Voir la fiche complète du film : Le Fascinant Capitaine Clegg (Peter Graham Scott - 1962)

Le Fascinant Capitaine Clegg

A la fin du XVIII ème siècle, des soldats sont envoyés au large des côtes anglaises, sur ordre du Roi, afin de mettre un terme à la contrebande d'alcool dans un village isolé d'apparence tranquille. L'éditeur Elephant Films nous propose de (re)découvrir en Blu-Ray un film d'aventures soigné et efficace, preuve de la richesse de l'univers Hammer.
Publié le 16 Novembre 2017 par GORE MANIACVoir la fiche de Le Fascinant Capitaine Clegg
7
Pirate Fantôme

A la fin du XVIII ème siècle, des soldats sont envoyés au large des côtes anglaises, sur ordre du Roi, afin de mettre un terme à la contrebande d'alcool dans un village isolé d'apparence tranquille. Cependant, selon certains habitants, les marais sont hantés par l'équipage du Capitaine Clegg.

Le Fascinant Capitaine Clegg

Au début des années 60, alors au sommet de sa popularité, la firme Hammer, par l'intermédiaire de son producteur, Michael Carreras, s'ouvre à de nouveaux genres, dont le film de piraterie, à l'époque très apprécié aux Etats-Unis. S'associant à la Universal pour diffuser plus aisément ses productions outre-Atlantique, la Hammer conserve néanmoins sa ligne directrice pour Le Fascinant Capitaine Clegg, sorti en 1962.

Ainsi, le budget limité ne permet pas d'époustouflants combats en mer. Cependant, ce film réalisé par un spécialiste de la télévision (Peter Graham Scott) bénéficie de l'implication du mythique Peter Cushing. Appréciant le roman populaire de Russell Thorndike, l'acteur n'hésite pas à écrire un synopsis et porte le long-métrage à bout de bras. En pirate masqué sous les traits d'un humble curé de campagne, il s'offre un rôle savoureux lui permettant de commencer à sortir de ses compositions phares. Face à lui, le casting n'est pas en reste. Ainsi, le charismatique Oliver Reed retrouve sa partenaire de la Nuit du Loup-Garou (tourné un an plus tôt) : la somptueuse Yvonne Romain. Cette dernière, moins souvent évoquée qu'une Ingrid Pitt, est pourtant l'une des plus belles Hammer girl et multiplie ici les décolletés ravageurs. Enfin, les puristes de la firme britannique auront reconnu l'excellent Michael Ripper dans le rôle du second de Clegg. Ayant joué dans près de 200 films, il est l'autre figure tutélaire de la Hammer, accumulant les seconds rôles détonants, tels des serviteurs inquiétants ou des aubergistes malicieux.

Le Fascinant Capitaine Clegg

Sorti au début du mois de novembre en Blu-Ray chez l'éditeur français Elephant Films, avec huit autres productions Hammer, le Fascinant Capitaine Clegg est une réelle découverte. D'une histoire de pirates évoquant parfois l'ambiance des Contrebandiers de Moonfleet, le scénariste Anthony Hinds y implante toutefois une atmosphère propice au fantastique, avec cette cavalerie fantôme qui inspira peut être à Amando de Ossorio sa tétralogie des Templiers.

La présence d'un pirate mutilé, ennemi juré de Clegg, et l'importance des marais sont les deux autres éléments rapprochant cette production des autres oeuvres de la Hammer, tout en l'ouvrant à un plus large public. En effet, on imagine bien ce film figurer à l'affiche de la Dernière Séance, entre un western d'Howard Hawks et un polar avec Humphrey Bogart, à une époque où le numérique n'avait pas infecté un cinéma populaire encore réfléchi et réalisé avec passion.

Le Fascinant Capitaine Clegg

L'épilogue du film, fidèle au roman, est également significatif de ce cinéma de papa qu'on aime tant, aujourd'hui totalement vétuste. Dans les bonus du film, l'écrivain spécialiste de la Hammer, Nicolas Stanzick, nous éclaire sur quelques points précieux, notamment le lancement du film, qui n'aurait jamais vu le jour sans un accord trouvé avec...Walt Disney. En effet, ce dernier venait d'acheter les droits du roman, afin d'en réaliser une série télévisée dans la veine de Zorro : l'Epouvantail (1964). Disposant d'un transfert HD de belle facture (avec une piste sonore parfaite), l'éditeur Elephant Films nous propose donc de (re)découvrir en Blu-Ray un film d'aventures soigné et efficace, preuve de la richesse de l'univers Hammer. Une bonne idée de cadeau de Noël pour les cinéphiles en quête de perles rares.

A propos de l'auteur : GORE MANIAC

J'essaie de partager ma passion pour un cinéma méconnu, mais qui mérite incontestablement qu'on s'y arrête !

Autres critiques

La Colline a des Yeux
D'un commun accord, on peut dire que Wes Craven est capable du pire comme du meilleur. Inventeur de deux des plus grandes figures du cinéma d'horreur que sont Freddy et Ghostface ( Scream ), il est aussi responsable de films de qualité plus discutables. Mais ses premiers films ont marqué certaines personnes, certains adolescents, qui, en grandissant, ont voulu en faire des remakes. Ainsi...
House of the Devil, The
Les années 80, c'était l'âge d'or des films d'horreur. C'était l'époque où les salles obscures pouvaient accueillir des films d'épouvante des quatre coins du monde et où le spectateur était respectueux du matériel et des gens. Enfin, c'était la belle époque. C'était aussi une époque où l'imagination était foisonnante et où les scénaristes et réalisateurs se démenaient pour trouver de bonnes idées...
Star Trek: Générations
L'équipage légendaire de la série originelle se faisant plus que vieillissant et bedonnant (Kirk et Scotty en tête), il était temps pour ce septième film de donner un nouveau souffle à la saga Star Trek en introduisant enfin l'équipage de la bien nommée série Next Generation . Mais pour que la transition se fasse en douceur, quoi de mieux que de faire se rencontrer les deux capitaines pourtant...
Boa vs. Python
Les animaux dangereux sont une source inépuisable d'inspiration pour un bon nombre de scénaristes. Il est vrai que les bestioles avec de grandes dents ou du venin ont de quoi effrayer, comme on a pu le constater avec des films comme Les Dents de la Mer ou encore Lake Placid , voire Arachnophobia . Bref, les bébêtes venimeuses ou possédant plusieurs rangées de dents peuvent contribuer à faire des...
Aliens vs. Predator : Requiem
Après la vision du film des Frères Strause, difficile de ne pas rehausser un peu le niveau déjà pas très élevé du film de Paul Anderson, spectacle divertissant (et encore…) mais qui n’exploitait pas particulièrement les possibilités que lui offraient les deux franchises de la 20th Century Fox, Alien et Predator. Et ce n’est pas avec ce Requiem que la donne va donc changer. En effet, même avec la...