Voir la fiche complète du film : Hostel (Eli Roth - 2005)

Hostel

Un bon film, beaucoup plus basé sur l'ambiance que ne le laissait supposer sa tapageuse promotion...
Publié le 1 Janvier 2008 par GeoffreyVoir la fiche de Hostel
8
Hôtel

On a beaucoup parlé des scènes gores d’Hostel, de ses tortures insoutenables et de son coté trash. Mais le réduire à ça serait erroné, voire malhonnête. Car Hostel, bien moins sanglant qu’un Saw et ses suites, bénéficie surtout d’une ambiance imparable et d’une histoire intriguante

Toutefois le film commence plutôt mal. Pendant trente bonnes minutes, on a uniquement droit aux tribulations de trois crétins façon American Pie qui font le « tour d’Europe de la nique ». On est toujours content de voir une foule de plan-nichons et de superbes créatures, mais si on est venu, c'est tout de même pour admirer de la barbaque sanguinolente et un peu de souffrance de bon aloi.


Nos trois (hum!) héros...

Le film commence vraiment à décoller avec la scène du train et le type bizarre qui mangent avec ses doigts. C’est à ce moment qu’une ambiance malsaine commence tout doucement à faire son apparition et que les bizarreries vont s'accumuler. Ensuite, les sales gosses pauvres feront encore monter la tension d’un cran et les filles, aussi belles soient-elles, sont trop parfaites pour être honnêtes. On sent bien que quelque chose est louche et Eli Roth, le réalisateur, joue très bien avec ça.

Accumulant les scènes d’apparence anodines, il insère par petites touches des détails troublants qui augmentent la tension de l’ensemble et provoquent le trouble chez le spectateur. C’est que, malgré leur comportement d’enfoirés, on s’attache aux héros qui ressemblent, il faut bien le reconnaître, à des copains comme nous en connaissons forcément tous. Eli Roth joue beaucoup également avec le point de vue. En faisant découvrir les événements au spectateur en même temps qu’aux personnages, le réalisateur parvient à maintenir un intérêt constant pour une histoire somme toute basique.


Les deux garces qui mèneront les héros à leur perte...

Et le gore dans tout ça ? Et bien il est fort peu présent mais assez réussi. Composées de beaucoup de suggestions et d’effets sonores, les rares scènes-chocs marquent durablement la rétine comme cette séquence durant laquelle Jay Hernandez doit couper l’œil d’une fille. En parlant des acteurs, précisons qu’ils sont très bons et composent des personnages confondant de naturel. On s’attache à eux malgré leur bêtise crasse et le fait qu’ils soient joués par de quasi-inconnus aide grandement à l’identification.

Bref, dans l’ensemble, Eli Roth a réussi un bon film, qui n’est certes pas un chef-d’œuvre, mais qui reste un métrage efficace méritant d’être vu et revu pour en saisir toutes les subtilités.
Il ne faut pas toutefois s’attendre à un délire gore comme la promotion nous l’avait assuré. Toute la première partie du film se passe sans aucune goutte de sang et s’attarde plutôt à nous dépeindre des personnages réalistes avec qui on souffrira davantage que s’il s’agissait de simples anonymes.


Prépare-toi à souffrir mon gars...

A noter qu’une fin alternative dans laquelle on voit le personnage de Jay Hernandez torturer la fille du bourreau de son ami a été tournée.

Une suite baptisée Hostel : Part 2 a depuis vu le jour et est selon les avis, soit inutile, soit supérieure au premier volet.
Ce qui est sûr, c’est que les deux films n’ont laissé personne indifférent et rien que pour ça, ils méritent d’être vus.


Y en a un peu plus, je vous le mets?

Geoffrey Claustriaux
A propos de l'auteur : Geoffrey
Portrait de Geoffrey

Comme d'autres (notamment Max et Dante_1984), je venais régulièrement sur Horreur.net en tant que lecteur, et après avoir envoyé quelques critiques à Laurent, le webmaster, j'ai pu intégrer le staff début 2006. Depuis, mes fonctions ont peu à peu pris de l'ampleur.

Autres critiques

Gingerdead man 2
Le premier Gingerdead Man était un film au postulat de base amusant et prometteur, mais gâché par un manque de moyens et d'ambition assez flagrant. Pour cette suite, on pouvait donc espérer que le budget serait revu à la hausse, afin de proposer un produit un peu plus fun et audacieux. Le résultat final indique clairement que la volonté y était, mais malheureusement, une somme d'...
Saw 5
Après un quatrième volet assez dispensable, les producteurs continuent de faire marcher la machine à dollars que représente la désormais célèbre série Saw . John Kramer (Tobin Bell) a beau être mort à la fin du troisième film, il n’a jamais été aussi présent à l’écran que dans les derniers opus et ce cinquième film ne change pas la donne… Malheureusement, force est de constater...
Waterworld
Dans un futur lointain, la Terre est recouverte d'eau de part et d'autre du globe. Chacun tente de survivre à sa manière tandis qu'un groupe de rebelles poursuit une jeune fille dont le tatouage indiquerait une île, véritable Eldorado. En 1995, doté d'un budget monumental, Waterworld se présente comme le Blockbuster de la décennie. Figure du moment à Hollywood, Kevin Costner était...
Modus Anomali : Le Réveil de la Proie
Si le nom de Joko Anwar ne vous dit rien, c'est tout à fait normal. Ce réalisateur indonésien n'a pas franchi nos frontières francophones pour ses précédents films (Kala et Forbidden door). Aussi, il est d'autant plus surprenant de voir surgir son dernier projet dans notre pays, a fortiori dans les salles. Un thriller horrifique où un certain John Evans se retrouve en pleine forêt, amnésique et...
Dracula 3D
L'adaptation entreprise par Dario Argento pour le grand écran du célèbre roman de Bram Stoker est un ratage quasi complet. C'est un constat qu'il faut faire d'emblé si l'on veut pouvoir en tirer un peu de satisfaction, refusant d'accepter totalement le bourbier progressif dans lequel, celui que l'on nomma autrefois "le maître de l'horreur", s'empêtre plus profondément avec chacun de ses derniers...