au drame avec Ghost , en passant bien évidemment par la case horreur avec Poltergeist ou la série des Paranormal Activity . Actuellement, la mode est au documenteur. Cela consiste à faire des films ressemblant davantage à des documentaires, des reportages, tout en y...